Françoise Degert
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2018

Biodiversité : bref compte-rendu de la réunion qui s'est tenue à Charm el-Cheikh

La COP 14 s'est récemment tenue à Charm el-Cheikh (Egypte). La Conférence des Parties (Etats) est une manière de faire évoluer le droit international environnemental une fois que l'on a signé une convention. En l'occurrence, cette COP14 visait à faire évoluer la convention sur la diversité biologique signée à Rio en 1992.

Françoise Degert
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

COP 14 de Carm el-Cheikh

Dans le jargon inimitable de l'ONU, voici un bref compte-rendu de la COP 14 qui s'est récemment tenue à Charm el-Cheikh (Egypte). 
De quoi s'agit-il ? La COP, "Conference Of the Parties" en anglais, Conférence des Parties en français (CP) est une manière de faire évoluer le droit international environnemental une fois que l'on a signé une convention. Ces COP qui réunissent les Parties, c'est-à-dire les Etats signataires, se tiennent à un rythme régulier.à des endroits différents de la planète. Elles sont préparées en amont par l'Union internationale de conservation de la nature (UICN), qui rédige les conventions et les protocoles. Tout se passe bien, les textes sont généralement adoptés, signés, puis ratifiés et intégrés dans les droits nationaux. 
La COP 14 de la Convention sur la diversité biologique (CDB) signée en 1992 à Rio, a tracé un plan de protection et de recherche sur la biodiversité. 


On découvre à cette occasion les ratés de la planification de l'UICN qui a beaucoup de mal à faire respecter les "20 objectifs d'Aïchi". Sur le papier c'est une chose, dans les 196 Etats signataires de la CDB, c'est autre chose. 
On peut toujours signer une belle déclaration engageant à "inverser la courbe de la destruction mondiale de la nature et de la perte de la biodiversité ", la concrétisation n'est pas si simple, les Etats traînent les pieds. 
Ce qui énerve les apparatchiks de l'UICN qui veulent voir aboutir coûte que coûte les objectifs d'Aïchi en 2020. Sinon le rapport d'activité présenté au prochain congrès mondial de la nature prévu en 2020 à Marseille pourrait en pâtir. 


En compensation, l'UICN et l'ONU ont toujours la possibilité de se retourner contre les pays du Sud, fortement incités à renforcer "les capacités" (traduisez : investissements étrangers) et à mobiliser les "ressources" (naturelles, bien entendu).
Parmi les ressources, les ressources génétiques sont particulièrement visées, l'industrie est à l'affût. Reste à savoir qui en profitera. Apparemment, les Etats du Sud n'ont pas l'intention de faire de cadeau...


Sur la recherche, le compte-rendu de la COP 14 dévoile sans fioritures les turpitudes de l'UICN et de l'ONU. 
Acte 1 - la COP 14 (autrement dit l'UICN et l'ONU) fixe le programme de recherche de l'IPBES (international platform for the Biodiversity and the Ecosystems Services) jusqu'en 2030, rien que ça !!! Bref, les politiques orientent la recherche.
Acte 2 - l'IPBES, qui réunit des experts, des politiques et des entreprises, présentera ses rapports au nom de la science.
Acte 3 - la science a parlé, il faut donc lui obéir sans discuter. 
Margaret Thatcher avait déjà orienté la recherche fondamentale pour qu'elle devienne une recherche appliquée, répondant à ses objectifs politiques. Elle avait créé en 1989 le Hadley Center for Climate Prediction and Research, qui a précédé le GIEC. Son ambition était d'engager une nouvelle révolution industrielle. L'UICN et l'ONU lui emboîtent le pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss