Avec le loup, la violence est dans le pré

L214, une association de défense des animaux anti-élevage et anti-viande,  a réalisé des vidéos choc dans les abattoirs pour faire prendre conscience de la souffrance animale. Ces actions ont finalement  inspiré les éleveurs. Une vidéo intitulée L113 dénonce à coups d'images choc la souffrance des animaux sous les crocs du loup.

Attaques de loups: L113 accuse N. HULOT d'être complice de maltraitance animale © Bruno Lecomte

 

 

 L'article L 214.1 du code rural, dont se prévalent les vegans anti-viande et anti-élevage,  reconnait en tout animal "un être sensible". Selon le 8ème alinéa de l'article L113.1 du code rural brandi par les éleveurs, le gouvernement s'engage à "assurer la pérennité des exploitations agricoles et le maintien du pastoralisme, en particulier en protégeant les troupeaux des attaques du loup et de l'ours dans les territoires exposés à ce risque".  Dans les deux cas, les ânes, chevaux, brebis, vaches, chèvres, chiens domestiques et autres, sont donc des êtres sensibles qu'il convient de soigner et protéger.

Les moyens de protection imposés par les écologistes et les autorités ne gênent absolument pas les prédateurs décidés à attaquer en plein jour une ou plusieurs bêtes. Les  bergers, vachers, éleveurs transhumants voient quotidiennement la mort décimer leurs troupeaux. Une mort violente, sous les assauts des loups qui n'ont plus peur de l'homme comme en témoignent les attaques de plus en plus fréquentes dans les bergeries, sur le seuil des maisons.  Ils ont décidé de faire partager la souffrance animale qui les bouleverse et que tout le monde ignore. Laure présente leur vidéo.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.