L’eau prise en otage

No Fracking France (NFF), association de protection de la ressource en eau, de la qualité de l’air, des paysages, lutte contre l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles schiste. Car la fracturation hydraulique, dévaste à jamais les territoires, la santé des hommes, la vie sur terre.

No Fracking France (NFF), association de protection de la ressource en eau, de la qualité de l’air, des paysages, lutte contre l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles schiste. Car la fracturation hydraulique, dévaste à jamais les territoires, la santé des hommes, la vie sur terre.

Or, de nombreux signes font craindre que le gouvernement s’apprête à autoriser la fracturation hydraulique.

 1 - Le colloque qui se tient le 17  janvier 2012 à la Maison de la Chimie, à l’initiative du député UMP de l’Oise, François-Michel Gonnot, prépare l’opinion. La décision du gouvernement et du parlement devrait suivre.

2 - Pendant l’interdiction de la fracturation, l’instruction de 88 permis continue.

3 - Les avantages fiscaux octroyés à l’industrie pétrolière et gazière sont maintenus dans la loi de finances 2012, l’article 39 ter du code général des impôts est toujours en vigueur.

 Pourtant,  nos autorités connaissent parfaitement les  dégâts provoqués par cette industrie depuis 2008 aux Etats-Unis : séismes, pollution irréversible des nappes phréatiques, remontée de la radioactivité, fuites de méthane…

 Les preuves s’accumulent et les grandes sociétés pétrolières cherchent désormais une technologie alternative à la fracturation hydraulique.

Les mouvements de protestation s’amplifient dans le monde, au Québec, aux Etats-Unis, en Bulgarie…

No Fracking France refuse de voir la ressource en eau sacrifiée pour une exploitation temporaire, purement spéculative.

 No Fracking France invite les journalistes à la conférence de presse

le 17 janvier, de 13 à 14H

à l’Assemblée nationale, 

2ème Bureau, 126 rue de l’Université.

         Seront présents :   Dominique Orliac, député du Lot (permis de Cahors), André Picot, Association toxicologie-chimie, Jacques Cambon, hydrogéologue, Martine Feraille, vigilance permis de Gex, Jean-François Lalfert, collectif Ardèche, Pierre Jugy, maire de Tourtour (collectif varois de 50 élus), Michel-Philippe Perin-Dureau, Nogazaran !, Roumiana Ougartchinska, journaliste bulgare…

 

Les journalistes doivent prendre leur badge au service de presse, 33 quai d’Orsay. Appeler impérativement pour

établir la liste d’accès.

Contact presse :   06 44 80 00 93.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.