Quand la nage commerciale est recommandée par l'écologie de marché

Nos grands requinologues et experts en cétacés (Longitude 181, François Sarano and Co) écologistes affirmés, ne manquent pas de sens commercial.

 © NR © NR
 

On sait que  le sanctuaire de Pelagos, au large de la France, de l'Italie et de la Corse, est prisé des cétacés. Il l'est aussi des tours opérators écotouristiques qui organisent des nages commerciales avec les dauphins. L'activité concernerait une quarantaine d'entreprises. Concrètement, les touristes-nageurs sont placés dans la mer près des cétacés auparavant traqués par des avions volant à basse altitude.

Les écologistes du GREC (Groupe de recherche et d'études sur les cétacés) et FNE (France Nature Environnement) ont lancé une pétition en juillet dernier pour demander à Emmanuel Macron d'interdire cette nage commerciale. 

Fondée par François Sarano et Vincent Ohl, Longitude 181 a réuni son comité scientifique et éthique pour donner son avis sur la pétition. Résultat : le comité estime inopportun d'interdire la nage commerciale parmi les cétacés, qui reste un "moyen à encourager pour faire apprécier la faune sauvage". Bien sûr, l'activité doit répondre à une charte de bonnes pratiques même si elle a déjà été élaborée par ACCOBAMS qui propose le label "High Quality Whale Watching". Bref, l'activité doit être encadrée, mais pas trop, en "invitant" les opérateurs plutôt qu'en les "obligeant". 

Car une chose est sûre : "la ressource économique engendrée par l'activité  est un point important à ne pas négliger". On s'en doutait ! Business, business, quand tu nous tiens...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.