Françoise Degert
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2012

Françoise Degert
Abonné·e de Mediapart

Le voile se déchire : pendant la loi, la fracturation s’amplifie

Françoise Degert
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Le double discours du gouvernement ne tient plus, les appétits des pétroliers l’ont fait voler en éclats.

Alors que l’on répète sur les ondes, dans la presse, à l’étranger, que la France a mis un terme à l’exploitation du gaz de schiste, le directeur de l’Énergie, Pierre-Marie Abadie, a tranquillement signé dimanche 22 janvier 2012 une douzaine de nouveaux permis de « recherche »  d’hydrocarbures en Ile de France (11), en Lorraine, en Aquitaine. Ces arrêtés ne sont pas encore publiés. Évidemment, nous ne connaissons pas encore les communes concernées.

D’autres arrêtés suivront prochainement, puisque plus d’une centaine sont à l’ « étude ». Les bureaux  du ministère de l’Industrie se contenteront de vérifier que le terme de « fracturation hydraulique » n’y figure pas. Tout est question de terminologie car le contrôle réel n’existe pas.

De toutes façons, la loi du 13 juillet 2011 autorise cette fameuse  fracturation dont nous ne voulons pas. Car cette technologie détruit à jamais notre ressource en eau, constitue une véritable bombe à retardement pour les humains, la vie sur terre.

Bien que les preuves du danger s’accumulent, les autorités publiques persistent à nous faire danser sur un volcan.  Elles font la sourde oreille, n’écoutent que la voix des pétroliers et voudraient nous faire croire qu’elles agissent pour notre bien.

Les autorités publiques se soucieraient de notre avenir énergétique ? Il serait temps, le pic pétrolier est déjà dépassé… En dehors des discours, des colloques, des résolutions sans applications, elles n’ont rien fait (ou si peu) pour parer à ces échéances.

Aujourd’hui, tout le monde sait que les énergies fossiles disparaissent. On aura beau creuser toujours plus loin, il n’y en aura plus. Non pas dans cent ans, ni dans cinquante. Maintenant, prochainement.

En outre, le gaz de schiste n’est rentable que dans les premiers mois d’exploitation. Son pic ne dépasse pas les six premiers mois. Au bout de deux ans, le gisement secoué à renfort d’explosions, de fracturation et de produits hautement toxiques, ne rend plus rien.

Par contre, les puits sont incontrôlables, le méthane fuit au moment où ces friches industrielles reviennent au secteur public. Par contre l’eau des nappes phréatiques devient toxique, et véhicule la radioactivité de la couche mère. L’eau,  un bien commun, deviendra rare, car impropre à la consommation. Ce sera dès lors un produit marchand.

 Alors pourquoi persister dans cette voie mortifère ?

Parce que les fonds qui financent les compagnies sont impatientes d’avoir un retour sur investissement.
Parce que les compagnies d’énergie et celles de l’eau opèrent un dangereux rapprochement. Elles seront gagnantes sur tous les plans.

L’industrie n’a pas pour vocation de préserver l’environnement.

Les autorités publiques doivent par contre protéger les habitants.

Il est temps de  leur faire entendre raison.

No Fracking France

http://nofrackingfrance.fr/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement