Débarquement - un peu d'humour, de sarcasme et... ce qui fait méditer

Aujourd'hui, arrivent les Grands de ce monde  pour le 70e anniversaire du Débarquement: Barack Obama, qui, parce qu'il ne veut pas rencontrer Vladimir Poutine, contraint de ce fait le Président de la République à organiser deux dîners et donc à dîner deux fois.

Aujourd'hui, arrivent les Grands de ce monde  pour le 70e anniversaire du Débarquement: Barack Obama, qui, parce qu'il ne veut pas rencontrer Vladimir Poutine, contraint de ce fait le Président de la République à organiser deux dîners et donc à dîner deux fois. Vladimir Poutine qui est pris hier en flagrant délit de sexisme, pour avoir dit lors de son interview sur TF1 et Europe 1, en parlant d'Hillary Clinton: "Vous savez, il est préférable de ne pas débattre avec les femmes".  Après cela, d'ailleurs, on peut se demander qui a encore envie de serrer la main de Vladimir Poutine ou de dîner avec lui? Elisabeth II, pour qui François Hollande doit troquer sa DS5 de chez Citroën contre une Vel Satis de chez Renault, à cause de la taille du chapeau de la Reine. Tant que les Anglais ne nous disent pas "Vel Satis, What is it?..."

Mais pendant ce temps, il se dit et s'écrit plein de choses en Allemagne sur le Débarquement, dont celle-ci qui peut peut-être nous faire tous un tout petit peu méditer:

« Les Alliés aiment penser qu’ils ont gagné la Seconde Guerre mondiale en Normandie. Mais nous ce qu’on sait, c‘est que l’Allemagne l’a perdu en Russie, contre l’Armée rouge. Donc, un grand bonjour de Stalingrad ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.