Francoise Diehlmann

Germaniste, très branchée Allemagne, Ex Conseillère régionale. ex membre du Conseil d'Administration de l'Office Franco Allemand pour la Jeunesse, En Marche. Ecolo cohn-bendiste, profondément de gauche et pro-européenne, pour l'accueil des réfugiés, la reconnaissance de l'Etat de Palestine, contre Poutine et Bachar El Assad, ex membre d'EELV et de son Conseil fédéral, militante des droits humains.

Gennevilliers - France

Sa biographie
Chargée de projets depuis 1999 au Conseil départemental du Val de Marne dans le domaine des relations et solidarités internationales et de la coopération décentralisée. Conseillère régionale EELV Ile de France de 2010 à 2015. Candidate Europe Ecologie aux élections européennes en 2009 sur la liste conduite par Dany Cohn-Bendit en Ile de France, sans qui je ne serai jamais retournée en politique.  Puis de nouveau candidate EELV aux élections européennes 2014.Mon engagement européen et international est du à mon histoire. Partie avec une bourse d’études en poche à l’Université de Munich puis d’Erlangen-Nuremberg, j’arrivais le 1er septembre 1972 à Munich. 4 jours plus tard avaient lieu les attentats aux jeux olympiques de Munich. Ce drame m'a convaincu que seul un Etat palestinien viable dans les frontières de 1967 à côté de l'Etat d'Israël, apporterait la Paix dans la région.J'étais à l'époque encore membre du Parti communiste français auquel j'ai adhéré en 1971, pour le quitter en 1990. Mais mon année universitaire en Allemagne, la Ostpolitik de Willy Brandt ont été le point de départ de mes prises de distances avec le Parti Communiste, qui se sont creusées avec plus tard, le mouvement anti-pershing II et l'arrivée des Grünen au Bundestag. Mais ma conscience européenne a été façonnée par mon séjour à Berlin de 1978 à 1997, où j’ai vécu la chute du mur, le processus de la réunification allemande sans oublier mes déplacements à Moscou pendant l'époque gorbatchévienne et dans les différents pays de l'Est européen avant et après la chute du mur. La chute du mur et tout le processus pour y arriver s'est fait autour de la devise de Rosa Luxemburg "La liberté est toujours la liberté de celui qui pense autrement", Rosa Luxemburg qui symbolisait l'éveil démocratique. C'est pour défendre la liberté, la liberté de ceux qui pensent autrement que beaucoup ont été arrêtés en RDA, que d'autres croupissaient dans des prisons, comme Vaclav Havel, en Tchécoslovaquie. Membre en France du mouvement des refondateurs, l'arrivée de Gregor Gysi, propulsé à la tête du Parti du Socialisme Démocratique, devenu en 2007 die Linke, mettant au premier plan la question démocratique, menant avec ses amis une analyse sans pitié du stalinisme, et en même temps mettant toute son énergie pour qu'on ne fasse pas diparaître la culture est-allemande, m'a conduit à quitter le PCF, tant il était décalé par rapport à la situation du moment.Comment suis-je venue à l'écologie? C'est la lutte anti-nucléaire, essentiellement, en Allemagne suite à Tchernobyl. D'ailleurs il n'était pas bon à l'époque au PCF de se dire anti-nucléaire (contraire à la ligne du Parti) et de défendre la perestroïka de Mikhail Gorbatchev.C'est par Dany Cohn-Bendit que je suis venue à l'écologie politique et que s'est concrétisé mon engagement pro-européen. J'écris beaucoup sur l'Allemagne, que j'ai tant envie de faire connaître, car à la fois si loin et si proche. D'où la création de ce blog qui ne doit pas non plus se limiter à ce pays. Avoir vécu en Allemagne, à Berlin divisé puis réunifié, on n'en sort pas intacte. On devient profondément européen-ne et c'est sans retour. Cela n'étonnera personne si je dis aujourd'hui que les personnalités allemandes et profondément européennes que je préfère sont Dany Cohn-Bendit et Gregor Gysi. Mes personnalités historiques préférées allemandes ou liées à l'Allemagne sont Willy Brandt et Rosa Luxemburg.
Son blog
75 abonnés Le blog de Francoise Diehlmann
Ses éditions
Voir tous
  • Aujourd'hui, l'enjeu c'est l'Europe ou le nationalisme. Tout simplement.

    Par
    L'Italie ferme ses ports à l'Aquarius. La France regarde ailleurs, mais critique l'Italie, d'où un incident diplomatique. Le bateau sera accueilli par l'Espagne, où il n'était pas attendu. Cette situation conduit à une crise européenne avec comme chef d'orchestre le chancelier autrichien et le ministre allemand de l'intérieur, plaçant l'Allemagne au bord de la crise de nerf.
  • Gregor Gysi remet l'internationalisme au coeur de la gauche

    Par
    Gregor Gysi, figure charismatique de la gauche allemande, est Président du Parti de la gauche européenne. Il tient un discours choc sur l'internationalisme au Congrès de son parti, die Linke, ce samedi 9 juin 2018 à Leipzig. La gauche française dangereusement repliée sur elle-même ferait bien de s'en inspirer. Lisez son intervention que j'ai traduite ici (rapidement) et vous comprendrez.
  • Dis! T'as une kippa?

    Par
    fb-img-1524664211177
    Berlin 17 avril, un jeune est agressé parce qu’il porte la kippa. Un mouvement émerge «BerlinPorteLaKippa». La Kippa devient ce 25 avril le symbole de rassemblements populaires à Berlin et dans de grandes villes allemandes contre l’antisémitisme, toutes les formes de racisme. Par contre en France, un manifeste contre le nouvel antisémitisme signé par 300 personnalités vise à diviser notre société.
  • Interview Joschka Fischer: J'aurais décidé comme Angela Merkel

    Par
    L'ancien ministre des Affaires étrangères Joschka Fischer critique l'orientation politique de l'AfD - et trouve des mots durs pour des dirigeants de ce parti. Dans une interview au WELT AM SONNTAG, Fischer met en garde contre un nouveau nationalisme, fait référence aux leçons du Troisième Reich: "Maintenant toute cette boue refait surface".
  • Allemagne - Le vote du SPD, la démocratie à l'état pur

    Par
    La France est pressée, l’Allemagne prend son temps pour former son gouvernement. Donc difficile de comprendre nos voisins. Alors, on parle de crise. Et pourtant, le SPD vient de nous faire une grande démonstration de démocratie vivante.