Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

143 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 nov. 2012

Netanyahou-Hollande: mais où est donc passé le 59è engagement de François Hollande?

« (..) Je prendrai des initiatives pour favoriser, par de nouvelles négociations, la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine. Je soutiendrai la reconnaissance internationale de l’État palestinien ». Voici la teneur du 59ème engagement pris par François Hollande, candidat à la Présidence de la République.

Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« (..) Je prendrai des initiatives pour favoriser, par de nouvelles négociations, la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine. Je soutiendrai la reconnaissance internationale de l’État palestinien ». Voici la teneur du 59ème engagement pris par François Hollande, candidat à la Présidence de la République.

Le 31 octobre et le 1er novembre 2012, le Premier ministre Israélien, Benyamin Netanyahou est invité en grande pompe par le Président Hollande. Personne n'ignore – le Président non plus – que le Likoud, le parti de Netanyahou et qu'Israël Beytenou, le parti d'extrême-droite d'Avidgor Liebermann, viennent de signer un accord électoral pour les élections législatives de janvier 2013. Sinistre alliance qui n'annonce rien de bon pour les Palestiniens et pour les Arabes israéliens.

C'est pour l'homme fort du Likoud, de la sainte alliance avec l'extrême droite, de l'occupation et de la colonisation, qui est en pleine campagne électorale, que le Président de la République déroule le tapis rouge.

On aurait pu attendre de François Hollande, un moment fort, qui aurait pu déstabiliser Netanyahou, s'il lui avait dit (rêvons un peu!) : Moi Président de la République, je vous ai invité pour vous dire que je me prononcerai au nom de la France pour l'admission de la Palestine à l'ONU, Moi Président de la République, je reconnais l’État de Palestine dans les frontières de 1967 avec Jérusalem Est comme capitale, Moi Président de la République, je demande la suspension de l'Article 2 des accords UE-Israël, tant que vous et votre Gouvernement ne mettront pas fin à la colonisation, Moi Président de la République... 

Seulement voilà, rien de tout cela. Pire ! Le Président s'aligne sur les positions israéliennes en appelant à des négociations sans condition, sans préalable : « La France souhaite la reprise – sans condition – des négociations entre Israéliens et Palestiniens. Avec le même objectif, celui que nous poursuivons depuis des années, c'est à dire de deux États : l’État d'Israël avec la sécurité qui doit lui être garantie et l’État palestinien qui doit pouvoir vivre ». Il écarte aussi « la tentation pour l'Autorité palestinienne d'aller chercher à l'Assemblée générale des Nations Unies, ce qu'elle n'obtient pas dans la négociation ». S'adresser à l'ONU devient-il donc un acte qui dérange ?

Hollande est en recul par rapport à Sarkozy (c'est dire..), car ces mots ont été prononcés exactement un an après l'admission de la Palestine à l'UNESCO et un vote positif de la France. Le « sans condition préalable », très cher à Netanyahou, signifie que le Président Hollande accepte le refus israélien du droit international comme base de négociation. Quid maintenant pour la France de l'existence d'un État palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem est comme capitale ? Quid de la reconnaissance internationale de l’État palestinien ? L'engagement 59 de François Hollande a fait pschitt ! A explosé en vol !

Le Président de la République vient de marquer la rupture avec les politiques menées par la France sur la question du Proche-Orient jusqu'à maintenant.

Tout ceci ne rend pas facile la tâche immense du mouvement de solidarité avec le peuple palestinien. Bien au contraire ! Aussi, il ne doit pas s'éparpiller, mais doit avoir une vraie cohésion autour de la question du droit international et de l'impunité de l’État d'Israël, avec des objectifs et des propositions autour desquels il sera capable de rassembler et donc de s'élargir. C'est le seul moyen d'engendrer dynamique et force dans la société pour intervenir auprès du Gouvernement.

Françoise Diehlmann

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE