Les enseignements de la colo de Gennevilliers - le droit, rien que le droit!

Quatre moniteurs de colonie de vacances avaient été suspendus par la mairie de Gennevilliers pour avoir observé le jeûne du ramadan. Il est heureux qu'elle ait mis fin à cette décision inacceptable. Tout ceci amène réflexion.

Un camarade de mon groupe local Europe Ecologie-les Verts de Gennevilliers écrivait il y a quelques jours : « Je souscris globalement à l'analyse politique-juridique d'Alain Lipietz* en particulier sur le droit inaliénable à la liberté de conscience et du culte.. ». « Je ne peux pas par contre, souscrire à l'idée que la mairie de Gennevilliers aurait tenté d'établir 'une discrimination anti-beur à l'embauche'. Alain ne connaît manifestement pas la ville, son histoire et ses élus. Pour ma part, j'y habite depuis 1976.

Gennevilliers du fait de son histoire socio-politique est un des berceaux historiques de l'immigration maghrébine en Ile de France (dès les années 20), un des refuges du FLN clandestin durant la guerre d'Algérie. La municipalité de Gennevilliers a été une des rares et premières à favoriser la construction d'une vraie mosquée qui a aujourd'hui un rayonnement régional. Surtout, l'évolution de la sociologie de la ville fait que la population de lmoins de 30 ans est aujourd'hui majoritairement issu de l'immigration (y compris en terme électoral) ».

Non seulement Alain Lipietz a une approche intellectuelle de toute cette histoire gennevilloise et bien au-delà, mais en plus il devait l'avoir. Et c'est très bien ainsi ! 

Personne ne contestera que Gennevilliers fut l'un des berceaux historiques de l'immigration maghrébine en Ile de France et un des refuges du FLN clandestins durant la guerre d'Algérie. Personne ne contestera le rôle indéniable des communistes à cet effet.

Par contre, je qualifierais d'autoritaire l'approche de notre camarade, à partir du moment où il prétend que lui seul connait Gennevilliers parce qu'il y habite depuis 1976. Cela veut donc dire que toute personne qui n'a pas cette chance, parce qu'elle est par exemple jeune, ne peut, à ses yeux, connaître cette ville, surtout si elle ne partage pas son point de vue. Alors, évidemment, tout intellectuel, parce qu'il n'a pas vécu 36 ans à Gennevilliers, a automatiquement une approche fausse. Cela en dit long. Je n'aborderais même pas ici ma petite personne, habitante de Gennevilliers depuis 1999. Sans doute que dans 23 ans, je serais habilitée à pouvoir parler de ma ville. 

Par ailleurs, dans son texte, il y a à mon avis amalgame entre immigration et discrimination. Ce n'est pas parce que la ville compte un grand nombre de personnes « issues de l'immigration », même si la majorité d'entre elles sont Françaises , que les questions liées aux discriminations sont prises en compte ou pas. La municipalité de gauche de Gennevilliers – il n' y a pas que les élus du Front de Gauche mais aussi une partie des élus Europe Ecologie-les Verts - a quand même remis en cause le droit du travail, en incluant à des contrats de travail une clause qui est illégale qui remet en cause un droit fondamental, celui de la liberté de conscience, une clause donc discriminatoire, car on a le droit d'être musulman, mais pas musulman pratiquant. Et pourtant que dit la Loi de 1905 sur la laïcité : Article 1 : La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-contre dans l'intérêt de l'ordre public. Article 2 : La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. Cette double démarche protège donc à la fois le libre exercice du culte pour tous les citoyens et l'Etat contre les prétentions des religions à lui imposer leurs règles.

Pour ce qui est de l'accident provoqué il y a deux ans, qui bien sûr est humainement dramatique et a choqué, et qui est à l'origine de cette clause, rien ne prouve que cela soit en rapport avec le jeûne du ramadan. A ma connaissance, aucun Tribunal de la République n'a jamais autorisé aucun patron à sanctionner le jeûne du ramadan. Quand une collectivité délibère, quand elle met en place des contrats, elle sait ce qu'elle fait . Etait-ce le rôle de la municipalité de gauche de Gennevilliers d' « innover » de la sorte. Des dizaines de millions de Musulmans à travers le monde observent, depuis des siècles, le jeûne du ramadan. Si cela occasionnait des catastrophes, ça se saurait. Pourquoi cette exception française et particulièrement aujourd'hui ? Veut-on en France envoyer en congé forcé  ceux qui pratiquent le jeûne et qui sont personnels d'hôpitaux, de crèches, de centres de loisirs, conducteurs de bus, de métro, de tram, de train, pilotes etc.. parce que le jeûne porterait préjudice à la qualité du travail fourni ? C'est écrit où ?

Et puis, quand même le jeûne du Ramadan n'est pas une grève de la faim.

Une pratique individuelle ne doit en aucun cas obliger une organisation collective à se structurer de fait autour de cette pratique et devenir ainsi normative pour tout le monde. Il s'agit ici surtout et avant tout de faire respecter le droit applicable. Rien de plus. Basta ! C'est ce que n'a pas fait la majorité municipale de gauche de Gennevilliers, précisément parce qu'il n'y a apparemment pas eu concertation

Cette affaire fait réfléchir. Que mes ami-e-s communistes prennent en compte la réflexion lancée par Maire-Georges Buffet **: « A propos de la colo qui fait la une des médias, réfléchissons ensemble. Assurer la sécurité des enfants est un principe essentiel dans tous les lieux qui les accueillent.Une fois cela dit, le principe de précaution peut il remettre en cause une liberté comme la liberté de conscience? Si on estime que le jeûne peut porter atteinte à la qualité du travail fourni , ce qui n'est absolument pas vérifié, combien de salarié-es de crèche, d’hôpitaux, de centre de loisirs..courraient le risque de se retrouver en congés forcés ? Je ne juge pas, j'appelle à la réflexion ».

Mais allons plus loin, au plan national. La France et les Français-es qui aiment vivre dans le mythe jacobin du citoyen au-dessus de toutes différences découvrent qu'être Français ou Européen cela peut signifier aussi être musulman et faire le ramadan. Certains découvrent tardivement cette réalité de l'identité française en mouvement puisque ce phénomène a commencé il y a 30 ans. Donc le choc peut être violent  et ce, d'autant plus que le sarkozysme et le lepénisme ont laissé leur empreinte dans la société française, tentant ainsi de remettre en cause les valeurs démocratiques et laïques. Nous sommes dans une situation de crise profonde et de grandes mutations où les contradictions sont exacerbées.

Face à cela, une société ne doit pas ériger ses principes structurels en dogmes. Aussi l'application de la laïcité doit également prendre en compte la présence de la région musulmane, deuxième religion de France, fait relativement nouveau au regard de la longue histoire de notre pays et donc prendre en compte que l'identité française est bien en mouvement et plurielle.

C'est sur cette question de l'identité française en mouvement et plurielle, très chère à mon amie et très regrettée Hamida Ben Sadia, que nous, écologistes, devons travailler à Gennevilliers ou ailleurs, ce qui va bien au delà du cadre de la laïcité, en lien avec les valeurs européennes de démocratie, les valeurs de solidarité, la question démocratique et l'ancrage dans les mouvements sociaux. Nous devons aussi veiller à ce que le droit soit appliqué, rien que le droit. C'est un véritable projet d'écologie politique.

 

* Texte d'Alain Lipietz : http://lipietz.net/?breve464

** Page Facebook

 

Françoise Diehlmann

Conseillère régionale Ile de France

Habite à Gennevilliers depuis 1999

 



 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.