Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

147 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 sept. 2015

Nationalisme à gauche

Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi la gauche radicale européenne utilise-t-elle de plus en plus le combat contre l'UE et l'euro pour chercher le salut ? Voici la traduction de cette passionnante analyse de Matthias Krupa paru dans l’hebdomadaire allemand  DIE ZEIT

À la fin, ils ont en effet chanté l'Internationale, les membres du Parti de gauche français, réunis à Toulouse le week-end dernier. Avec le poing levé, comme il se doit, c'est la lutte finale. Le chef du parti n'a manqué aucune occasion de déclarer la guerre à l'internationalisme réellement existant - l'Union européenne. La France n'est plus "une nation indépendante", selon Jean-Luc Mélenchon. Le peuple français doit une fois de plus décider pour lui-même. "Entre l'euro et la souveraineté, nous nous décidons pour la souveraineté!"

Dans certaines parties de la gauche européenne, le discours se radicalise, depuis qu’Alexis Tsipras a adopté en juillet un nouveau programme d'aide et les conditions qui vont avec. Un nationalisme de gauche, qui dénonce l'UE comme l’exécuteur glacial d'un néolibéralisme sans bornes, émerge.

Le Président du parti de gauche français n’est pas seul avec sa rhétorique. Même en Allemagne, Sarah Wagenknecht a saisi l’occasion de la toute dernière décision sur la crise grecque pour remettre en question fondamentalement l’UE. Pour la future présidente du groupe de die Linke au Bundestag, tout indique que « c’est toujours plus d’intégration (européenne) qui liquide toute souveraineté nationale ». L’ancien ministre grec des finances, Yanis Varoufakis a, dans DIE ZEIT (n°29/15), accusé Wolfgang Schäuble de « mettre fin à la souveraineté du peuple européen » à travers son plan de mettre en place un ministre européen des finances. En Grande-Bretagne, la nouvelle star de la gauche et possible nouveau président du Labour, Jéremy Corbyn, a longtemps joué avec le fait qu’il n’était pas fixé, refusant de s’engager dans la lutte pour ou contre la sortie de son pays de l’UE. Maintenant il veut y rester, mais seulement pour revenir en arrière sur l'intégration du marché. Que la gauche accompagne le processus d’intégration européenne avec des sentiments mitigés, n’est pas nouveau. Depuis la création du marché unique européen au début des années 90, des soupçons de néolibéralisme renforcé pèsent sur l’Union européenne. Lorsque la France et les Pays Bas ont tenu leur référendum sur le traité de constitution européenne en 2005, non seulement Mélenchon, encore membre chez les socialistes français, luttait contre, mais les socialistes hollandais ont également voté Non.

Ce qui est nouveau, c’est que la gauche radicale joue ouvertement et résolument la carte nationale. Le rétablissement d’un cadre national, dans lequel ils peuvent imposer leur approche politique et économique  - c’est l’enseignement qu’ils tirent de la crise de l’euro et de l’échec de la tentative de Syriza de pousser l’UE à gauche. Au cœur du nationalisme de gauche se trouve un souverainisme surchargé de repli et de nostalgie. La renationalisation des banques et des entreprises, comme l’exige Jeremy Corbyn du Labour, s’accompagne de la renationalisation de la politique.

Aussi le nationalisme de gauche a-t-il un argument récurrent qui à première vue semble au-dessus de tout reproche, celui de la démocratie. Il y a quelques temps, le politologue Gerrit Voerman analysait comment  la démocratisation et non plus la socialisation devenait le principal centre de gravité idéologique de la gauche. Il dit : « la gauche croit que l’Etat démocratiquement légitime doit protéger son pouvoir contre une Union européenne intrusive ». C’est ainsi qu’argumentent également aujourd’hui Wagenknecht, Varoufakis et Mélenchon. A leurs yeux, seul l’Etat-nation peut conserver la légitimation démocratique qui manque prétendument à la politique européenne. Le fait qu’ils se rapprochent aux plans rhétorique et  idéologique de l’extrême droite, ne semble pas les troubler. « Pas de diktat de Bruxelles », tel est le slogan qui unit les nationalistes de gauche et de droite.

Le joug, sous lequel les peuples européens souffrent d’après les nationalistes de gauche, c’est l’euro. Sur ce point, ils pénètrent dans le territoire de représentants de l’extrême droite, comme Marine Le Pen ou Geert Wilders. Les appels à un « Grexit de gauche » retentissent de plus en plus forts. En d’autres mots, une sortie de l’union monétaire que la Grèce choisirait elle-même, pour reconquérir sa souveraineté  (économique) politique. Ce n’est pas par hasard que « pour ou contre l’euro » soit la ligne de rupture sur laquelle Syriza s’est divisé.

Mélenchon parle de « rupture » qu’il voit maintenant nécessaire. Le 12 septembre, il veut en discuter à Paris avec Varoufakis et Oskar Lafontaine – une petite internationale des nationalistes de gauche.  

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre