Lorsque la peur est vaincue, rien ne peut arrêter les peuples contre les dictateurs

La chute du Mur de Berlin a montré que lorsque les peuples ont vaincu leur peur contre les dictatures ou les Etats totalitaires et qu'ils se mettent en marche, rien ne peut les arrêter, car ils savent très bien qu'un échec aurait des conséquences irrémédiables telles, qu'ils sont prêts à donner leur vie pour que vive la démocratie. C'est la grande leçon politique et humaine que j'ai tirées de ce grand événement que j'ai vécu en direct pour avoir habité à Berlin pendant 18 ans.
Les peuples tunisien et égyptien ont dégagé Ben Ali et Moubarak dans un mouvement révolutionnaire d'une modernité sans précédent avec en tête la jeunesse de ces deux pays. Ceci doit faire taire ceux de la communauté internationale - monde occidental - et certains intellectuels notamment français qui avaient décidé, en s'inscrivant dans la théorie du choc des civilisations, de considérer les peuples du monde arabe comme de dangereux Islamistes depuis le 11 septembre, le 21è siècle démarrait vraiment mal.
Mais voilà, les années 2010 commencent bien mieux que les années 2000, avec un dictateur qui tombe chaque mois en 2011 dans le monde arabe. Et pourtant ce soir, une fois de plus, les dirigeants européens ne se distinguent pas pour rendre un hommage vibrant aux peuples en mouvement pour la liberté et la démocratie. Les déclarations sont fades avec en prime un zest d'arrogance, elles sont comme hors du temps. Les dirigeants de la vieille Europe ont tellement flirté avec ces despotes, Sarkozy en tête! Tiens, l'Union pour la Méditerranée vient de faire pschitt, Sarko a perdu son copain Moubarak.
Oui, les dirigeants de la vieille Europe sont dépassés par ce formidable mouvement des peuples, de la jeunesse du monde arabe, mais aussi par le seul qui a su trouver les mots, Barak Obama, car quand Obama fait du Obama, cela donne ça: "I congratulate the protesters for their extraordinary courage and commitment to achieve fundamental change. The way Egyptians have taken to the streets in unprecedented numbers to demand dignity, human rights and social justice has been an inspiration to oppressed peoples everywhere".
N'est-ce pas aujourd'hui la fin de la vieille Europe? A méditer. De toutes façons, les curseurs de la politique mondiale se sont déplacés.
Mais restons sur cette journée. Ce soir le monde arabe est en liesse, les jeunes, les femmes avec le foulard ou pas, peu importe. Les foules palestiniennes, jordaniennes, marocaines, yéménites, les tunisiennes, libanaises etc.. célèbrent la victoire du peuple égyptien. Les Champs Elysées, noirs de monde, sont eux aussi aux couleurs de l'Egypte, mais aussi de l'Algérie, de la Tunisie, du Maroc, de la Palestine. De grands rassemblements se tiendront demain en Algérie, bien qu'interdits par le pouvoir. Il faudra être vigilants et solidaires. Les Iraniens vont-ils être aussi gagnés par cette contagion qui fait du bien pour dégager Ahmadenijad?
Une soif de démocratie et de liberté traverse le monde arabe. N'est-elle pas entrain de ringardiser Ben Laden?
Saluons le courage et la dignité du peuple égyptien. Savourons ce grand moment historique, même si maintenant tout est à construire pour l'Egypte, bien sûr, mais aussi pour le monde.

-

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.