Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

148 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 sept. 2017

Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

L'extrême droite quasi anticonstitutionnelle bientôt au Parlement allemand !?

Angela Merkel est huée par l’extrême droite dans ses meetings à l’Est de l'Allemagne, région marquée par des problèmes économiques, qui n'est pas épargnée par la xénophobie. Et pour Heiko Maas, ministre de la justice et membre de la direction du parti social-démocrate, le parti d'extrême-droite, l'Alliance pour l'Allemagne, AfD, bafoue sur bien des points l'ordre constitutionnel.

Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour Heiko Maas, l’AfD remet en cause l’article 1 de la constitution  « La dignité de l’être humain est intangible » . Il l’explique dans une tribune parue le 10 septembre 2017 dans la Frankfurter Rundschau  sous le titre : « l’AfD est sur bien des points anticonstitutionnelle », dont voici ici la traduction.

« Rarement une élection du Bundestag n’a été aussi importante que celle qui aura lieu le 24 septembre prochain. Les ennemis de la constitution sont aux portes du Parlement allemand. Pour la première fois depuis 1949 [année de la création de la République fédérale d’Allemagne], un parti, dont le programme est sur bien des points anticonstitutionnel, pourrait franchir la barre des 5%, à savoir l’AfD [Allianz für Deutschland ou Alliance pour l'Allemagne].

Notre Loi fondamentale est née des effets dévastateurs de la guerre, de la dictature et du génocide. La nouvelle constitution était un contre-projet à la barbarie nazie, revendiqué comme tel : démocratique plutôt qu’autoritaire, européen plutôt que nationaliste, qui s’applique à tous plutôt que raciste.

L’AfD ne veut rien savoir de ces valeurs fondamentales de notre constitution, puisqu'elle exige un « rééquilibrage dans l’enseignement de l’histoire » en voulant mettre l’accent sur le XIXe siècle et les guerres dites de liberté [ou campagne napoléonienne d'Allemagne].  Ce qui doit former l’identité à ses yeux, c’est cette époque du nationalisme allemand, où l’Allemagne prussienne est entrée en guerre contre le Danemark, la France et l’Autriche.

Les ennemis de la constitution sont aux portes du Parlement

Les mères et pères de la Loi fondamentale voulaient que les choses en soient autrement. Ils avaient vécu la guerre et la misère, causées par le nationalisme et par la légende de « l’ennemi héréditaire ». C’est pourquoi, depuis 1949, « l’Europe unie » est ancrée comme objectif national dans la Loi fondamentale. L’AfD veut revenir en arrière : abolir l’Euro, mettre un terme à l’intégration européenne,  et,  si nécessaire,  quitter l’Union européenne, ce qui est incompatible avec l’article 23 qui se prononce  expressément pour l’intégration européenne.

La folie raciste des nazis a conduit à l’extermination de six millions de Juifs.  C’est avec ces crimes contre l’humanité en tête, qu’en 1949 la liberté religieuse et l’interdiction de discrimination liée à la croyance ou l’opinion religieuse ont été fixées dans les articles 3 et 4 de la Loi fondamentale. Bien sûr, chaque religion doit respecter notre ordre constitutionnel. Mais quand l’AfD exige que les minarets et l'appel du muezzin, soient globalement interdits, c’est contraire à la constitution.

L'AfD exige l'interdiction globale des minarets

Dans un Etat de droit, il revient à la police et à la justice de garantir l’ordre public. C’est donc l’Etat qui a le « monopole de l’autorité » et non des adjoints de sheriffs autoproclamés qui agissent de leur propre chef.  L’ennemi juré des populistes d’extrême droite, c’est la protection de l’Etat contre l’arbitraire. Avec le mot d’ordre « Améliorer la sécurité des citoyens », l’AfD exige : « il faut alléger l’acquisition du permis de port d’arme pour les citoyens respectueux des lois ». Ce n’est pas seulement une atteinte aux principes de l’Etat de droit stipulés dans notre Loi fondamentale, mais c’est ignorer également la triste expérience des USA où plus il y a d’armes en circulation, plus il y a de meurtres  et d’assassinats et moins il y a de sécurité.

L’AFD a peu de respect pour les droits civiques et les libertés publiques. Sa demande de recourir à la détention préventive  des suspects sans qu’il y ait de motifs de détention est une violation de la présomption d’innocence conforme à la constitution et aux principes de proportionnalité.

Selon la volonté de l’AfD, les criminels malades psychiquement ne doivent plus être accueillis en thérapie médicale, mais doivent être placés en détention de sûreté sans aide, ce qui est une violation flagrante de la garantie de la dignité humaine stipulée dans l’article 1 de la Loi fondamentale.

L’article 3 garantit l’égalité home-femme. Cette exigence est aussi l’expression de la libre autodétermination. La façon dont les citoyens vivent, ce n’est pas à l’Etat de décider, ce sont les gens eux-mêmes qui le déterminent. L’AfD propage contre cela une « image claire de la famille composée d’un père, d’une mère et d’enfants et veut en raison de la baisse des naissances créer un ministère, qui « coordonne le développement démographique selon des critères scientifiques ».

Qu’est-ce que cela signifie ? L’AfD veut-elle prescrire combien d’enfants nous devons ou avons le droit d’avoir ? Heureusement, notre constitution met un terme à ces fantasmes populistes de fécondité. Notre Loi fondamentale ne connait pas de vision rigide de la famille. La famille est là, où sont les enfants et où des gens s’engagent mutuellement. La Loi fondamentale permet à chacune et à chacun de vivre comme elle/il le veut.

L’AfD lance une attaque frontale contre de nombreuses valeurs fondamentales de notre constitution. Et cependant, je suis fermement convaincu que notre démocratie et notre Etat de droit sont suffisamment forts pour s’affirmer contre les populistes d’extrême droite. Mais il nous faut être conscients qu’il nous a fallu longtemps et que cela a causé beaucoup de victimes, avant que la liberté et la démocratie s’appliquent à toute l’Allemagne et que nous soyons devenus un pays de bon voisinage en Europe. Notre Loi fondamentale est considérée à juste titre aujourd’hui comme la meilleure constitution que notre pays ait jamais eue. Personne  ne devrait mettre en danger de façon désinvolte ces acquis, ni en donnant sa voix pour les ennemis de la constitution, ni en s’abstenant ».

La situation est préoccupante pour que le ministre de la justice fasse une tribune sur la constitution, très chère aux Allemands, deux semaines avant les élections. La Loi fondamentale est leur socle démocratique.

Cette tribune intervient après les meetings de la chancelière de la chancelière dans l’Est de l’Allemagne à Wolgast dans le Mecklembourg-Poméranie occidentale, à Finsterwalde dans le Brandebourg et surtout à Torgau en Saxe fief du mouvement xénophobe et anti-réfugiés Pegida et l'une des places fortes du parti populiste et anti-migrants AfD.et Finsterwalde. C’est dans cette partie de l’Allemagne que l’extrême droite a partout mobilisé couvrant de sifflets et de vociférations les discours d’Angela Merkel : « traitre », « dégage », « menteuse », et l’accueillant parfois même avec le salut nazi.

Une telle haine est rare en Allemagne sur les marchés ou sur les places.

Le sondage INSA de ce lundi 11 septembre est édifiant. La CDU, le parti d’Angela Merkel, se tasse avec  36,5%, le SPD reste stable avec 23,5%, le parti d’extrême droite AfD vient en 3e position avec 11% suivi par die Linke 10,5%, les libéraux du FDP sont à 9%, tandis que les Grünen tombent à 6%, les divers sont à 3,5%.

L’entrée au Bundestag de l’AfD avec la constitution d’un groupe parlementaire provoquera de toutes façons un choc en Allemagne, surtout que ce parti travaillera à créer une ambiance de dégagisme avec la violence qu’on lui connaît. Il est bon de réfléchir à la signification des appels au dégagisme dans un Etat de droit après une élection. Mépris de la démocratie ? Assurément. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez