Urgence: Empêchons que s’installe la révolution conservatrice

Sarkozy, le candidat de « 2 portions de frites, c’est la République » - tout un symbole – est out. Les électeurs de droite ont mis largement en tête François Fillon, le candidat de "un papa, une maman". Avec Fillon s’allonge la liste des amis de Vladimir Poutine, candidats à la présidence de la République. Très inquiétant.

Ils ont tous en commun ceci : ils aiment tant les dirigeants autoritaires qu’ils sont muets sur les effroyables bombardements d’Alep. Le « Refugees welcome » n’est pas non plus leur fort.

Il est temps que la gauche qui refuse de tomber dans la problématique identitaire, ouverte sur le monde et l'Europe, que les écologistes, que l'ensemble des démocrates se réveillent contre le défaitisme, innovent, se dépassent, se rassemblent même s'ils ont des divergences. Si la gauche ne bouge pas et reste dans son immobilisme, l’issue fatale le soir du premier tour de la présidentielle sera un duel Le Pen-Fillon au 2e tour, qui nous mènera directement vers la révolution conservatrice, déjà en marche. Une grande régression qui nous attend sur tous les plans : économique, social, sociétal, écologique, politique et éducationnel

Fillon, outre son programme ultra libéral de casse sociale, c'est la déchéance de la nationalité, la stigmatisation des migrants et des musulmans, c'est le candidat suffisamment catho intégriste pour être contre L'IVG, pour avoir voté en 1982 contre la dépénalisation de l'homosexualité, en 1999 contre le Pacs et en 2013 contre le mariage pour tous.

Ni Le Pen! Ni Fillon!

Dès le premier tout, je voterai, m'engagerai pour celui ou celle, ceux ou celles qui à gauche, auront l'intelligence de nous réveiller du cauchemar qui se prépare, d'éviter que la France tombe dans les ténèbres pour longtemps et qui est capable de remettre le monde des Lumières au centre des enjeux.

Je ne pense pas que cela puisse être François Hollande, à moins que... Mais je suis sûre que cela ne peut être ni Manuel Valls qui nous entraîne vers la gauche identitaire, ce qui n’est pas l’histoire de la gauche, ni ceux qui veulent casser l'Europe, ni ceux qui tournent le dos à l'écologie qui est l'avenir de nos sociétés.

Cela me choque que la France, mon pays, dirigée par la gauche n'ait pas été à la hauteur d'Angela Merkel quant à l'accueil des migrants. Ce n'est pas ce qui se fait aujourd'hui que je critique, c'est à dire ce que porte Emmanuelle Cosse  quant à l'hébergement des migrants. Ce qui me révolte c'est que la gauche au pouvoir ferme notre pays aux migrants depuis le début, pendant qu'Angela Merkel les ouvre en Allemagne,  que la tradition de terre d'accueil de la France, c'est fini, parce que l'identitaire l'a emporté. On court derrière le FN, pendant qu’Angela Merkel a formidablement résisté face aux sirènes nauséabondes de Pegida et de l’AfD. Aujourd’hui, elle reste la personnalité la plus populaire d’Allemagne, elle se représente comme candidate à la chancellerie, soutenue par 55% des Allemands. Si elle l’emporte pour le 4e fois, elle ne dira pas : « Wir schaffen das » (nous y arriverons), mais « wir haben es gesschafft » (nous y sommes arrivés). Ce sera la victoire de l’Allemagne, terre d’accueil.

Il y a besoin d’un renouveau politique, les partis traditionnels issus du 20e siècle, nés pour la plupart en pleine guerre froide, doivent se transformer en profondeur, Europe Ecologie avait été un espoir en 2009 qui s’est fracassé en devenant un parti comme les autres. Aujourd’hui, il y a des mouvement : En Marche etc..

Quand on regarde la primaire de droite et celle qui se prépare à gauche, les femmes sont quasiment absentes. Le renouveau politique en France n’aura lieu que quand les femmes auront la place qui leur revient au sommet de l’Etat. J’attends que des personnalités comme Ségolène Royal, Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Emmanuelle Cosse, Najat Valaud Belkacem, soient au premier rang et viennent bousculer cet ordre établi.

Je suis dépitée par le fait que le Parti communiste français qui fait partie de l’histoire de notre pays se précipite de façon suicidaire dans le soutien à Jean-Luc Mélenchon qui incarne un populisme, un certain nombre de valeurs dangereuses de repli, diamétralement opposées à celles des communistes voire de la gauche. Je dis cela, car Ian Brossat, fait partie des personnes pouvant incarner le changement à gauche.

Pour ce qui est des écologistes, Yannick Jadot peut incarner ce renouveau à condition de sortir de l'impasse actuelle d'enfermement partidaire et de retrouver l'esprit du processus de la primaire des gauches et des écologistes qu'il a su si bien animer dans l'ouverturela plus grande.  

Mais à tous ceux qui veulent pratiquer l’exclusion, le changement politique ne se fera pas sans Emmanuel Macron qui contrairement à d’autres incarne la culture politique. L’attaquer sur ce qu’il est, est tout simplement répugnant. Par contre se confronter à ses idées, ses propositions, ne fera qu’élever le débat, qui sera de toutes façons à la fois constructif, enrichissant et passionnant. Emmanuel Macron est devenu incontournable, que cela plaise ou non ! Et face à ce que nous préparent Le Pen et Fillon, je lui dis : « bienvenue ».

Bien sûr, tout ceci se ferait avec Dany Cohn-Bendit! 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.