Dany et le rêve européen

Suite au départ, certes provisoire, de Dany Cohn-Bendit d'Europe Ecologie-les Verts, qui est capable de faire rêver d'Europe aujourd'hui, ce qui est énorme par ces temps de crise où les nationalismes s'envolent. Voici mon intervention au conseil fédéral d'Europe Ecologie les Verts en faveur du TSCG:

Suite au départ, certes provisoire, de Dany Cohn-Bendit d'Europe Ecologie-les Verts, qui est capable de faire rêver d'Europe aujourd'hui, ce qui est énorme par ces temps de crise où les nationalismes s'envolent. Voici mon intervention au conseil fédéral d'Europe Ecologie les Verts en faveur du TSCG:

"Ayant vécu en Allemagne pendant 17 ans, y compris la chute du Mur de Berlin qui a conduit non seulement à la réunification allemande mais aussi de l'Europe, j'ai toujours milité en faveur de la construction européenne. C'est sur cette base que j'ai rejoint Europe Ecologie et Dany Cohn-Bendit en 2009 pour les élections européennes.

Après l'échec du OUI au TCE en 2005, la France se réveillait et se dotait en 2009 d'un parti écologiste européen qui a eu aux élections européennes le résultat que l'on connait.

La construction européenne est un chemin sinueux que les écologistes doivent toujours s'approprier, positivement, surtout dans les moments difficiles. Vous l'avez compris, j'appelle à voter OUI au TSCG.

Quand même, il se passe dans notre Parti quelquechose d'incroyable:le NON met dans la balance la construction européenne et le TSCG lequel n'est pas génial, tout le monde le dit, mais à partir duquel, en le bousculant quelque peu, François Hollande, lors du sommet européen de juin, a su impulser une stratégie de relance en modifiant la donne européenne. Il s'agit d'une étape. Donc un vote négatif de notre part signifie que notre Parti, européen dans ses fondements, met fin à ce processus. Cela signifie également un affaiblissement de la gauche de gouvernement, de nos ministres, puisque un vote écologiste négatif conduirait le PS à voter OUI rejoint par l'UMP.

La France n'est pas une île quelque part perdue en mer, elle fait partie des pays fondateurs de l'Europe, que certains ici semblent oublier. La France a besoin d'un vote écologiste positif visant à pousser le PS vers l'Europe fédérale, un vote écologiste positif permettant d'agir sur la réforme de la PAC et le budget européen.

Vous savez, cher-e-s ami-e-s, ne croyez pas que le vote NON sera vu à l'extérieur comme un NON européen. Le NON que tout le monde entendra est le NON de celui qui prépare sa manifestation du 30 septembre en mobilisant massivement ses troupes, de façon plus forte encore que pour l'élection présidentielle, à savoir Jean-Luc Mélenchon : Un NON dangereux en période de crise, puisque souverainiste et qui surfe sur les nationalismes. Les appels anti-européens de Mélenchon ainsi que ces envolées lyriques en faveur de Robespierre, c'est ça que veut le parti écologiste d'aujourd'hui ? Un NON majoritaire serait un véritable recul par rapport à nos valeurs, qui nous amènera sans doute à disparaître et laissera à Mélenchon un boulevard pour les élections européennes.

En tant que parti écologiste, nous n'avons pas le droit de mettre la construction européenne dans la balance, surtout pas dans cette époque de crise où les nationalismes s'envolent. Je vous appelle à voter OUI au TSGC".  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.