Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

148 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2013

Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Allemagne - l'élection de toutes les surprises

Premières impressions. C'est l'élection de toutes les suprises. Angela Merkel manque de peu la majorité absolue, die Linke devient le 3e parti politique allemand, les Libéraux sont éjectés du Bundestag, un parti anti-européen émerge etc...

Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Premières impressions. C'est l'élection de toutes les suprises. Angela Merkel manque de peu la majorité absolue, die Linke devient le 3e parti politique allemand, les Libéraux sont éjectés du Bundestag, un parti anti-européen émerge etc...

La CDU d'Angela Merkel avec 41,5% (33,8% en 2009) a obtenu son meilleur score depuis 23 ans et a, oh! surprise! frôlé la majorité absolue. La seule fois où la CDU a gouverné seule, c'etait de 1957 à 1961 sous Konrad Adenauer. Cette victoire est l'oeuvre d'Angela Merkel. Les participants aux soirées électorales des différents partis politiques allemands ont salué sa victoire avec respect.

Mais ce qui a provoqué l'enthousiasme chez les participants aux soirées électorales du SPD, des Grünen et de die Linke, fut l'élimination des libéraux du FDP avec 4,8% (14,6% en 2009). La surprise est que le FDP n'est plus représenté au Bundestag pour la première fois depuis la création de la RFA. Angela Merkel a exprimé ses regrets avec un mélange de pitié. Deux millions de voix sont passées du FDP au parti d'Angela Merkel.

Les Grünen essuient une défaite cinglante 8,4% (10,7 en 2009). Ils etaient à plus de 20% il y a 2 ans et encore à 15% il y a quelques mois. Leur co-president, Cem Özdemir a déclaré: "C'est chez nous - et pas chez les autres que nous devons regarder, pour voir ce qui n'a pas marché.  Nous devons faire une analyse sans pitie, chercher nos erreurs et les combattre". Ceci promet des débats houleux chez les Gruenen dans les semaines à venir.

Le SPD avec 25,7% gagne pratiquement 2 points sur 2009 (23%), cela ne suffit pas pour diriger une coalition avec les Grünen. Par contre le SPD pourrait diriger une coalition avec les Grünen et die Linke, ce qui empêcherait Angela Merkel d'être chancelière.  Mais le SPD refuse toute coalition avec die Linke à l'échelon national depuis la chute du mur de Berlin il y a 25 ans. Sans doute oublie t-il que nous ne sommes plus au 20e siècle.

Die Linke avait 11,9% des voix en 2009. Il a  commencé sa campagne avec 5% dans les sondages suite à des débats houleux internes. Oskar Lafontaine, l'un des leaders de ce parti s'est prononcé pour la sortie de l'euro et contre toute participation gouvernementale avec le SPD. C'est grâce à la figure emblématique de die Linke, Gregor Gysi, qui a mis toutes ses forces et toute son énergie dans la campagne que die Linke obtient aujourd'hui 8,6% des voix. Non seulement il s'est prononcé  contre la sortie de l'euro,  mais pour faire sortir le SPD de ses retranchements, il a sans cesse martelé que die Linke est prêt à ouvrir des négociations avec le SPD pour une participation gouvernementale. Hier soir Gregor Gysi ne boudait pas son plaisir en disant: "Qui aurait cru en 1990 que ce parti serait aujourd'hui la troisieme force politique du pays?", ce qui est une surprise. En effet, le parti communiste de l'ex RDA a donné naissance en 1990 peu de temps après la chute du mur au parti du socialisme democratique dont le premier  président ne fut autre que Gregor Gysi qui, avec ses amis, a mené une analyse sans merci du stalinisme. Puis en 2007, le PDS dans une alliance avec le parti d'Oskar Lafontaine, est devenu die Linke. On ne peut pas dire que ce dernier ait été actif dans cette campagne électorale.

Le parti anti européen AfD marqué à droite a manqué de peu son entrée au Bundestag avec 4,7%, ce qui ne présage rien de bon pour les élections européennes. un quart de ses voix provient des abstentionnistes.

Il faut dire aussi que l'Europe a été la grande absente de cette campagne.

Maintenant, les négociations pour la future coalition gouvernementale  commencent. La constitution prevoit 30 jours maximum. Le SPD refusant une coalition ave  les Gruenen et die Linke, les clefs sont dans les mains d'Angela Merkel.

Deux options s'offrent à elle:

Une grande coalition avec le SPD.
Une coalition avec les Gruenen.

Hier soir, ni les le SPD, ni les Gruenen ne voulaient aller avec Angela Merkel.

Il est clair qu'une grande coalition s'essouffle très vite,  qu'elle n'est pas profitable au 2e parti, en l'occurrence le SPD. Par contre, die Linke qui conduira l'opposition au Bundestag en recoltera les fruits. L'objectif de Gregor Gysi est que des remous aient lieu au sein du SPD et qu'à mi-mandat ce dernier ouvre des négociations avec die Linke pour une participation gouvernementale .

L'autre chambre, le Bundesrat, la chambre des Laender, qui dispose d'une majorité SPD - Grünen - Linke, est en capacité de bloquer toutes les lois. Cela ne va quand même pas être si simple que cela pour Angela Merkel.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org