freddy klein
Abonné·e de Mediapart

593 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juil. 2022

LES FAITS SONT TÊTUS

Le citoyen Sébastien Jumel, député communiste, souligne qu'il ne lui paraît pas possible pour les gauches d'accorder leur confiance à la première ministre a priori, mais visiblement il ne voit aucun obstacle à vouloir censurer a priori la même, avant même qu'elle ne soit passée à l'action.

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 24 avril, Emmanuel Macron a été reconduit dans sa fonction pour un second mandat présidentiel par 38,5 % des électeurs inscrits sur les listes électorales. Un français sur trois seulement a voté pour lui et deux français sur trois ont donné leurs voix à la droite-extrême, se sont abstenus ou ont refusé de choisir. Au premier tour, seulement un français sur cinq lui avait accordé sa faveur ; quatre sur cinq ont opté pour un autre candidat, se sont abstenus ou n'ont pas choisi.

Ce qui est indiscutable cependant, c'est bien le fait qu'Emmanuel Macron a été élu président de la République et se succède donc à lui-même.

Aux élections législatives qui ont suivi, c'est le parti présidentiel qui est le premier parti issu des urnes, avec une majorité relative seulement. En cas d'alliance ponctuelle avec LR et quelques rescapées de l'UDI, il pourrait cependant disposer parfois d'une majorité absolue. Il est cependant fort à parier que le gouvernement ne se laissera pas entraver sur un tabouret et devenir l'otage d'un seul parti, largement minoritaire de surcroît et je ne ferai pas l'insulte à l'intelligence du président Macron d'ignorer que les électeurs ont envoyé à l'Assemblée un contingent significatif de députés de gauche, insoumis ou non.

Ce qui est tout aussi indiscutable, c'est que les électeurs n'ont pas donné la majorité absolue au parti du président, ni à aucun autre parti d'ailleurs. Pour légiférer, la première ministre est par conséquent contrainte de trouver non seulement des terrains d'entente mais également à travailler à l'élaboration de compromis rassembleurs. En quelque sorte, les électeurs ont, à leur manière, créé une situation politique qui aurait pu être celle d'une proportionnelle, si ce mode de scrutin avait été retenu.

Le peuple souverain, dont certains ont pris la détestable habitude de vouloir être les porte-paroles privilégiés, a exercé sa souveraineté dans et par les urnes, sans s'en laisser conter. Les députés qui siègent désormais à l'Assemblée, nationale comme son nom l'indique, seront bien inspirés de respecter cette volonté démocratiquement exprimée et cela dans toute sa subtilité. A défaut, ils pourraient en cuire à ceux qui s'aviseraient de vouloir sans cesse refaire le match pour créer le chaos en espérant une dissolution dont ils tireraient les marrons du feu.

Le président et son premier ministre auront donc à faire face à une droite tantôt agressive pour donner des gages à son aile la plus droitière, tantôt cherchant à faire bella figura pour redorer son blason et conserver son image de parti de gouvernement responsable. De la même manière, la majorité présidentielle devra composer tantôt avec une coalition des gauches avides de brevets de respectabilité, tantôt se trouver en opposition frontale avec son aile la plus radicale préoccupée de ne pas se couper d'une base nébuleuse toujours prompte à s'enflammer et à se lancer dans la surenchère.

Le discours de politique générale de la première ministre est le second acte en séance plénière après l'élection de la présidente et des vice-présidents de l'Assemblée. Elle a choisi de ne pas se soumettre à un vote de confiance qu'elle ne pouvait obtenir d'emblée. Dès le lendemain, la coalition des gauches déposera une motion de censure qui n'a d'ailleurs pas plus de chance d'être votée et de mettre la première ministre en situation éventuelle de remettre la démission de son gouvernement au président de la République.

Le citoyen Sébastien Jumel, député communiste, souligne qu'il ne lui paraît pas possible pour les gauches d'accorder leur confiance à la première ministre a priori, mais visiblement il ne voit aucun obstacle à vouloir censurer a priori la même, avant même qu'elle ne soit passée à l'action. Il n'a pas jugé utile de fournir la moindre explication à ce sujet, nous nous contenterons donc de supputer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes