freddy klein
Abonné·e de Mediapart

634 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2022

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

COUVREZ CE SEIN QUE JE NE SAURAIS VOIR...

...par de pareils objets les âmes sont blessées. Et cela fait venir de coupables pensées"

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 « Couvrez ce sein que je ne saurais voir, par de pareils objets les âmes sont blessées.

Et cela fait venir de coupables pensées"

Molière in Tartuffe Acte III Scène 2


Pour s’être dénudée la poitrine et avoir offert à la vue de tous les tétons et les auréoles de ses seins, agrémentés d'une inscription se réclamant des 343 signataires de la pétition pour la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse parue dans l’hebdomadaire Le Nouvel Observateuren 1972, la journaliste et militante Eloïse Bouton avait été condamnée par le tribunal judiciaire de Paris en 2014 à une peine d’un mois de prison avec sursis pour « exhibition sexuelle ». La plainte avait été déposée par le curé de la paroisse catholique de l’église de la Madeleine et la condamnation confirmée en appel puis par la cour de cassation.


En 2019 Eloïse Bouton a porté l’affaire devant la la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) dont les juges ont estimé que sa condamnation est un viol de l’article 10 de la Convention européenne sur les Droits de l’Homme sur la liberté d’expression et condamnent la France pour dommage moral et aux dépens.
« La mise en scène […] avait pour but de véhiculer, dans un lieu de culte symbolique, un message relatif à un débat public et sociétal. »

Extrait de l’Arrêt de la CEDH

Tout d'abord. Etant homme et sensible aux charmes, à tous les charmes des femmes que je ne regarde qu'avec une  concupiscence  de bon aloi sans jamais les siffler ni les harceler, mon regard est naturellement attiré par leur  ravissantes personnes et leurs chevilles comme leurs poitrines ne manquent jamais de m'émouvoir.

Ainsi les jeunes femmes, dites Femen, ne me font jamais détourner le regard, ni hurler les yeux exorbités comme le loup de Tex Avery, encore moins  d'éveiller en moi  une convoitise sans retenue. Je ne  brandis pas non plus un crucifix ou une tresse d'aulx dès leur apparition, en hurlant "Vade retro...Arrière sexe trompeur ,  tourmente ceux qui t'approchent et laisse en paix ceux qui te fuient !"

Je ne comprends par conséquent pas qu'on poursuive devant la justice les Femen pour exhibition, alors que visiblement cela ne gène pas les mêmes de voir une une jeune femme accorte, court vêtue, au décolleté généreux et au sourire engageant nous proposer d'acheter une voiture ou une véranda.

Afin de me faire clairement comprendre, je ne manque jamais de lire le message politique écrit sur la peau des Femen et d'y réfléchir. Vous me direz sans doute qu'il est difficile de ne pas le lire au vu de son emplacement et vous avez raison. Les jeunes femmes critiquées ont bien compris la technique marketing des vendeurs de voiture et savent attirer et séduire le chaland.

Madame Aurore Bergé elle-même est venue un soir sur un plateau de télévision soulignant  son discour politique d'une petite jupe du plus bel effet  et qui avait mis Michel Serre en émoi. Il n'était que Jean Michel Apati pour lui faire des gros yeux et marquer le lendemain sa simple réprobation ( il était un peu grognon ce jour là).

. Aurore Bergé avait également compris que même pour vendre un produit d’une grande vacuité, et surtout quand on n’a que cela en boutique, il faut un solide marketing. Aujourd’hui, tête de gondole par la volonté de son mentor, elle peut se concentrer davantage sur le produit sans avoir recours à quelques artifices qui réveilleraient une fois de plus notre pudibonderie.

Illustration 1

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte