L'ESPRIT FRAPPEUR

Variation sur un thème unique en quelque sorte.

L’ ESPRIT FRAPPEUR

« Pour ne pas heurter mes prudes admiratrices, ni mettre en émoi mes mâles lecteurs....» disais-je dans une précédente chronique. Retenons simplement l'attention que je porte à mes admiratrices et à mes lecteurs qui ne se confondent pas forcément tout en ayant bien des points communs. Notez toutefois que, sans chercher à définir clairement le vice et la vertu, je suis très allusif.

Je pense souvent à elles comme à eux. S'ouvre alors devant moi un océan de perplexité et l'ivresse des profondeurs me submerge en même temps que le vertige me gagne. C'est vous dire !

Certaines de mes admiratrices sont également de mes lectrices mais toutes mes lectrices ne sont pas des admiratrices, loin de là. Il m'est apparu également que certaines de mes lectrices ne sont pas forcément des lectrices en général mais souvent surtout mes propres lectrices ; les vraies lectrices ne me lisent que rarement. D'autres ont choisi de se simplifier l'existence en étant des lectrices admiratrices. Je les approuve totalement.

Je crois savoir que parmi mes lecteurs, il y a également des lectrices qui se sont faits passer pour des admiratrices alors qu'elles étaient en fait des admirateurs déguisés. Si toutes mes admiratrices ne sont pas de mes lectrices, je ne suis pas sans ignorer qu'elles peuvent très bien être les lectrices de quelqu'un d'autre. Elles sont parfois de simples admiratrices comme d'autres se contentent d'être mes lectrices sans m'admirer pour autant.

Concernant mes lecteurs, il m'est clairement apparu que certains étaient également des admirateurs mais que parmi eux s'étaient glissées subrepticement quelques admiratrices. Juste retour des choses, dans la mesure ou parmi mes admiratrices s'étaient de la même manière discrètement faufilé un certain nombre d'admirateurs, bien que leurs motivations ne soient pas évidentes. Il est évident que tous mes lecteurs ne sont pas tous des admirateurs alors que les lectrices infiltrées sont la plupart du temps de vraies admiratrices pour des raisons qui elles sont évidentes. En tout cas pour moi.

De la même manière, parmi mes lecteurs se sont glissés sans doute quelques admirateurs qui se font passer pour des lecteurs sans être nécessairement les miens. Il est probable que mes lecteurs ne sont pas tous des admirateurs. Par ailleurs, nous pouvons également nous interroger pour savoir qui parmi mes lecteurs est un authentique lecteur et qui n'est qu'un lecteur de circonstance égaré au milieu de mes admirateurs.

En définitive, la question de fond sera de régler la question des proportions de chaque catégorie mais cela soulève des difficultés quant au dénombrement des différents groupes. Se laisseront-ils aussi facilement compter qu'ils s'en laissent conter ?

J'ignore si vous m'avez accompagné jusque là. ll est vrai que moi-même, j'ai eu du mal à me suivre et je me suis parfois complètement perdu de vue. Pour m'y retrouver et me retrouver, j'ai donc opté pour une représentation graphique car il vaut toujours mieux faire un dessin pour se comprendre soi-même.

Et c'est là que je suis tombé en arrêt, une patte levée et la truffe au vent. Où voulais-je exactement en venir ? C'est une posture qui me sied à merveille et qui a le mérite de relancer votre attention tout en vous distrayant un instant.

Un dessin va nous aider à la compréhension de cet univers mais offre-t-il vraiment une sortie de cet espace clos ouvert sur l'infini ? Vous me suivez toujours ou vous avez pris la poudre d'escampette ?

Les mathématiques, qu'on disait modernes à une autre époque, peuvent nous être de quelque utilité. Un ensemble, un second ensemble, un sous-ensemble éventuellement, une inclusion, une appartenance, une intersection, beaucoup d'intersections, des intersections à perte de vue, des cercles ou des ellipses. Certains, plus prosaïques, parlaient même de patates. L'usage de crayons de couleur ou encore mieux d'un pinceau et de gouaches permettront une visualisation très fine de la question. A condition toutefois de ne pas perdre de vue ce que nous voulons représenter et de ne pas nous égarer dans une réflexion accessoire sur le mélange des couleurs primaires. De proche en proche, la pensée vagabonde si vite qu'elle peut nous jouer de vilains tours.



20180415-150952

 

 

Ainsi mes lectrices appartiennent à l'ensemble L1 qui est par conséquent réputé être l'ensemble de mes lectrices. Mes admiratrices appartiennent à l'ensemble A1 qui comme son nom ne l'indique pas encore, est l'ensemble de mes admiratrices. Une jeune femme peut donc appartenir à L1 ou à A1, mais elle peut également appartenir aux deux, elle est donc dans l'intersection de L1 et de A1 de par sa double appartenance. Ces lectrices-admiratrices qui se trouvent à l'intersection, constituent un groupe au charme sans appel. Elles retiennent naturellement toute mon attention sans que je sois vraiment en mesure de l'expliquer.

L'aimable Marlène Schiappa ne l'entendra peut être pas de cette oreille et élèvera sans doute une protestation vive. Une jeune femme n'appartient à personne et il n'y a pas que les jeunes femmes qui doivent être concernées par la représentation proposée. Il y a discrimination et l'infraction est parfaitement constituée, au moins verbalement. Ensuite, cette attention que certaines jeunes femmes retiennent, ne présage rien de bon. Ne vous avisez surtout pas d'émettre un sifflement d'admiration ou de salutation, vous risquez gros , en tout cas plus gros qu'elles.

Je prends donc quelques minutes pour rassurer Marlène, tenter de lui offrir quelques garanties avant de poursuivre. Ne bougez pas, je reviens...Voilà. C'est fait. Marlène consent et accepte de reporter à plus tard les questions sémantiques.

 

20180415-150629

 

L'univers est symétrie. Ainsi mes lecteurs appartiennent-ils à l'ensemble L2 qui est par conséquent l'ensemble naturel de mes lecteurs, quant à mes admirateurs, ils se regrouperont dans l'ensemble A2. Un jeune homme de tout âge peut donc connaître une double appartenance s'il est simultanément lecteur et admirateur et se positionne bien dans l'intersection des deux ensembles et ne se laisse pas distraire par une de mes admiratrices en pleine manœuvre d'infiltration. Soit dit en passant, il serait assez surprenant qu'une de mes lectrices ou admiratrices auraient accepté de laisser son attention être détournée aussi facilement. Question de genre sans doute.

Pour en revenir à la question de la représentation, je réalise qu'il est plus long de la décrire avec des mots et des phrases à former et à écrire, qu'à la dessiner, si on reporte toutefois le coloriage à plus tard. J'ignore si ce qui est vrai pour l'écriture l'est également pour la lecture mais il n'y a que mes lectrices et lecteurs qui seraient en mesure de me le dire. J'évoquais plus haut l'angoisse du vertige et l'ivresse des profondeurs, en ressentez-vous les prémices ? Si oui, je suggère que vous fassiez une pause, en allant au cinéma par exemple. Si non, poursuivons notre investigation.

L'observation attentive de mes admirateurs-lecteurs met facilement en évidence qu'ils constituent un magnifique groupe de joyeux drilles. Ils doivent cependant être placés sous étroite surveillance. Ils sont peu persévérants, très volatiles et agis par une seule préoccupation : celle d'aller conter fleurette aux pensionnaires de l'autre groupe.

Un lecteur peut ressentir une attirance pour une lectrice ayant sauté le pas et rejoint mes admiratrices. Pour se rapprocher d'elle, il rejoint mes lectrices mais comme celle qu'il ne quitte pas du regard a sauté le pas pour devenir admiratrice, lui-même se décide alors à rejoindre mes admiratrices. Heureux homme qui appartient simultanément à L2, L1 et A1! Mieux encore, s'il était un de mes admirateurs, il pourrait émarger à A2 mais par intermittence seulement car le cumul admirateur et admiratrice, sans être totalement proscrit, n'est pas vraiment recommandé en raison des troubles qu'il pourrait engendrer mais surtout du désordre dont il serait l'auteur. Il se satisfera d' une triple appartenance donc une triple identité et devra s'en contenter. Tout en restant masculin et singulier.

 

20180415-145124-1

 

Une quadruple appartenance est théoriquement envisageable pour une lectrice qui ne se contentant pas de L1 et A1 souhaiterait faire connaissance d'un lecteur en L2 et le rejoindrait en A2 pour ne pas le perdre de vue. La clause admiratrice-admirateur précédemment évoquée ne s'applique pas dans le cas d'une lectrice et ceci à titre expérimental forcément limité dans le temps. En raison de ce caractère expérimental donc provisoire aucune représentation de ce cas de figure n'est disponible, il conviendra donc de l'extrapoler de la dernière représentation en faisant appel à votre imagination. Marlène Schiappa avait voulu imposer une discrimination positive, mais elle lui fut refusée et l'expérimentation retenue comme un compromis acceptable. Quoiqu'il en soit ma lectrice conservera sa singularité jusqu'à la fin, c'est ce qui fait son charme et explique bien des choses.

 

20180415-145916

 

Il découle à la fois de la tolérance quant aux possibilités d'appartenance offertes à mes lecteurs d'une part, d'une prise en compte virtuelle des possibilités offertes à mes lectrices d'autres part, un dernier cas de figure. Sous la réserve que l'hypothèque imposée à Marlène Schiappa soit levée, bien sûr. Ce dernier cas mérite un examen attentif. Si mes lectrices étaient autorisées d’emblée à côtoyer mes lecteurs y compris en leurs qualités d'admiratrices et d'admirateurs et s’ils se regroupaient sans attendre dans un ensemble unique, non seulement la vie en serait simplifiée, mais la gémination en serait de surcroît durablement assurée. Par ailleurs, la représentation graphique en serait considérablement facilitée.


grenouille-d-eclaircies116





Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.