freddy klein
Abonné·e de Mediapart

473 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2021

LA POLITIQUE A LE VIDE EN HORREUR

Nous pourrions être contraints de voter dès le premier tour en choisissant le moindre mal pour éviter le pire.

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nul ne peut connaître à ce stade l'issue de l'élection présidentielle à venir.

L'histoire retiendra que le PS a implosé en 2017 après plusieurs années d'errance politique et l'action conjuguée des dynamiteurs de l'intérieur et de l'extérieur. Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti, Emmanuel Maurel, Benoît Hamon et Jean Luc Mélenchon, aux ego surdimensionnés et aux ambitions démesurées, étaient à la manœuvre. Ils ont étendu leur champ de tir à la majorité parlementaire et à l'exécutif sortis de leurs rangs. Ce sont deux autres serpents, Macron et Valls, que le capitaine avait couvés en son sein, qui lui ont donné le coup de grâce. François Hollande qui se plaît aujourd'hui à tacler dès qu'il le peut et à dispenser conseils et recommandations sans qu'on le lui demande ou peut-être parce qu'on ne lui demande plus rien, avait pris l'habitude hier de godiller le jour au jour à la tête du parti qu'il était censé diriger puis de l'exécutif qu'il oubliait parfois d'incarner.Le pouvoir était à ramasser et Macron l'a fait. Quatre années plus tard où en sommes-nous ?

Aucune candidature crédible n'a émergé à gauche et ne s'est imposée d'évidence. Jadot est un voltigeur de peu d'envergure qui tente de donner corps à une doctrine et un programme le jour au jour ; Hidalgo est une incarnation presque parfaite de l'évanescence ; les bégaiements politiques de Roussel font peine à voir et il ne sera jamais que l' homme d'un passé définitivement révolu.

Mélenchon, quant à lui, est un homme dangereux qui fait asséner un programme obsolète par ses adeptes, en hébétude devant un homme qu'ils voient providentiel. Le nébuleuse mélenchoniste, qui s'apprête à changer de nom pour faire croire qu'elle aurait réalisé l'union de tous sur le programme d'un seul (ce qui est une mystification de plus), envisage le chaos avec une sérénité déconcertante. Une constituante dont Mélenchon se garde bien de dessiner les contours et les étapes de mise en œuvre. Une nouvelle Constitution qu'il veut à sa main ; du référendum en veux-tu en voilà, dans le seul but d'organiser des plébiscites chaque fois que nécessaires probablement ; de la révocation d'élus, de préférence ceux qui ne se soumettent pas, sans doute avec des mises en scène permettant de désigner les opposants à la vindicte d'une populace préalablement chauffée à blanc par un tribun déchaîné.

La droite dite républicaine n'est guère mieux lotie. De laborieuses critiques souvent capillotractées et sans fondements, tant Macron a réussi à brouiller les pistes ; quelques saillies sécuritaires inspirés par un Ciotti qui rêve de voir venir son heure ; les petites miaulements de contentement de Pécresse ; les démonstrations de french-cancan de Bertrand qui vit dans la hantise d'un grand écart dont il ne se relèverait pas. Ils n'ont qu'une idée en tête : dynamiter à leur tour le président Macron et la politique qu'il mène.

Ils n'ont aucune alternative à proposer et ne se rendent même plus compte qu'ils sont en train de faire le lit de la droite la plus extrême que la France a vu émerger depuis Pétain. Ils ne réalisent pas davantage que l'ennemi de la démocratie les a patiemment infiltrés et qu'ils sont de plus en plus à poils !

L'incurie des premiers comme des seconds, toujours contents d'eux-mêmes et plus frémissants d'impatience que jamais, a ouvert la voie à tout ce que notre pays connaît comme nostalgiques d'un autoritarisme sans limites. Le néant s'ouvre devant nous, il archipellera toujours plus dangereusement l'électorat et risque d'abaisser le niveau de qualification pour le second tour. Plus grave encore, la démultiplication des candidatures, dont beaucoup s'évanouiront sans doute bientôt, mais dont les plus sectionnelles surnageront, risque de conduire à un président mal élu dont les ennemis de la démocratie auront tôt fait de contester la légitimité. Le néant ne porte pas que sur le nombre de prétendants à la magistrature suprême, il est dans les contenus catégoriels même des propositions et de l'absence de réponses sérieuses aux enjeux de demain.

Aux législatives qui suivront cela pourrait conduire à une Assemblée atomisée et opportuniste qui paralyserait l'exécutif en permanence et conduirait au chaos dont certains rêvent secrètement. Pour toutes ces raisons, il devient de plus en plus évident que demain nous pourrions être contraints de voter dès le premier tour en choisissant le moindre mal pour éviter le pire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch