freddy klein
Abonné·e de Mediapart

607 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2019

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

Ken Loach... Sorry, we missed you

Parfois au cinéma, je pleure. Quelques larmes brûlantes s'écoulent sur mes joues, parfois l'une d'elles perle simplement. Cette fois, une seule larme a coulé sur ma joue. Elle était glaciale et s'est écoulée lentement, très lentement. Elle était une larme de colère froide.

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parfois au cinéma, je pleure. Quelques larmes brûlantes s'écoulent sur mes joues, parfois l'une d'elles perle simplement. Ce que je vois et ce que j'entends m'émeut ou me bouleverse. Je m'identifie à celle ou celui qui est frappé par un malheur ou simplement pris dans une situation douloureuse pour eux. Je souffre alors par procuration et cela relève de l'empathie que nous éprouvons et qui fait de nous des êtres humains solidaires.

En regardant Sorry, we missed you, le dernier film de Ken Loach, je n'ai pas pleuré à chaudes larmes. Une seule larme a coulé sur ma joue. Elle était glaciale et s'est écoulée lentement, très lentement. Elle était une larme de colère froide. Je ne me suis identifié à aucun personnage. Je me suis simplement demandé comment avons-nous pu en arriver là. Comment avons-nous pu nous laisser piéger ainsi ? Car c'est bien de cela qu'il s'agit.

Peu à peu, jour après jour, Ricky et Abby sont en proie aux difficultés du quotidien. Ricky enchaîne ce qu'il est convenu d'appeler des « petits boulots », c'est à dire qu'il occupe des emplois précaires mal payés pendant qu'Abby intervient en assistance de vie au domicile de personnes âgées ou handicapées. Comme chacun le sait, ce travail, qui consiste à venir en aide aux plus fragilisées de notre société, est une sinécure dans laquelle fortune peut rapidement être faite.

Cependant la révolution numérique est en marche, elle annonce un avenir radieux à tous, à condition de s'emparer des opportunités qu'elle offre.

Ricky se voit offrir un emploi dans une grande entreprise de livraison qui travaille pour une ou plusieurs plateformes de vente par correspondance. Emploi n'est pas la formule adaptée et adoptée. C'est plutôt une association très libre qui lui est proposée : il a le choix entre acheter un véhicule de livraison avec des traites de 400 £ par mois ou de le louer directement auprès de l'entreprise de livraison pour 65 £ par jour. Le nouvel associé ne touchera pas de salaire mais des honoraires, il s'engage à une disponibilité totale aux conditions de son nouveau partenaire et en s'engageant à une prestation toujours ponctuelle auprès de l'aimable clientèle qui est reine.

Les gros mots comme Congés ou Jours de repos ou encore Maladie ne font pas partie du vocabulaire de la maison. En cas d'impossibilité, le nouvel associé assure son propre remplacement soit par la prise en charge de ses obligations par un collègue de travail soit en procédant lui-même et à ses frais au recrutement d'un remplaçant sous peine de la même mise à l'amende qu'en cas de retard de livraison. Libre à lui de claquer la porte et de trouver une nouvelle solution pour payer les traites de son véhicule de travail car évidemment personne n'a choisi la formule locative auprès de l'entreprise dont le coût est volontairement dissuasif.

Le scanner portatif en permanence connecté sur la centrale veille à ce que les livreurs trouvent infailliblement leur route, ne distraient pas leur temps à converser avec le client, à déjeuner ou à satisfaire un besoin naturel. En cas de distraction, un signal sonore remet les doux rêveurs et poètes qui oublient ce pour quoi ils touchent des honoraires, sur le droit chemin.

Ricky est très vite épuisé par son travail. Abby, qui a vendu sa voiture pour disposer d'un apport personnel lors de l'acquisition du véhicule de livraison, s'épuise elle également dans les transports en commun et l'enchainement soutenu de ses interventions. Fatigue, vie quotidienne de plus en plus difficile, vie familiale en déroute : toutes les conditions sont réunies pour que le moindre grain de sable conduise à la catastrophe.

Comment avons-nous pu nous laisser piéger ainsi ? Qui a été piégé ? Qui nous a piégés ? Comment le piège continue-t-il à se refermer sur nous, inexorablement ? Ken Loach et ses personnages sont britanniques mais ce qu'il nous montre nous concerne tous. Au Royaume-Uni, le renard réclamait haut et fort sa liberté et il a obtenu du gouvernement un poulailler débarrassé de ses syndicats qui se battent bec et ongle pour sauvegarder les intérêts de ses adhérents. En France, le renard a obtenu une mise à sac du Code du travail, dernier rempart pour l'empêcher de s'occuper librement des poules. Au Royaume-Uni, Margaret Tatchter a fait le ménage, en France François Hollande s'y est collé et Emmanuel Macron s'est occupé des finitions. Dans les poulaillers assainis, les renards peuvent enfin s'épanouir et vivre à leur aise.

Dans l'éternel combat du pot de terre contre le pot de fer, le premier a été fracassé au nom de la liberté d'entreprendre et de la croissance exponentielle des profits d'une minorité. Mais ne jouons pas aux puceaux effarouchés, à chaque commande auprès d'un commerce par correspondance, à chaque demande de livraison à domicile de sushi ou de pizza, nous contribuons aux agissements de ceux que Ken Loach dénonce et à la descente aux enfers de ceux qu'ils ont réduits en servage.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk