freddy klein
Abonné·e de Mediapart

595 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2022

LES TROIS VIES DE RITA VOGT de Volker Schöndorff

Volker Schöndorff et Margarethe von Trotta sont deux cinéastes allemands dont les films s'ancrent dans les soubresauts politiques de leur pays d'origine tout en élargissant en permanence leur objet à ce qui nous concerne tous, que nous soyons français, italien, espagnol ou belge. Ils sont de ce fait, à mes yeux en tout cas, les plus européens des cinéastes.

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Volker Schöndorff et Margarethe von Trotta sont deux cinéastes allemands dont les films s'ancrent dans les soubresauts politiques de leur pays d'origine tout en élargissant en permanence leur objet à ce qui nous concerne tous, que nous soyons français, italien, espagnol ou belge. Ils sont de ce fait, à mes yeux en tout cas, les plus européens des cinéastes.

Pour toute une génération ils sont l'un comme l'autre des réalisateurs qui ont mis au cœur de leurs arguments filmés à la fois l'Histoire la plus contemporaine et celle qui la sous-tend et l'explique en partie.

Les trois vies de Rita Vogt de Volker Schöndorff raconte une vie allemande des années 70 du siècle dernier à la chute du mur de Berlin à l'automne 89. Les années de plomb ont oblitéré la vie politique allemande comme celle de l'Italie avec des queues de comète en France et en Belgique. De la Fraction Armée Rouge en Allemagne, des Brigades Rouges de la péninsule italienne aux squelettiques Cellules Communistes Combattantes de Belgique et l'embryonnaire Action directe française, ce sont les mêmes théories qui ont cours, traduites par la lutte d'une minorité se voulant avant-gardiste qui a pris les armes contre un système et pour mettre fin au capitalisme dominant ainsi qu'à l'impérialisme qui en serait le corollaire.

Rita Vogt, une vie en trois vies jusqu'à sa mort violente sous le feu de la police commune naissante d'une Allemagne en voie de réunification. Sa première vie est celle d'une jeune femme en rupture politique qui participe à des braquages-expropriations pour financer une cause sur un front qui s'étend de l'Allemagne au Proche-Orient et qui rêvera même plus tard de porter le fer et le feu au Mozambique et en Angola encore colonies portugaises.

Le film de Volker Schöndorff s'étend principalement sur les deux vies suivantes de Rita Vogt devenue Suzanna Schmidt, puis Sabine Walter. La République Démocratique Allemande (RDA, DDR en allemand ou encore Allemagne de l'Est par opposition à celle de l'Ouest) offre le gîte et le couvert aux terroristes du voisin ennemi et facilite leur transit par Berlin lors de leurs allers et retours entre Beyrouth et les métropoles allemandes.

C'est donc tout naturellement qu'ils y trouveront refuge quand toutes les polices seront à leurs trousses. Toutes les polices européennes à leurs trousses, mais sous la protection de la Stasi (Staatssicherheit- Sureté d'Etat) à l'insu cependant du grand frère, le KGB.

Rita et sa camarade de combat Friederika choisissent de déposer les armes et de demander l'asile en RDA. Elles deviennent des clandestines dans leur refuge pour éviter l'extradition et vivent désormais sous des identités nouvelles, avec un travail ordinaire, un logement social et une vie banale à l'instar des autres allemands de l'Est. Ce sera la seconde vie de Rita Vogt.

Si le rideau de fer et le mur de Berlin séparent les deux Allemagnes, faisant de sa partie sous domination communiste simultanément un ghetto et un sanctuaire, les ondes de la radio et de la télévision ne connaissent aucune frontière et le signalement des membres de la bande à Baader est largement diffusé avec toutes les précisions morphologiques et les signes particuliers permettant de les reconnaître et de les identifier.

Rita Vogt/Suzanna Schmidt porte une cicatrice au coude et c'est cela qui la fait identifier par une collègue de travail qui la dénonce aussitôt, ignorant que les autorités du pays connaissent son existence. Il n'en faut pas plus pour que Rita/Suzanna soit exfitrée, déménagée, relogée, réemployée et « relégendée ». Sabine Walter sera le nom de sa troisième vie et organisatrice de séjours de loisirs sur les bords de la Baltique pour enfants de travailleurs méritants sa dernière profession.

C'est sous cette dernière identité que Rita connaît toutes le désillusions et l'épilogue de sa vie. Elle rencontre brièvement Friederike également « sous légende », elle est amoureuse d'un étudiant est-allemand, communiste orthodoxe convaincu en partance pour Moscou. Quand elle lui révèle qui elle est en réalité, ce dernier s'enfuit et Rita est cruellement renvoyée à elle-même et à son passé qui n'a en réalité aucun droit de cité dans sa patrie d'adoption.

Quand le mur de Berlin tombe, que la Stasi est désarmée, dépouillée de ses archives et réduite à néant, Suzanna/Sabine redevient Rita Vogt, terroriste de « la bande Baader-Meinhof »*, recherchée pour le meurtre d'un policier français à Paris et complice d'autres homicides et vols à main armée. Le piège se referme inexorablement sur les derniers rescapés d'une époque révolue dont Rita Vogt est une des dernières survivantes.

Les groupes militants, qui avaient fait le choix de prendre les armes et d'opter pour la violence extrême en se livrant à des exécutions sommaires, s'étaient donnés des noms parfois pompeux. L'appelation « la bande à Baader » n'est jamais utilisée dans le film de Volker Schöndorff. Cette appelation, qui se voulait infamante et stigmatisante, était bel et bien employée à l'époque. Elle est celle retenue par la police et la presse.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com