Paris-Match: Sarko sans casque sur un scooter, la photo fait jaser !

Paris-Match: Sarko sans casque sur un scooter, la photo fait jaser !

Par Freddy Mulongo, vendredi 1 août 2014   Radio Réveil FM International 

Il se les frise Sarko. Quand son successeur à l'Elysée se promène nuitamment sur un scooter, casque sur la tête, pour ne pas être reconnu alors qu'il visite une illégitime, lui va, tête nue, avec sa légitime, la cuisse avantageuse en déshabillé de bain. Il est libre, Sarko, il ne s'encombre d'aucun couvre-chef pour rouler en vespa avec son amoureuse-il n'y a que pour parler au téléphone avec son avocat qu'il se cache sous le pseudo amusant de "Paul Bismuth". Pour rouler sans casque, Sarko risque une amende de la maréchaussée, mais il s'en moque, il est habitué, et, la plupart du temps, c'est l'UMP qui paie.

"Paris Match" est l'allié de Sarko, il lui consacre une quatrième couverture en neuf mois, soit une toutes les huit semaines.

L'hebdo de la maison Lagardère est toujours là aux moments importants. Il ne pouvait pas louper la descente à la plage de la famille Sarkozy où la petite Giulia joue avec la fille de la nounou.

Quand il n'est pas à la plage Sarko se fait photographier à bicyclette, toujours sans casque. il est vrai qu'il ne va pas à des allures folles, surtout en montée. il roule sur un vélo de pro du Tour de France, mail il a gardé les vielles pédales à cale- pied des années 70. C'est à ça que l'on reconnait chez lui le conservateur.

Sarko sue . "Il s'est programmé un entrainement de champion. Comme s'il avait besoin de prendre son élan", écrit "Match". Il fait croire qu'il est dans son plan de communication pour prendre l'UMP à l'arbordage à la rentrée.

"Le Figaro" (28/7) raconte comment il prépare "son retour". Sarko regarde les sondages, il consulte ses amis et il pose "ses conditions": pouvoir conserver ses bureaux d'ancien président, rue de Miromesnil, et continuer de prononcer des conférences internationales, bien payées. Sarko est prudent, il sait qu'il n'y a plus de sous à l'UMP, faut bien qu'il vive.

Entre le Cap Nègre et Bali, Sarko au aussi honoré la semaine dernière le dictateur du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, en participant à la conférence du Forum économique Forbes de Brazzaville: 100 000 euros, selon "L'Express", pour parler des "défis de la bancarisation" en trente minutes. Compte tenu des problèmes de l'UMP avec ses banques, Sarko est bien placé pour disserter. L'an dernier, c'est jean-François Copé, alors président de l'UMP, qui avait participé au Forum. Une référence en or !

Grâce à "Paris Match", les affaires glissent sur Nicolas Sarkozy comme l’eau sur les plumes d’un canard. En deux semaines, l’homme accablé et défait par une garde à vue prolongée a déjà sorti la tête de l’eau grâce à l’hebdomadaire.

"Il ne peut plus rien nous arriver d'affreux maintenant"

Que nous vaut cette présence répétée dans les médias. Elisabeth Chavelet, rédactrice en chef adjointe en charge de la politique, explique sur le Figaro.fr que "c'est l'à-côté de Nicolas Sarkozy mis en examen. Un instant plus heureux, souriant, ce qui est rare en ce moment".

Car, si l’ex-président est mis en examen, ce n’est pas sa faute, évidemment, mais celle des méchants juges, tous politisés et à gauche, qui lui veulent du mal. Le pauvre, au lieu de le laisser en paix, on fait rien qu’à l’embêter ! Pourtant, lui aussi a droit à cette parcelle de bonheur qu’apportent les vacances. Pas Hollande, lui, il doit travailler tout le temps car il a choisi d’être président de la République. Bien fait pour lui !

Mais venons-en à la photo de ce jeune couple. Tout le monde a remarqué que les amoureux ne portaient pas de casque, ce qui devrait logiquement entraîner une amende de 135 euros. C’est néanmoins un détail.

Une photo prise sur le vif ? Certainement pas

D’autres aspects de la photo sont bien plus troublants. Je ne parle pas de Carla, dont la jupe est remontée jusqu’au haut de la cuisse, mais plutôt de tout ces indices qui laissent à penser que la photo a été posée et sans doute prise à l’arrêt ou, tout au moins à une vitesse très réduite permettant au photographe d’opérer dans les meilleures conditions.

D’abord, cette jupe, évidemment, qui ne vole pas, mais qui retombe artistiquement sur le siège du deux roues. Ensuite, la chemise de l’ex-, qui elle aussi tombe parfaitement sans être plaquée au corps par la vitesse. Enfin, les cheveux. On est habitué à la fixité de ceux du président, mais la façon dont ceux de son amoureuse tombe sur ses épaules est plus étonnante.

Last not but least, si le couple est net, le mur ne devrait pas l’être. De deux choses l’une, ou le photographe est à l’arrêt et il devrait être légèrement flou ainsi que comporter les indices de mouvement que je viens de décrire ; ou il est pris d’un autre véhicule et le mur devrait dans ce cas être flou.

Ce que montre l’observation de cette photo, c’est donc qu’il ne s’agit pas d’une photo prise sur le vif, d’une photo volée de paparazzi au téléobjectif. Là encore, cela aurait entraîné des oppositions flou/net entre le sujet et le décor. C’est donc bien une mise en scène pour le photographe, comme Sarkozy en est coutumier.

On se souvient du fameux cliché pris en Camargue pendant la campagne présidentielle de 2007, montrant Sarkozy à cheval. À l’époque, un contrechamp avait révélé la manipulation de la presse par le candidat : les photographes avaient été regroupés dans une bétaillère pour prendre la photo selon ses indications.

Sept ans plus tard, le fougueux cow-boy a troqué son cheval contre un scooter et il a surmonté ses démêlés conjugaux, filant le parfait amour avec une femme qui, avant lui, allait d’homme en homme.

Ce bonheur doit s’afficher et doit être l’occasion de poursuivre le combat politique. À l’image un peu honteuse d’un président casqué montant sur son scooter pour voir sa maîtresse dans la clandestinité, le metteur en scène Sarkozy oppose un couple souriant, rayonnant de bonheur, libre – c’est ce qu’exprime l’absence de casque –, qui sait ce qu’est la dolce vita, même dans l’adversité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.