Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

3338 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2014

Justice inféodée: Eugène Diomi Ndongala condamné à 10 ans par l'incapacitaire de Kingakati alias Joseph Kabila !

Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Justice inféodée: Eugène Diomi Ndongala condamné à 10 ans par l'incapacitaire de Kingakati alias Joseph Kabila !

Par Freddy Mulongo, jeudi 3 avril 2014  Radio Réveil FM International 

Comment peut-on continuer à voir les nôtres tombés, arrêtés arbitrairement, emprisonnés par un régime d'usurpation et d'imposture, acquiescer sans broncher ? Comment peut-on accepter qu'un tricheur et fraudeur impénitent soutenu par la mafia international, catapulté à la tête du Congo en complicité avec des Mammouths joséphistes ventripotents et des Dinosaures Mobutistes rénovés, faire sa petite loi, à qui donc la faute ? Comment peut-on accepter cette condamnation injuste d'Eugène Diomi Ndongala, président de Démocratie Chrétienne demeurer silencieux, sans aucune réprobation populaire, tétanisé par le Kadogo fait Roi au kongo ? Quel pays est devenu la République démocratique du Congo avec tous ces ventripotents et aplaventristes sans moral, sans idéaux pour le pays, seul compte leur ventre gonflé et insatiable ? A Réveil FM International, nous sommes estomaqués par non-réaction populaire de la condamnation de l'acteur politique Eugène Diomi Ndongala à 10 ans de prison, dans un pays où le délestage est de mise et où la justice travaille la nuit ! La justice nuitarde, corrompue, vendue à la solde de l'incapacitaire de Kingakati est désolante. Alias Joseph Kabila malgré son régime de terreur sait au moins que tous les congolais n'ont pas encore courbé l'échine devant sa pathétique personne. Son pseudo règne abusif est une parenthèse de l'histoire va se fermer rapidement. Mais où sont donc les Congolais patriotes et épris de justice pour dénoncer cette cabale du régime contre Eugène Diomi Ndongala ?

Eugène Diomi Ndongala, président de Démocratie Chrétienne, un homme debout !

Le crime d'Eugène Diomi Ndongala est d'avoir réfuté les fraudes massives de novembre 2011 qui ont sanctifié le second hold-up électoral d'alias Joseph Kabila. Mieux, bien qu'élu comme député de refuser d'aller siéger au Parlement godillot des applaudisseurs au Palais du peuple de Kinshasa. De boycotter ses émoluments parlementaires. De toujours reconnaître Etienne Tshisekedi wa Mulumba comme le président élu. De tout faire y compris de vouloir organiser une Majorité Présidentielle Populaire issue de l'élection du 28 novembre 2011. Le voilà qui est accusé d'avoir violé deux mineurs que l'on voit jamais. Alors que le Grand violeur de la Constitution, lui trône abusivement sur le trône de la République démocratique du Congo.

Réveil FM International diffuse cette interview de Freddy Nkita, le Secrétaire Général de Démocratie Chrétienne. L'interview a été réalisée à Paris, deux jours avant la condamnation d'Eugène Diomi Ndongala à 10 ans de prison par la Cour suprême de justice nuitamment.

Freddy Nkita, Secrétaire Général de Démocratie Chrétienne. Photo Réveil FM International

Freddy Nkita, Secrétaire Général de Démocratie Chrétienne. Photo Réveil FM International

A Réveil FM International, nous refusons le silence complice face à l'emprisonnement d'Eugène Diomi Ndongala. Dossier à suivre !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine