Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

3338 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 nov. 2021

RDC : 112è sur 116 sur l'indice mondial de faim! 26.2 millions de congolais ont faim!

L’état de la sécurité alimentaire en République démocratique du Congo (RDC) reste désastreux, selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM). L'argent du pays est consacré à corrompre les députés, à faire des périples touristiques (2,5 millions $/ voyage) à escroquer avec RAM (266 millions $)...

Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

RDC : 112è sur 116 sur l'indice mondial de faim! 26.2 millions de congolais ont faim!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

La RDC est 112e sur 116 sur l’indice mondial de la faim (GHI) pour l’année 2021. En chiffres absolus la RDC constitue actuellement la plus grande crise alimentaire mondiale selon le PAM. Concrètement, 26.2 millions de congolais sont en situation d’insécurité alimentaire. 

Selon les deux agences de l’ONU, le nombre de personnes touchées par une insécurité alimentaire aiguë élevée en RDC est estimé à 27,3 millions, soit une personne sur trois, dont près de sept millions de personnes aux prises avec des niveaux d'urgence de faim aiguë.

Cette situation fait de la RDC le pays avec le plus grand nombre de personnes ayant un besoin urgent d'assistance en matière de sécurité alimentaire au monde.

« Pour la première fois, nous avons pu analyser la grande majorité de la population, ce qui nous a aidé à nous rapprocher de la véritable image de l'ampleur stupéfiante de l'insécurité alimentaire en RDC », a déclaré Peter Musoko, représentant du PAM en RDC. « Ce pays devrait être en mesure de nourrir sa population et d'exporter un surplus. Nous ne pouvons pas laisser les enfants se coucher le ventre vide et les familles sauter des repas pendant une journée entière ».

Le conflit reste une cause clé de la faim en RDC. De larges pans des provinces de l'est du pays (Ituri, Nord-Kivu, Sud-Kivu et Tanganyika) ainsi que la région centrale du Kasaï - théâtre d’un récent conflit - sont durement touchés par les violences. Le marasme économique et l'impact socio-économique de la Covid-19 sont les autres facteurs clés qui aggravent cette crise de la faim dans le plus vaste pays d’Afrique subsaharienne.

« Les conflits récurrents dans l'est de la RDC et les souffrances qu'ils entraînent restent très préoccupants. La stabilité sociale et politique est essentielle pour renforcer la sécurité alimentaire et renforcer la résilience des populations vulnérables. », a déclaré Aristide Ongone Obame, représentant de la FAO en RDC. « Nous devons nous concentrer d'urgence sur la production de denrées alimentaires là où elles sont le plus nécessaires. La principale saison agricole approche et il n'y a pas de temps à perdre », a-t-il dit.

Derrière ces chiffres alarmants de la faim se cachent les histoires de parents privés d'accès à leur terre ou contraints de fuir pour sauver leur vie, tout en voyant leurs enfants tomber malades faute de nourriture. Le personnel du PAM a rencontré des familles qui sont retournées dans leurs villages pour y trouver leurs maisons incendiées et leurs récoltes entièrement pillées. Certains ont survécu en ne mangeant que du taro, une racine qui pousse à l'état sauvage, ou seulement des feuilles de manioc bouillies dans l'eau.

Les populations les plus touchées sont principalement les déplacés, les réfugiés, les rapatriés, les familles d'accueil et les personnes touchées par les catastrophes naturelles (inondations, glissements de terrain, incendies) ainsi que les ménages dirigés par des femmes. À cela s'ajoutent les populations les plus pauvres des zones urbaines et périurbaines et celles qui vivent dans des zones enclavées avec un faible pouvoir d'achat et un accès à la nourriture via les marchés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Macron pris au piège des symboles
Pendant cinq ans, le chef de l’État a tenté de construire le récit de son mandat par touches symboliques. Mais de l’affaire Benalla aux vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, ce sont d’autres marqueurs qui ont parlé au plus grand nombre et dessiné les contours de son exercice du pouvoir.
par Ellen Salvi
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre