Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

3338 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2014

Remaniement ministériel : le blues des « gueules cassées »

Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Remaniement ministériel : le blues des « gueules cassées »

Par Freddy Mulongo, samedi 12 avril 2014  Radio Réveil FM International 

Les anciens ministres de l'équipe Ayrault qui ont été brutalement éconduits du gouvernement de Manuel Valls tentent, tant bien que mal, de tourner la page.

LEURS AGENDAS se sont vidés d'un coup, leurs téléphones sonnent moins. Et depuis la fin du feuilleton sur le remaniement, on les appelle les « ex ». Ils sont 17 de l'équipe de Jean-Marc Ayrault à ne pas avoir été reconduits par Manuel Valls au gouvernement et à le vivre souvent douloureusement.

« C'est rude », reconnaît Guillaume Garot, ex-ministre à l'Agroalimentaire. Certains ont d'autant plus de mal à encaisser qu'ils n'ont jamais été officiellement prévenus. « Je l'ai appris devant ma télévision, en découvrant les noms », confie Michèle Delaunay, ex-ministre aux Personnes âgées. Même « humiliation » pour Alain Vidalies et Guillaume Garot, qui a tout de même eu droit, avant-hier, à un petit mot d'excuse de Valls. Thierry Repentin a, lui, reçu un simple SMS de François Hollande, son ami... « C'est raide, la vie politique », reconnaît l'ancien ministre aux Affaires européennes, qui admet « passer un moment difficile ».

Le sentiment d'injustice prédomine : « Pourquoi moi ? » « J'ai le sentiment d'avoir bien servi la France, l'Etat et la gauche, et dans des circonstances pas toujours faciles », insiste Dominique Bertinotti, l'ex-ministre à la Famille qui a évoqué publiquement son cancer. Incompréhension et parfois même un brin d'amertume. C'est le cas de Thierry Repentin, doublement sacrifié pour laisser sa place à Harlem Désir, exfiltré du PS, et sans possibilité d'atterrir au Logement, sa spécialité. Ce ministère a échu à Sylvia Pinel pour obtenir la fidélité des Radicaux de gauche... Hasard du calendrier, le jour où Delaunay a été virée, elle devait présenter sa loi en Conseil des ministres.

La politique ne reste jamais loin

Depuis, la Bordelaise s'est réfugiée dans son jardin et « se venge » sur ses arbres. « Sécateur à la main, je taille, j'élague et je fais du compost », sourit Delaunay, qui a besoin d'activité : « Quand on a le cafard la nuit, on va nettoyer sous l'évier. » De retour hier dans sa Savoie, Repentin part dans un refuge en montagne pour randonner ce week-end et « se vider la tête ». Quant à Garot, « break à Madrid » avec au programme farniente, longueurs de piscine et surtout lecture. Il vient de commencer un thriller politique, « la Bataille de chats » d'Eduardo Mendoza, un Catalan né à Barcelone. De quoi lui rappeler Valls...

Mais ces ex gardent les mains dans le cambouis. Il faut notamment recaser les anciens collaborateurs de cabinet. Un appui pour un CV dans le privé, un SMS de recommandation auprès d'un ministre... « Pôle emploi, c'est nous », grimace Repentin.

Carlotti retrouve la poudrière marseillaise

La politique ne reste jamais loin. Après quelques jours de repos dans sa maison du Gard, Vincent Peillon a vite replongé. Tête de liste aux européennes dans le Sud-Est, il prépare sa péniche pour faire campagne. « Il est gonflé à bloc », reconnaît le député Pascal Terrasse même si ses proches lui ont conseillé de « lever le pied » après avoir pris « un coup de vieux » à l'Education. Marie-Arlette Carlotti s'est accordé un week-end, « sans téléphone », avant de retrouver la poudrière du PS marseillais.

Abasourdi par son éviction - « Prends plus que quelques jours de vacances... » lui a brutalement signifié Valls - et surtout par sa défaite surprise à Palaiseau (Essonne) aux municipales, François Lamy, lui, n'a qu'une idée en tête : « Revenir plus fort à l'Assemblée pour travailler le groupe de l'intérieur », glisse son entourage.

Certains n'auront bientôt plus rien

Ceux qui étaient parlementaires retrouveront automatiquement leur siège un mois après leur sortie du gouvernement. « Plus que trois semaines ! » se réjouit déjà Delaunay. Pour ceux qui n'ont rien, ils toucheront une indemnité équivalente à leur traitement pendant six mois.

Repentin va aussi retrouver son siège de sénateur mais pour peu de temps. Après la débâcle des municipales, le Savoyard sait qu'il ne pourra le conserver en septembre. Quand les uns pensent encore à leur avenir politique, d'autres pensent à leur avenir tout court.

Quand les uns pensent encore à leur avenir politique, d'autres pensent à leur avenir tout court.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet