Francophonie: Après Alain Mabanckou, vague de démissions à l'Alliance française !

Après le refus de l'écrivain Alain Mabanckou de contribuer aux travaux de réflexion autour de la langue française, c'est au tour de la Fondation Alliance française de fragiliser un peu plus le projet de redynamisation de la francophonie voulu par Emmanuel Macron. Plus du tiers de ses administrateurs, dont son président, ont annoncé jeudi 18 janvier leur démission, plongeant dans une crise profonde

Francophonie: Après Alain Mabanckou, vague de démissions à l'Alliance française !

Par Freddy Mulongo, samedi 20 janvier 2018  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-alliance-francaise

L'Alliance Française, une institution de la République

Après le refus de l'écrivain Alain Mabanckou de contribuer aux travaux de réflexion autour de la langue française, c'est au tour de la Fondation Alliance française de fragiliser un peu plus le projet de redynamisation de la francophonie voulu par Emmanuel Macron. Plus du tiers de ses administrateurs, dont son président, ont annoncé jeudi 18 janvier leur démission, plongeant dans une crise profonde ce garant d'un réseau de plus de 800 alliances dans le monde consacré à l'enseignement du français.

freddy-mulongo-alliance-francaise-1

Les Alliances françaises dans le monde

Le Conseil d’administration de la Fondation Alliance Française s’est réuni le 17 janvier 2018 et a émis le communiqué suivant : "Constatant que la situation financière de la Fondation ne permet pas d’établir un budget 2018 conservant à celle-ci les moyens de poursuivre ses activités, le Président, Jérôme Clément, ainsi que cinq autres administrateurs, personnalités qualifiées, Alain Juppé, ancien Premier ministre, Maire de Bordeaux, Jean-Hervé Lorenzi, Economiste, Michel Lucas, ancien Président du CIC, Jean-Claude Meyer, Vice chairman international de Rothschild and Co et Francis Morel, Président directeur général du Groupe Les Echos le Parisien ont remis leur démission. Trois autres membres suspendent leur démission jusqu’au 30 avril 2018.

freddy-mulongo-destinationfrancophonie

Destination francophonie

C'est une annonce qui fait tache d'huile à un mois du vaste plan pour la promotion de la francophonie promis par Emmanuel Macron. Plus du tiers des administrateurs de la Fondation Alliance Française ont annoncé leur démission. Parmi eux, l'ancien Premier ministre de droite Alain Juppé.

C'est une annonce qui fait tache d'huile à un mois du vaste plan pour la promotion de la francophonie promis par Emmanuel Macron. Plus du tiers des administrateurs de la Fondation Alliance Française ont annoncé leur démission. Parmi eux, l'ancien Premier ministre de droite Alain Juppé.

Après le refus de l'écrivain Alain Mabanckou de contribuer aux travaux de réflexion autour de la langue française, c'est au tour de la Fondation Alliance française de fragiliser un peu plus le projet de redynamisation de la francophonie voulu par Emmanuel Macron. Plus du tiers de ses administrateurs, dont son président, ont annoncé jeudi 18 janvier leur démission, plongeant dans une crise profonde ce garant d'un réseau de plus de 800 alliances dans le monde consacré à l'enseignement du français.

«Constatant que la situation financière de la Fondation ne permet pas d'établir un budget 2018 conservant à celle-ci les moyens de poursuivre ses activités, le président, Jérôme Clément, ainsi que cinq autres administrateurs, ont remis leur démission», annonce la Fondation dans un communiqué. Parmi les démissionnaires figure notamment l'ancien Premier ministre de droite Alain Juppé.

La Fondation Alliance française, indépendante de l'État et basée à Paris, est une sorte de «garde du sceau» de la «marque» Alliance française, dont dépendent 822 centres dans 133 pays. Ces Alliances, des organismes à but non-lucratif distincts de la Fondation, organisent plus de 20.000 événements culturels par an et proposent des cours à plus de 500.000 étudiants dans le monde. «C'est un réseau crucial pour la diplomatie d'influence» de la France, précise-t-on au ministère des Affaires étrangères.

Des loyers impayés s'élevant à 700 000 euros

La démission en bloc est due au long contentieux qui oppose la Fondation et l'Alliance française de Paris Ile-de-France (AFPIF). Cette dernière, première Alliance créée en 1883, estime avoir été spoliée et refuse de payer le loyer de ses bureaux, qui lui appartenaient avant d'être cédés à la Fondation lors de sa création en 2007.

De source proche du dossier, on souligne que les loyers impayés depuis 2016 s'élèvent à 700.000 d'euros, sur un budget total de 4 millions d'euros par an. Le président de la Fondation, Jérôme Clément, avait demandé à l'État d'accroître sa subvention (1,3 million d'euros par an), mais en vain.

Le ministère des Affaires étrangères a estimé que les difficultés de la Fondation n'étaient pas seulement dues au non-paiement du loyer, mais également à une «fragilité structurelle». La Fondation «n'a quasiment pas levé de fonds depuis dix ans», ce qui était pourtant son objectif. C'est un «constat d'échec», précise le ministère. Ce dernier refuse de «prendre parti dans le contentieux» mais, face à la «menace de dissolution» de la Fondation, «s'engage à continuer à soutenir les Alliances françaises dans le respect de leur autonomie».

La démission survient peu avant l'annonce, prévue le 20 mars par le président français Emmanuel Macron, d'un vaste plan pour la promotion de la francophonie. Emmanuel Macron avait déjà dit souhaiter un «rapprochement» de la Fondation avec l'Institut français, établissement public organisant des événements culturels à l'étranger.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.