RDC: Problèmes de pouvoir, Etienne Tshisekedi et son fils Félix Tshilombo Bizimungu?

Dans sa cupidité, roublardise et fourberie, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe engage un bras de fer avec Alias Kabila qu'il l'a nommé après un deal dont lui seul connait le contenu et voudrait que le peuple congolais qu'il a cochonné, avec son mépris et son vol des voix, le soutienne et soit de son côté ? Personne ne lui a donné mandat, de faire un deal...

RDC: Problèmes de pouvoir, Etienne Tshisekedi et son fils Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe?

Par Freddy Mulongo, mercredi 20 mars 2019  Radio Réveil FM International

freddy-mulongo-etiennetshisekedi-x

Etienne Tshisekedi wa Mulumba et son ami, le Maréchal Mobutu Sese Seko !

Cette question mérite d'être posée: les Tshisekedi ont-ils un problème avec le pouvoir ? Félix Tshilombo Bizimungu wa kanambe, fils Tshisekedi, vient de suspendre l'installation des sénateurs et l'élection des gouverneurs, se mettant hors la loi constitutionnelle et risque de se voir traduit en justice pour "Haute trahison" !

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-45

Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi et son allié-partenaire, Alias Kabila

Arrivée au pouvoir après une nomination électorale suite à un deal avec Alias Kabila, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est un petit pseudo-président protocolaire. Félix Tshilombo clame qu'il est soutenu par des Américains et Français pour renoncer au pacte qui le lie à Alias Kabila dont personne n'a jamais lu, y compris sa base de l'Udps. La guerre de 100 ans est donc déclenchée entre un imposteur-usurpateur, voleur des voix du peuple congolais Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanamba, pantin, collabo et traître à la Nation congolaise et Alias Kabila, dictateur-autocrate qui l'a placé sur le trône pour lui chauffer le fauteuil présidentiel. Le problème de Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, est d'avoir accepté le deal, pour contourner le souverain primaire qui est le peuple congolais. D'accepter d'être Nommé au lieu d'être élu par le peuple congolais. Il est imposteur-usurpateur. Il n'est pas élu donc il est illégitime. Valentin Mubaké n'avait-il pas prophétisé que le vrai dauphin d'Alias Kabila était dans l'opposition ?

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-52

Deux pâtissiers enfarineurs du peuple congolais: Félix Tshilombo pantin d'Alias Kabila !

A Réveil FM International, nous avions que le portrait robot d'Alias Kabila par le Tutsi Power était Félix Tshilombo. Individu cupide de "Chance Eloko Pamba", pas instruit, malléable à souhait, qui aime la vie facile, les honneurs et est prêt à vendre son âme, le Congo et le peuple congolais pour des miettes que lui jette sous la table ! Avec ses 16%, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe aurait dit reconnaitre sa défaite face à Martin Fayulu 62%. Roublard, fourbe, ventriote, profito-situationniste, politicailleur patenté Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe a roulé le peuple congolais dans la farine. L'imposteur-usurpateur ne va pas diriger le Congo !

freddy-mulongo-etiennetshisekedi-z

Etienne Tshisekedi wa Mulumba et son ami, le Maréchal Mobutu Sese Seko !

Etienne Tshisekedi wa Mulumba, docteur en droit et juriste? C'est quand même grave ! Sa deuxième nomination de Premier ministre par le Maréchal Mobutu Sese Seko date du 30 septembre 1991 suite aux négociations du Palais de Marbre I. Mais un grave incident a éclaté lors de la cérémonie de prestation du serment d’investiture le 16 octobre 1991 à Kinshasa. Avant d’apposer sa signature sur le procès-verbal, Etienne Tshisekedi a barré les mots "garant de la Nation", contestant ainsi cette qualité à Mobutu Sese Seki; il a biffé aussi l’expression "observer loyalement et fidèlement la Constitution", pour nier l’existence de la Constitution de 1967. Par la suite, le 18 octobre 1991, un communiqué de la présidence de la République constata que le Premier Ministre, s’était mis par cette action "dans l’impossibilité légale d’exercer ses fonctions" et le 21 octobre une ordonnance présidentielle révoqua Etienne Tshisekedi et son gouvernement. Etienne Tshisekedi n’a retrouvé la Primature que lors de son élection à la Conférence Nationale Souveraine le 15 août 1992.

freddy-mulongo-etiennetshisekedi-a

La lettre d'Etienne Tshisekedi au sécessionniste Albert Kalonji Mulopwe, qualifiant Patrice Emery Lumumba de "Crapaud"

L'Udps, parti familial des Bena Mpuka, zélotes Talibans, des collabos et traîtres contre la Nation congolaise, ce vieux parti a maintes fois trahi et déçu les milliers des Congolaises et Congolais qui ont depuis plus de trois décennies cru en cette formation politique. Ce, malgré sa dénomination « l’Union des démocrates pour le progrès social ». Cette dernière n’a ni démocrate ni socialiste moins encore de progressiste à l’analyse d’un nombre croissant des Congolais. Par contre c’est un parti d’extrémisme sans concurrent qui n’a su faire aucune concession politique pour l’avancement en général de la RDC depuis sa création, sa spécialité étant les bras de fer, les blocages, la diabolisation des autres, la politique de chaise vide ou de caprices politiques sur fond des calculs individualistes en faveur d’un tribalisme assez évident. En effet, ce vieux parti s’est distingué soit par son absentéisme, soit par son extrémisme et/ou encore par son radicalisme tribalo-ethnique maintenant par le vol des voix du peuple congolais par Félix Tshilombo, fourbe et roublard.

Tshisekedi et Mobutu justifiant la pendaison publique de 3 ministres et d'un sénateur © Mike Kabamba

Etienne Tshisekedi n’a jamais redouté de se faire beaucoup d’ennemis. Mais le pire d’entre eux, celui dont il ne s’est jamais méfié, c’est lui-même. L'homme était obstiné, courageux, narcissique, orgueilleux et imprévisible ! Il est un personnage qui s’est statufié de son vivant. En 1960, année de l’indépendance, Etienne Tshisekedi wa Mulumba est déjà là : alors qu’il ne terminera ses études de droit qu’un an plus tard, il fait partie de ces jeunes intellectuels auxquels Mobutu fait appel pour composer le Collège des Commissaires généraux, un gouvernement provisoire qui est mis en place après la mise à l’écart de Patrice Lumumba. Commissaire adjoint à la justice, Etienne Tshisekedi sera accusé d’avoir signé le document envoyant le Premier Ministre au Katanga, où la mort l’attend.

Au cours des années 60, Etienne Tshisekedi est membre éminent du groupe de Binza, qui rassemble les premiers intellectuels congolais. Il est ministre de l’Intérieur en 1969 lorsque les "Pendus de la pentecôte" Kimba, Anany et Bamba sont exécutés, il rédige le Manifeste de la N’Sele, qui jette les bases du parti unique, le Mouvement populaire de la révolution. Lorsqu’il est au pouvoir, ce Kasaïen, premier diplômé en droit de l’histoire du Congo, ouvrira largement les portes de la magistrature aux ressortissants de sa province.

Lorsqu’en 1996-97 l’histoire s’accélère, et que la guerre éclate au Kivu, sur la frontière du Rwanda, Tshisekedi voit resurgir un autre revenant, M'zée Laurent-Désiré Kabila, compagnon de Patrice Lumumba dans les années 60. Dès que ce dernier, porté par les armées du Rwanda et de l’Ouganda, entre dans Kinshasa en mai 1997, M'zée LD Kabila envoie des émissaires à Etienne Tshisekedi, qu’il considère comme un "résistant de l’intérieur". Mais les conseillers rwandais empêchent une rencontre directe entre les deux hommes et Etienne Tshisekedi refuse toute collaboration, exhortant Kabila de " faire d’abord partir les étrangers qui l’accompagnent".

Apprenant que ses "amis" rwandais auraient le projet d’assassiner l’opposant historique, un crime qui aurait été imputé à M'zée Laurent-Désiré Kabila, ce dernier décide, en catastrophe, de réléguer Etienne Tshisekedi dans son village d’origine,, à Kabeya Kamwanga au Kasaï. M'zée Laurent-Désiré Kabila a donc sauvé la vie de l'impénitent et virulent opposant! Gaëtan Kakudji, ministre de l’Intérieur à l'époque, dote même l’irréductible opposant d’ un motoculteur en précisant qu’ "ainsi, il apprendra à travailler"… C'était pour sauver sa vie !

Lorsqu’il participe aux négociations de paix de Sun City, en 2002, Etienne Tshisekedi estime toujours, imperturbable, que le poste de président ou de vice-président lui revient, sans qu’il ait à poser sa candidature et à se lancer dans la compétition. Il sera donc écarté de la formule de "1+4=0" 1 président, 4 vice présidents, le poste de représentant de la classe politique ayant été confié à Zahidi N’Goma, beaucoup plus malléable !.

Lors de l'élection Louis Michel 2006, Etienne Tshisekedi refuse de participer et déconseille à ses partisans de s’enregistrer comme électeurs, il ne présente ni listes ni candidatures.

Candidat président en 2011, on lui vole son élection. Il paraîtrait que des tractations financières se sont faites sous la table. Si Etienne Tshisekedi répétera toute sa vie qu’il incarne l’Etat de droit, la bonne gouvernance, la démocratie...il faut dire que les finances de son parti ont toujours été opaques, la gestion des hommes au sein de l'Udps calamiteuse, les fidélités ont été de l’allégeance et son épouse, Maman Marthe ainsi que son fils Félix ont non seulement pris du galon et ont toujours négocié avec le régime d'Alias Kabila, avec des compassions financières: Ibiza, Venise, Monaco, Paris...Les Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Ethno-tribalistes et Tribalo-ethniques, depuis la disparition d'Etienne Tshisekedi, il y a plus de deux ans, ne se gênent plus. Le Tshintu Tsheto a amené Félix Tshilombo a volé l'élection de Martin Fayulu. Monsieur 16% n'a aucun complexe. Avec ses joues joufflues, il se croit tout permis. En guise de toute réponse à son vol, ses Zélotes Talibans tancent le peuple congolais de "Bokomesena" "Vous allez vous habituer de mon vol". Le peuple congolais refuse de "Komesana du voleur de la cité de l'Union africaine" !

Dans sa cupidité, roublardise et fourberie, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe engage un bras de fer avec Alias Kabila qu'il l'a nommé après un deal dont lui connait le contenu et voudrait que le peuple congolais qu'il a cochonné, avec son mépris et son vol des voix, le soutienne et soit de son côté ? Tshilombo doit être cohérent avec lui même. Personne ne lui a donné mandat, de faire un deal avec Alias Kabila au nom du peuple congolais. Personne ne lui a demandé d'accepter sa nomination pour contrer le changement voulu par le peuple congolais, pour être agent de la continuité du régime Kabila. Félix Tshilombo est le masque et bouclier d'Alias Kabila. La cohérence voudrait que les deux mafieux complices dégagent ! Le peuple congolais a besoin des hommes et femmes qui respectent sa volonté et ses aspirations.Et non d'un autoproclamé Rangers Raptor, voleur de ses voix, ses rêves, ses espoirs...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.