Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

3338 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2020

Me Nico Mayengele Ngenge, brillantissime avocat, patriote-résistant au Congo!

Brillantissime, intelligent et surtout courageux, Me Nico Mayengele Kenge est l'avocat le plus médiatique et populaire actuellement au Congo. Le président du "Mouvement Congo Normal" est proche des aspirations de la jeune génération. Il est l'avocat des journalistes, activistes interpellés et arrêtés. Me Nico Mayengele connait la loi et égraine les articles des lois qui régissent la RDC.

Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

RDC: Me Nico Mayengele Ngenge, patriote-résistant au Congo !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

A la rédaction de Réveil FM International, nous buvons le petit lait. C'est une excellente interview. Un vrai démenti pour tous ceux qui croient que les Congolais ne sont pas intelligents, à cause des médiocres qui ont envahi l'espace public. C'est depuis 16 mois, que  nous suivons de loin, Me Nico Mayengele Ngenge. Nous sommes bluffés par sa constance dans la défense de  la "Vérité des Urnes" de Martin Fayulu. Son intelligence, son courage, son engagement et sa détermination sont des armes qu'il usent pour mieux défendre ses convictions. 

 "Le pouvoir de Monsieur Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi souffre de l'absence d'un leadership fort, visionnaire et transformationnel. Son animateur n'est nullement doté de l'autonomie d'esprit républicain, gage de la constance idéologique et de l'équilibre mental, dont les grands leaders éclairés jouissent pour orienter leurs actions politiques libératrices en direction des intérêts communautaires" signé Me Nico Mayengele Ngenge, dans cette interview.  

A tout seigneur,  tout honneur. Me Nico Mayengele Ngenge est un bouledogue du travail. Nous l'avons vu travailler jusque tard ce matin et il a continué dans la journée avant de nous rendre ses réponses limpides à nos questions titillantes. Brillantissime, intelligent mais surtout courageux, Me Nico Mayengele Ngenge, garde de sceaux et Ministre de la justice de la République démocratique du Congo, les apparatchiks, mammouths et dinosaures politiques, pillards de deniers vont répondre d'eux-mêmes.  Les écuries d'Augias seront nettoyées. La présidence de la République ne sera plus la cour de Roi Pétaud ! 

Me Nico Mayengele Ngenge est le type de piment appelé "Pili-Pili", il est très petit, fort, piquant et explosif. L'image sportive, qui ressort de cette interview, est celle d'un boxeur poids lourd qui assène des coups à un adversaire mis au coin du ring et qui ne peut s'échapper. Et l'arbitre est allé acheter des cacahuètes dans une supérette avant de revenir. 

Ce jour-là, nous suivions en direct Me Nico Mayengele Ngenge, tout d'un coup l'émission a été coupée.  Prédateur de liberté de la presse, Angwalima Tshilombo en bon museleur patenté a fait couper l'émission. Réfractaire à la critique, Angwalima Tshilombo a montré sa dangerosité.  Non seulement, le fameux fils Tshisekedi a volé l'élection de Fayulu, en plus, il veut que les Congolais se taisent. Coupée le 29 juin 2019, la chaîne de télévision RTVS1 (Radiotélévision par satellite 1), en plein milieu d’une émission spéciale qui donnait la parole à Me Nico Mayengele Ngenge et  des militants de la plateforme Lamuka...

Après un mois de fermeture et télévision silence, le régime de Tshilombo va autoriser la chaîne de télévision RTVS1 (Radiotélévision par satellite 1) d'émettre de nouveau.  Depuis, l'avocat du peuple,  Me Nico Mayengele Ngenege a compris, il a réussi à contourner la censure tshilomboïenne.  Le président du Congo Normal excelle dans ses interventions  devant les caméras des jeunes journalistes engagés: Tatiana Osango, Trésor King Bukele, Joëlle Kombe, Mike Ndenge , Océan de la presse, Julio Mutoto et d'autres. Ces jeunes sont la fer de lance d'un journalisme engagé qui donne l'espoir. Ils travaillent tous sur réseaux sociaux.

 1. Réveil FM International: Qui à fait arrêter Kamerhe ? Tshilombo, Alias Kabila ou les Américains ? Pourquoi t-il se soustraire de la justice avec une liberté provisoire ou doit-on s' attendre à un procès ?

Me Nico Mayengele Ngenge: Vital KAMERHE s'est fait arrêter lui-même. Il est tombé dans le filet américain, car les services secrets américains et juifs enquêtaient sur les accusations de blanchiment d'argent et détournement en RD Congo depuis l'avènement de Félix-Antoine TSHILOMBO à la magistrature suprême contestée. Le Trésor américain dispose d'une liste noire des personnes qui brassent des millions détournés et qui les font transiter dans les comptes ouverts et numérotés dans les banques commerciales de la place. D'où, la longue et préalable audition suivie de l'arrestation de l'ancien DG de Rawbank en prélude de l'arrestation de Dircab KAMERHE, "joker et chef d'orchestre du fameux programme des 100 jours".

Les pressions américaines exercées sur le pouvoir frauduleux de Kinshasa en la matière sont aussi passées par :
- la Directrice Générale du FMI, Kristalina Georgevia, qui, au dernier trimestre 2019, signifia à son hôte Sieur Tshilombo en séjour à Washington accompagné de Déogracias Mutombo, Gouverneur de la Banque Centrale du Congo et de José Sele Yalaghuli, Ministres des Finances, qu' "il existe des milliers des comptes numérotés dans une des banques commerciales de la place qui servent à des transferts des fonds publics détournés par les politiques aux ordres du pouvoir. C'est à travers eux que transitent les fonds de plusieurs groupes indexés par le Gouvernement américain. Or, l'Administration américaine traque des personnes bien identifiées qui opèrent en RDC et brassent des centaines des millions de dollars";
- Peter Pham, ex Envoyé Spécial du Président américain Trump aux Grands Lacs, qui ne cessait de rappeler, lors de ses passages à Kinshasa, la nécessité de lutter énergétiquement contre la corruption et le détournement en RDC pour bénéficier de l'appui américain à l'instar de ce qui se passe en Angola.
Les pressions occidentales visent donc à opérer un coup de balai à la présidence, au gouvernement, à la Gécamines, aux entreprises publiques et services publics de l'État qui se sont, d'ores et déjà, soldées aux arrestations du Dircab, des DG des banques et DG des entreprises publiques ainsi qu'aux interpellations des quelques anciens et actuels ministres.

A ce sujet, Colette Braeckman note : "Pillier de la coalition avec le FCC de Kabila, Kamerhe était aussi une cible: depuis longtemps, les occidentaux, Américains en tête, pressent Félix Tshisekedi de lutter plus énergiquement contre la corruption, fût-ce dans ses propres rangs et de distendre les liens entre son régime et celui de son prédécesseur. Vital Kamerhe pourrait être victime d'un nouveau coup de balai...".


Cela dit, si ça ne dépendait que de FATSHI seul, son tout-puissant Dircab ne serait pas inquiété, car il avait, pour protéger ce dernier, défendu publiquement que la rétrocommission de 15 millions était légale (coop), alors qu'elle est une des formes de la corruption en Droit pénal congolais.
Pire, le Dircab Kamerhe inculpé et détenu préventivement, son chef hiérarchique n'est toujours pas en mesure de le suspendre, ne serait-ce qu'à titre conservatoire, et ce, dans l'intérêt sacro-saint d'une bonne administration de la justice qui sera appelée à connaître du bien-fondé ou non des graves accusations mises à charge de Vital Kamerhe et consorts. Le Peuple congolais, victime du "vol électoral spectaculaire" pétri du vol des deniers publics, mieux, détournement de l'argent de l'État, attend s'ouvrir des procès publics, équitables et exemplaires où toutes les personnes impliquées dans cette entreprise criminelle (participation criminelle) seront tenues de comparaître selon qu'elles sont auteurs, coauteurs ou complices.

2. Réveil FM International: Pourquoi Tshilombo ne démissionne-t-il pas Kamerhe de son poste de directeur de cabinet ? De quoi a-t-il peur ? L'alliance Cash existe-t-il toujours ?

Me Nico Mayengele Ngenge: Quoi que présumé innocent jusqu'à ce que sa culpabilité soit établie par un jugement définitif, le prévenu Kamerhe aurait, par élégance politique, démissionner de son poste de Directeur de Cabinet du "Président de la République". A défaut de le faire, Monsieur Félix Tshilombo aurait, en vertu du bon sens et d'éthique publique, dû le suspendre administrativement ou le remplacer carrément. Il s'en suit visiblement que les deux alliés restent liés par des secrets d'État avec état d'âme dans cette affaire d'État de nature à éclabousser plus d'un. Confiance mutuelle oblige ! La démission tout comme l'éventuel remplacement de Dircab Kamerhe doit ainsi se négocier sans casse ni tambours battants. Sinon...!

3. Réveil FM International: Vous êtes un brillant avocat et résistant pour la cause du Congo. C'est quoi être un Congolais normal aujourd'hui ?

Me Nico Mayengele Ngenge: Le qualificatif "brillant avocat" associé à la cause du Congo me fait penser aux brillantissimes confrères Avocats qui s'étaient battus pour la cause des Nations avant que leurs noms ne soient inscrits au pantheon de l'Histoire devenant ainsi des icônes de la politique mondiale parmi plusieurs autres. Il s'agit notamment des Maîtres Cicéron, Lénine Vladimir Ilitch Oulianov, Abraham Lincoln, Gandhi Mohandas, Fidel Castro, Nelson Mandela, Javier Perez, Wilson Thomas Woodrow, Jef Van Bilsen, Trudeau Pierre Elliott, Tony Blair, Attlee Clément Richard, Bill Clinton, Barack Obama, Nicolas Sarkozy, Christine Lagarde, Mary Robinson, Gérard Kamanda wa Kamanda, etc. Cela dit, l'Avocat que je suis est avant tout préoccupé par la défense du bien contre le mal, de la justice contre l'arbitraire, de la vie contre l'inexistant, étant donné que le refus de l'humiliation humaine est un droit naturel. L'Histoire renseigne que l'Avocat a été présent et actif dans les révolutions des peuples, dans les luttes pour les indépendances, dans les résistances, dans la création et la gestion de l'ONU, la gestion de l'Union Africaine, la direction des institutions de Bretton Woods, la Table Ronde (Me. Victor Promontorio, Anne Evrard et Jean Humblé). Braver la peur en affrontant les enjeux existentiels me paraît constitutif de l'ADN politique, le lot vocationnel, le menu humaniste, de tout avocat qui entreprend la lutte politique dans une société où, soit, l'enfer, c'est le peuple, soit l'arbitraire ou l'injustice est la norme. Tel (le) est le sens, l'essence et la quintessence de mon engagement à la cause de la libération et de la reprise du Congo ainsi que le contrôle absolu de son destin en tant que *Congolais normal*, c'est-à-dire, tout patriote intègre et doté d'une conscience républicaine incorruptible qui pense et agit conformément aux normes étatiques et dans l'intérêt supérieur de la Patrie (RDC) et de son Peuple en y écartant toute possibilité de la trahison et de la médiocrité sous toutes leurs formes. Être Congolais normal, c'est donc faire quotidiennement preuve de l'amour, sans trahison, du Congo et de son prochain. C'est aussi tout Congolais qui défend le pays et son Peuple sans en exiger la contrepartie quelconque mais animé par l'esprit du sacrifice national. Pour tout Congolais normal, *le salut du Peuple est la Loi suprême*, telle est la devise du Congo Normal, CN en sigle, un parti de résistance citoyenne et de révolution mentale, rupture et sans pardon.

4. Réveil FM International: En lingala balobi "Soki omoni Ndoki Belela". Qu'est-ce qui se passe à la présidence usurpée de Tshilombo ? Pourquoi tant des morts ? Tshilombo est-il poursuivi par un signe indien ? Pourquoi la mort rôde autour de lui ? S'agit-il de la malédiction de Genève ? Ou du Mbondo du stade à Kinshasa avant Genève ?

Me Nico Mayengele Ngenge: Nul ne peut tirer profit de sa trahison. Le salaire de la trahison étant la mort. Judas qui se donna la mort après avoir trahi Christ ne put tirer bénéfice de son acte criminel. D'où, l'adage latin ou principe de droit selon lequel "Nemo potest ex suo delicto consequi emolumentum": "Nul ne peut tirer profit de son délit". En d'autres termes, les biens ou le pouvoir mal acquis ne profitent jamais ni ne procurent la paix du cœur à ceux qui les détiennent frauduleusement ou l'exercent par défis. Ces principes, par nature, immuables, se vérifient et s'appliquent aisément dans le chef des Sieurs Vital Kamerhe et Felix Tshilombo, deux Leaders de LAMUKA, signataires de bonne foi tant de l'Accord de Geneve du 11 novembre 2018 que des documents subséquents, dont les lettres d'engagement de ne jamais trahir le Peuple et la Nation congolaise sous peine de leur propre opprobre et fin de leur carrière politique, et ce, en rapport avec la désignation du Candidat Président commun tant attendu. Ce dernier était appelé à être soutenu par tous les 7 leaders aux fins aux fins d'affronter à la présidentielle du 30 décembre 2018 le candidat du régime finissant, cruel et scélérat qui a chosifié et martyrisé le Peuple congolais 18 ans durant. C'est dans ce contexte de défis historique consistant à vouloir sortir démocratiquement notre Pays et son Peuple du gouffre de "l'AFDL-PPRD-AMP-PALU-MP-RCD-CNDP-M23-FCC", que Sieur Martin FAYULU fut désigné candidat Président de la République commun de l'Opposition face à celui du pouvoir d'occupation, de prédation et de répression, dont la fin était plus qu'imminente. Dans cette perspective, Félix-Antoine TSHILOMBO déclara depuis Genève que "le changement aujourd'hui s'appelle Martin FAYULU". Ce qui avait provoqué la satisfaction générale du Peuple acquis au changement radical derrière le Candidat commun désigné par ses pairs. Ces derniers avaient, à la Place Triomphale devant le stade des martyrs de Kinshasa, pris "le Mbondo", l'engagement solennel de ne jamais trahir ni se détourner du choix qui sera fait sur l'un des 7 leaders (Bemba, Fayulu, Kamerhe, Katumbi, Matungulu, Muzito, Tshilombo). On comprendra plus tard la raison d'être du vote-sanction, véritable plébiscite populaire, marrée électorale, dont Martin FAYULU était bénéficiaire, car voté massivement dans l'espoir de changer radicalement le système de gestion du pays dans un élan du mépris et du rejet public des traîtres de la République.

Le Peuple pro- Lamuka estimait que Vital Kamerhe et Félix Tshilombo l'avaient trahi. Pire, ils avaient renié leur "serment solennel", retiré donc leur propre signature de l'Accord LAMUKA en allant créer "CACH" à Nairobi. Par conséquent, ils étaient du coup soumis à l'opprobre et avaient signé la fin latente de leur carrière politique comme l'atteste la lettre d'engagement dûment signée à cet effet. En voici l'extrait après avoir juré, au préambule de l'Accord de Geneve, et pris leurs responsabilités devant Dieu, la Nation, l'Histoire et le Monde : *"Je soussigné, ..., m'engage sur l'honneur à respecter scrupuleusement toutes les dispositions de l'Accord LAMUKA, y compris son préambule ainsi que tous les textes y afférents. Je m'engage, en outre, à ne jamais trahir le Peuple congolais en violant les dispositions précitées. Si je ne respecte pas mes engagements, je mettrais fin à ma carrière politique et je serais soumis à l'opprobre de la Nation et à la sanction de mes pairs (...)"*. C'était donc là, la loi des parties en vertu des dispositions de l'article 33 du Code civil congolais livre III : *"Les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites".* Mais la sanction en cas de violation relevait du domaine du Très-Haut : *Opprobre (grande malédiction, humiliation) et fin de carrière politique.* En l'espèce, peut-on physiquement conclure que les actes ou les événements ci-dessous listés s'assimilent-ils à un signe indien, à l'opprobre, la grande malédiction ou à la fin, à petit feu, de la carrière politique des violateurs de l'Accord de Genève qui ont aujourd'hui accepté de vendre leur âme au diable en pactisant avec les ennemis et assassins du Peuple Peuple Congolais ?

Il s'agit entre autres des actes, faits ou événements ci-après :

- le Crash ou l'abattage de l'avion transportant la jeep blindée du "President Félix Tshilombo" et une partie de la suite présidentielle ainsi que des matériels à bord. Jusqu'à ce jour, on attend la conclusion des enquêtes y afférentes;

- Morts suspectes à la Présidence usurpée allant des chauffeurs aux plus hauts gradés du Cabinet en passant par les Conseillers, Chargés de mission, assistants, etc.;

- blocus, par le FCC, pourtant allié du CACH, coalition au pouvoir délictuel, de deux ordonnances présidentielles nommant les mandataires à la Gécamines et à la SNCC (Société Nationale des Chemins de Fer au Congo);

- La défense publique et musclée sur la presse internationale par le "Présisent de la Rapport" du caractère légal de la rétrocommission (coop) en RDC pourtant punie par la loi pénale congolaise à titre de corruption ;

- l'arrestation et la détention préventive du Directeur de Cabinet du Président en fonction pour présumées infractions des détournements des deniers publics, corruption, conflits d'intérêts et délits d'initié, notamment dans l'attribution des marchés publics de gré à gré en violation de la loi n°10/010 du 27 avril 2010 relative aux marchés publics ;

- chamailleries au grand entre les alliés FCC et CACH au point de cracher des vérités déjà connues (secret de polichinelle) :

1. "FATSHI est devenu Président de la République non pas par la volonté de la CENI, mais par celle de Kabila" (Déclaration publique de DUNIA, cadre du PPRD). Elle rejoint celle du Cardinal MONSENGWO : "Il suffisait que Félix Tshisekedi reconnaisse sa nette et claire défaite pour que le système Kabila s'effondre". Cette déclaration rejoint également celle du Cardinal Ambongo : "Proclamer Félix Tshisekedi Président élu constitue un mensonge spectaculaire ";

2. Pour Henry Magie, Cadre du PPRD, c'est Kabila qui est l'initiateur de la plateforme dissidente CACH qui avait endossé la candidature de Félix Tshisekedi à la présidentielle de 2018;

- Selon Emmanuel RAMAZANI SHADARY, dauphin malheureux de Joseph Kabila, "Si on touche à Albert YUMA (Affaires supposé détournement de 200 millions à la Gécamines), nous (PPRD-FCC) allons *paralyser la République*. Déclaration publique qui n'émeut ni FATSHI ni la justice;

- le Sénat américain reconnaît que "Trump a accepté la tricherie électorale en RDC en faveur de Félix TSHISEKEDI". (Commission Affaires Étrangères du Sénat US );

- À l'arrivée de FATSHI aux USA, l'un des Journaux américains fustigeant le hold-up électoral en RDC (15%) avait titré ceci : " US welcomes fraudulent DRC President as a strategic Ally..." ( https://truthout.org/articles/US-welcomes-fraudulent-drc-president-as-a-strategic-ally/?utm_source=sharebuttons&utm_medium=facebook&utm_campain=mashare…).

Tout ce qui précède prouve à suffisance la Présidence contestée et usurpée de Félix Tshilombo, apparemment pourchassée par le signe indien, n'est la bienvenue ni au Congo ni à l'étranger. Ce n'est ni plus ni moins du forcing. L'avenir nous en dira plus surtout quand on sait bien que les criminels laissent toujours des traces sur le lieu du crime, y compris le putsch électoral.

5. Réveil FM International:  Sous Alias Kabila, plusieurs leaders des ong des droits de l'homme dénonçaient les atteintes massives aux droits de l'homme. Depuis le deal Tshilombo-Alias Kabila donc le putsch électoral... Par coterie tribale, ils sont aphones et font le mort. Le tribalisme est-il l'un des grands fléaux qui gangrènent la société congolaise ? Le Congolais est-il tribaliste ? Comment y mettre fin?

Me Nico Mayengele Ngenge: Simple hasard ou coïncidence historique ! D'aucuns constatent que la quasi totalité des responsables des ONGs locales des Droits de l'Homme qui appuient l'action du pouvoir de Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi issu du hold-up électoral de 2018 tant décrié, sont nos frères et sœurs ressortissants du grand Kasaï. Hier, ils étaient trop regardants sur les violations massives des droits de l'Homme sous le précédent régime de "Joseph Kabila", devenu allié du nouveau régime de FATSHI. Du coup, disparaissent de leurs discours, les débats sur la vérité des urnes, le respect du vote du souverain (droit du Peuple à désigner ses dirigeants/gouvernants par les élections libres, transparentes et démocratiques), le respect des biens et deniers publics visiblement détournés, tendance de l'enrichissement illicite et rapide des nouveaux dirigeants, ainsi que les faiblesses et laxisme du pouvoir FCC-CACH à poursuivre les présumés auteurs des graves violations des droits de l'homme (Gédéon KYUNGU, Dossier KAMWENA NSAPU, dossiers Rossy Mukendi, Chebeya, Thérèse KAMPANGALA, violences et voie de faits perpétrés par les membres de l'UDPS (fermeture (scellé) de la maison communale de Ngaliema, jets des pierres, casses ou destruction des biens des privés, érection des barricades s'il échet, violation des mesures des distanciations sociales aux Parlements débout en pleine pandémie de COVID-19, l'immixtion des membres des familles des certains nouveaux dignitaires du régime dans l'exploitation des mines, l'exécution des marchés publics, les pratiques prohibées des rétrocommissions, etc). Il serait souhaitable que les dénonciations des violations des droits de l'Homme et des libertés publiques continuent à se faire en dehors des appartenances politiques, ethniques ou tribales ainsi que religieuses, car celui qui est capable de dénoncer un mal s'il ne le fait pas, s'en rend complice par l'inaction. Le principe est que les Congolais en général ne sont pas tribalistes. Nous l'avons vu lors des votes de Jean-Pierre Bemba en 2006, de feu Etienne TSHISEKEDI d'heureuse mémoire en 2011 et de Martin FAYULU en 2018. Toutes les provinces confondues expriment de manière constante leur choix électoral en faveur du changement radical au sommet de l'État. Toutefois, il ne manque pas des individualités minimalistes qui se sont illustrées dans une approche tribale et familiale du pouvoir quand tel ou tel Compatriote accède à la magistrature suprême. Pour s'en convaincre, il suffit de voir le front commun kasaïen, qui ne dit pas son nom, formé autour du pouvoir de FATSHI (anciens opposants, les Kabilistes, les Tshisekedistes et aujourd'hui les Thilombistes ainsi que les activistes pro démocratie et des Droits de l'Homme ayant créé des ASBL soutenant FATSHI). Lequel front monocolore est hostile à toute critique émanant des gens qui ne pensent pas comme eux. Pour combattre le tribalisme sous toutes ses formes, minimes soient-elles, l'éducation civique, morale et éthique accrue ainsi que la formation d'une conscience patriotique collective me paraîssent des réponses appropriées.

6. Réveil FM International: Grande gueule à l'extérieur et chien couchant à l'intérieur. Déboulonner et dissoudre sont deux verbes d'action. Tshilombo peut-il s'en sortir ?

Me Nico Mayengele Ngenge: Le pouvoir de Monsieur Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi souffre de l'absence d'un leadership fort, visionnaire et transformationnel. Son animateur n'est nullement doté de l'autonomie d'esprit républicain, gage de la constance idéologique et de l'équilibre mental, dont les grands leaders éclairés jouissent pour orienter leurs actions politiques libératrices en direction des intérêts communautaires. Déboulonner la Kabilie tout comme dissoudre l'Assemblée sont, certes, deux verbes d'action, mais le "deal occulte" passé entre Kabila et Tshilombo me paraît plus fort et plus contraignant que les simples verbiages et gesticulations abracadabrantesques. C'est ce qui affaiblit l'homme en question. On ne gère pas le Pays par les accords secrets sous seing privé, mais plutôt par la Constitution et les lois de la République connues de tous et opposables à tous. Tant qu'il ne renoncera pas à son "deal" dont les clauses ne sont connues que de lui et de son allié encombrant, mieux son "dieu politique", du reste imprévisible, FATSHI ne s'en sortira jamais au risque d'y laisser sa peau s'il n'y prend garde.

7. Réveil FM International:  Quels les attitudes et comportements présentes qui minent notre avenir en tant que pays occupé ?

Me Nico Mayengele Ngenge: Ce qui hante les esprits avertis et taraude les consciences éclairées, est, d'entrée de jeu, la distraction publique ambiante d'une majeure partie tant de l'élite congolaise que de la masse populaire face à l'impératif de défendre, à tout prix, l'intégrité et l'indivisibilité de notre République, jadis, soumise à l'hégémonie du Tutsi Power International sous une logique statocidaire. Nul n'ignore que les États naissent, grandissent et disparaissent (URSS, Soudan, Yougoslavie, etc). Il serait de notre responsabilité commune due à notre lâcheté impardonnable jusqu'à la fin du temps, si jamais les envahisseurs de notre pays parvenaient à remettre en cause les principes de l'intégrité territoriale, de l'unité nationale et du respect des frontières nationales telles que héritées de la colonisation. D'où, il est du devoir de tous de mobiliser et de conscientiser notre Peuple pour que l'histoire ne le surprenne pas désagréablement. La peur de l'occupant ou de l'envahisseur doit disparaître dans le mental collectif ou l'agir commun en tant qu'un Peuple consciencieux, pensant et agissant, car, disait Nietzsch, "le Peuple produit le génie quand il devient conscient de ses malheurs". Aussi, devons-nous bannir au milieu de nous l'esprit cupide, haineux, séparatiste et sécessionniste ainsi que tribal qui minent notre avenir et devenir national. Privilégions donc l'amour, sans trahison, de la Patrie unie, la résistance démocratique, l'esprit de sacrifice collectif et d'efforts scientifiques ainsi que des recherches technologiques indispensables à l'essor et à l'invention d'une nouvelle République Démocratique du Congo où régneront la méritocratie, l'autorité de l'État, la gouvernance intègre, la paix sociale, la justice distributive, la réconciliation intergénérationnelle, la démocratie authentique, l'État de droit normal.

Qui est Me Nico Mayengele Ngenge ? 

Âgé de 40 ans, je suis Nico Mayengele Ngenge, Kinois de naissance et Congolais d'origine (c'est-à-dire de Père (+) et de Mère), car Fils de Norbert Mayengele Maziyele  et de Marie-Jeanne Mubunda Kilosa , tous deux originaires de la Province du Kwango, Territoire de Kenge, Secteur: Pelende Nord.
Diplômé d'État en Pédagogie Générale (2000), Licencié en Droit Économique et Social de l'Université de Kinshasa (Unikin  2006), Breveté de l'École Nationale des Finances en Techniques Fiscales et parafiscales avec mention "Distinction", j'ai également été formé dans les domaines ci-après :
- Droit Ohada  (Barreaux de Kinshasa);
- Droits de l'Homme (Unaps ong) ;
- Droit des marchés publics (passation, contrôle et exécution des marchés publics et délégations de services publics), avec Brevets délivrés par la Banque Mondiale, Ukaid , Autorité de Régulation des Marchés Publics (Armp), Comité d'orientation de la Réforme des Finances Publiques (Coref ), Programme d'Appui au Démarrage de la Décentralisation (PA2D-Union Européenne) et Gouvernement Provincial de Kinshasa.
-Gestion des Finances Publiques, Gestion de la Trésorerie, Reddition des comptes, Budget Programme et Fiscalités, avec brevets de formation délivrés par l'Institut Supérieur Africain pour le Développement de l'Entreprise (Isade), le Cabinet Sodexca  (Expertise béninoise), le PA2D-U.E, la Banque Mondiale (Projet Profit Congo) et la Ville de Kinshasa.
**Expérience professionnelle*
- Vérificateur et Délégué fiscal à la Direction Générale des Recettes de Kinshasa (DGRK 2008-2009);
- Avocat près la Cour d'Appel de Kinshasa-Matete (2009 à ce jour);
- Expert juriste et Assistant du Directeur Provincial de la Direction Provinciale du Contrôle des Marchés Publics (Dpcmp)-Ville de Kinshasa (2013-2014) ;
- Directeur de la Réglementation et des Études à la Dpcmp-Ville de Kin (2014-2018);
- Intérim (09 fois) au poste du Directeur Provincial de la Dpcmp -Ville de Kinshasa;
- Expert juriste, Expert en Passation des marchés publics, Consultant et Avocat-Conseil des plusieurs sociétés de la place, dont "Kap Congo  Innovations-Services" et "Pharma-Congo SARL", etc.
**Expérience politique* :
- actuellement Président National du *Congo Normal*, parti politique en voie d'agrément;
- Secrétaire Général du Mouvement Lumumbiste Progressiste (Mlp de Franck Diongo)(2016-2019);
- Coordonnateur régional a.i. de la Plateforme Ensemble pour le Changement/Ville de Kinshasa et Membre du Bureau Politique (2017-2019);
- Secrétaire National du Mlp  chargé des Doléances, Revendications de la Population et Suivi des Questions parlementaires (2008-2016);
- Secrétaire national adjoint du Mlp à la Justice (2005-2006) et aux Doléances (2006-2008);
- Candidat Député National en 2011 et 2018 (n'eût été le retrait du Mlp du processus électoral, je serais élu Député National à la circonscription de la Tshangu et/ou Député Provincial à Kimbanseke, et ce, fort de ma popularité au moment où je défendais Franck Diongo, prisonnier personnel de Mr. Kabila).
Je serai, par ailleurs, sous peu, auteur des ouvrages ci-après :
- *"Droit congolais des marchés publics. Un Droit du développement économique et social"* (ouvrage à paraître. Fin 2020 ou début 2021);
- *"Sur les traces*
*DES AVOCATS : Icônes de la politique mondiale"* (à paraître en 2021)
- *"Plaidoyer pour la révision du Procès Laurent-Désiré Kabila "* (à paraître).
En tant qu'Avocat-Résistant, j'ai, avec brio et sans contrepartie en termes d'honoraires, plaidé pas mal d"affaires politiques, dont :
- Affaire Franck Diongo et ses 14 co-détenus;
- Contentieux électoral présidentiel 2018 : affaire Fayulu  contre la Ceni ;
- Affaire Mike Mukebayi.
J'ai été également amené à exiger et obtenir la libération des journalistes et activistes pro démocratie parmi lesquels on peut citer : Trésor King Bukele , Prophète Benjamin Kawanga , Nicole Kavira...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou