RDC: Kimpwanza II victoire totale, selon Mbuta Ikala Likulu Songa Nzila !

Kimpwanza II, c'est la victoire spirituelle d'abord ! L'étendard, c'est Mvuluzi Kimbangu Diantungunua et les ancêtres Kongo. Il faut que les filles et fils Kongo Babima Na Nzamba Pe Ba Miyeba ! Kimpwanza II est une victoire totale du peuple Kongo avec les trois pouvoirs: spirituelle, politique et scientifique. Pour Mbuta Ikala Likulu Songa Nzila, il n'y a pas une autre voie pour le Kongo.

RDC: Kimpwanza II victoire totale, selon Mbuta Ikala Likulu Songa Nzila !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

kimbangu-diantungunua-prisonnier

" TKM Kimbangu " Peinture Tshibumba  Kanda Matulu ca 1973.

Mise en scène très symbolique. Conseil de guerre en 1921. Kimbangu est accusé de fonder une religion syncrétique africaine basée sur la révélation. Il fût en butte aux attaques féroces du pouvoir catholique. Le Missionnaire, principal accusateur est à  l'avant-plan. Plus loin, les Pouvoirs judiciaires, militaires, et les policiers. Le tout sous le portrait de Leopold II. Les femmes liées sont arrêtées en tant qu'adeptes. Kimbangu fur condamné à  mort, gracié, et passa trente ans en prison, jusqu'à  sa mort. Procès Kimbangu, Peinture Tshibumba 1973.

Kimpwanza II, Dipanda Dia Zole est irréversible ! La victoire sera totale. Chaque fils et fille Kongo doit allumer son "Mwinda" Pe Ko Miyeba Pe To Mindima. Il faut Kobima Na Nzamba !

tshibumba

"Colonie belge " Peinture de Tshibumba Kanda Matulu, ca 1971.

Tableau très emblématique, sans doute le plus connu de Tshibumba. L'agent belge surveille, les policiers congolais exécutent. Le prisonnier est humilié en présence des femmes venues lui apporter des provisions. Deux prisonniers transportent un récipient d'excréments belges.

L'esclavage et la colonisation mentales détruisent  le Muntu et l'Etre Kongo. Le Ko Miyeba n'est pas une affaire d'être universitaire ou bradé des diplômes. C'est le Bo Nzambe d'abord ! Le Ko Mindima, c'est accepter que Mvuluzi Kimbangu Diantungunua azali Nzambe Ya Biso Ba Yindo. Que nos ancêtres et nos parents décédées Ba Koma Ba Nkoko Na Biso. Tozali Ba Nkoko Na Bango. Nos ancêtres ne peuvent jamais vouloir du mal à ceux qui portent leurs noms et qui ont leur sang. Croire le contraire, ezali Bo Bungi. La Libération est une victoire spirituelle. Il faut combattre spirituellement avant de gagner et devenir victorieux. Les colons, coloniaux, colonialistes et esclavagistes Belges ont falsifié l'histoire de Kimbangu et Kongo. Tout le monde reconnait que Kimbangu était un pacifiste. Il n'a jamais tué personne. Et pourtant, les colons belges l'ont tué 59 fois de différentes manières. Il est demeuré vivant. Son procès, un vrai mascarade des esclavagistes. 

La procédure judiciaire, à l’occasion du procès de Kimbangu n’a pas été respectée. De ce procès, comme l’écrit à juste titre l’avocat belge Maître Jules Chomé, où l’on fit rétroagir la compétence du tribunal spécial, où tout se fit avec une hâte fébrile, où les accusés furent dépourvus de toute défense, où le principal accusé comparut et demeura devant son juge chargé de chaînes, où le même accusé, entre deux audiences, fut douché et frappé de douze coups de chicotte sur l’ordre du juge, ce procès…. a violé toutes les notions les plus élémentaires des Droits de l’Homme.

tshibumba-1

"Colonie belge" Peinture de Tshibumba Kanda Matulu. Ca 1971.

Le peintre symbolise les travaux forcés pour la monoculture du coton. L'administrateur tient une chicotte, mais c'est le policier qui passe à l'acte. Tant les hommes que les femmes sont réquisitionnés. Le drapeau belge est certes un anachronisme, mais surtout une reconstruction symbolique de l'Histoire.

Une étape suivante s’ouvrit lorsque Kimbangu fut arrêté et que commença l’instruction de son procès. Le juge de Rossi était étroitement lié à de San, et nous savons par leurs confidences que Dupuis, l’administrateur faisant fonction de procureur, ne trouvait pas d’article du code pénal qui pût justifier une condamnation de Kimbangu. Pressé par les commerçants européens et la mission catholique, de Rossi se désolait de cette faiblesse. Se fondant sur l’article 76 du code pénal, il avait infligé « le maximum », dix ans de servitude pénale, à des disciples du prophète et, vis-à-vis de Kimbangu aussi, il entendait bien « se montrer sans pitié. L’imagination du noir est frappée lorsqu’on prend les mesures énergiques ».

En réalité, on s’en doute, la décision de condamner Kimbangu à mort était déjà prise, avant même l’ouverture du procès. Encore fallait-il empêcher un recours en grâce éventuel d’aboutir. Il fallut de nombreuses consultations par correspondance avant qu’un scénario fût adopté par le juge et le gouverneur de la province. « En cas de condamnation à mort » (hypothèse qui était en fait une certitude), le procureur prendrait l’avis du juge et de l’autorité administrative, tous convaincus de la nécessité d’une prompte exécution publique, et il s’abstiendrait donc d’introduire un recours en grâce. L’exécution pourrait alors avoir lieu.

Le régime « militaire mitigé » autorisait une procédure sommaire : absence de l’acte d’accusation, inexistence d’un procès verbal d’audition qui contiendrait les éléments du dossier sur lequel le ministère public devrait s’appuyer pour justifier son accusation. L’accusé Kimbangu, n’était pas assisté par un avocat. Il faut noter aussi le caractère expéditif du procès, alors que Kimbangu, simple villageois était jugé par un tribunal militaire d’exception pour des infractions qui n’avaient donné lieu à aucune perte de vie humaine, ni occasionné des troubles sociaux et moins encore des mouvements de révolte. Tout montre l’existence d’une cabale judiciaire montée contre Simon Kimbangu, pour la simple raison d’avoir évangélisé, au nom de Jésus-Christ. Et la tradition populaire ne se trompe pas sur les auteurs de la machination les tableaux « naïfs » de ce procès mettent toujours au premier plan plus important que tous les juges, un père missionnaire.

Le verdict de mort fut effectivement prononcé, le 3 octobre 1921. Le texte du jugement faisait appel au décret du 8 novembre 1917 sur la justice militaire: un article de ce décret, promulgué en temps de guerre, prévoyait effectivement que la « servitude pénale prévue par la loi ordinaire pouvait être poussée ... même jusqu’à la peine de mort » pour une infraction prévue par l’article 76 ter du code pénal (.atteinte à la sûreté de l’État ou à la « tranquillité publique »). Pour les mêmes activités, un tribunal civil avait, quelques semaines plus tôt, condamné Thomas Nduma, proche collaborateur de Kimbangu, à six mois de servitude pénale.

Plus tard, l’avocat belge Jules Chomé devait subir de sévères critiques pour avoir intitulé son livre sur ce sujet « La Passion de Simon Kimbangu » et avoir tracé un parallèle entre les épreuves du Congolais et les étapes du Chemin de Croix. Si l’on se place du point de vue d’un avocat, l’analogie entre le Sanhédrin et le Conseil de Guerre saute aux yeux. Dans les deux cas, on est dans un pays occupé, et l’accusé est poursuivi moins pour des troubles très limités qu’il pourrait avoir provoqués, que par la haine des religieux établi, alors qu’il a parlé de nationalisme et de spiritualité, ce qui n’est un délit dans aucun code ! Les deux « trublions » seront condamnés à mort, en fait pour avoir « blasphémé ». Le blasphème de Kimbangu étant sa peau : quand on est Noir, on ne se mêle pas de révélation religieuse. C’est là le travail des Missionnaires blancs.

Simon Kimbangu; enregistrement audio du verdict du 3 octobre 1921 de son procès. © Journalistes Congolais en Europe

Voici, in extenso, le jugement qui fut prononcé :

JUGEMENT DU CONSEIL DE GUERRE DE THYSVILLE

Audience publique du 3 octobre 1921 En cause : Ministère Public contre : Kimbangu et consorts. Vu par le Conseil de Guerre siégeant à Thysville, région soumise au régime militaire mitigé par ordonnance n° 89 en date du 12 août 1921, du Vice-Gouverneur Général de la Province du Congo-Kasaï, la procédure à charge des prévenus Kimbangu Simon, Mandombe, Zolla, Matfueni Lenge, Sumbu Simon, Mimba Philémon, Mata, Mbaki André, Kelani John, Batoba Samisioni, Batoba David, Malaeka Sesteni, prévénus d'avoir porté atteinte à la sûreté de l'État et à la tranquillité publique, Johan Lumbuende, Bemba et Dingo Vuabela, prévenus de ladite infraction,

Vu l'assignation des prévenus à la requête de l'officier du Ministère Public en date du 28 septembre 1921,

Ouï le Ministère Public en ses réquisitions, Ouï les prévenus en leurs dires et moyens de défense présentés par eux-mêmes. 

Le Conseil de Guerre

- Attendu qu'il est établi que le 11 mai 1921 au village de Kamba, l'administrateur du territoire des Cataractes Sud dut subir les volontés des prophètes, de leurs aides et des bandes d'indigènes qui y étaient réunis.

- Attendu que le 6 juin suivant, le même fonctionnaire chargé de procéder à l'arrestation du prophète en chef, Kimbangu , y fut violemment attaqué par la foule et que deux de ses soldats y furent blessés à coups de pierres et de couteaux.

- Attendu que les foules réunies par les prophètes étaient manifestement hostiles à l'Etat.

- Attendu que le nommé Kimbangu, en répandant et en faisant répandre sciemment des faux bruits de guérisons et de résurrections et en se posant en envoyé de Dieu, jeta l'alarme dans l'esprit des populations indigènes, que par ses agissements et ses propos, il porta une atteinte profonde à la tranquillité publique.

- Attendu que Kimbangu est parvenu, en expliquant et en faisant expliquer le texte de la Bible à sa façon par ses aides et adeptes, à imposer ses volontés aux populations, qu'il a affirmé son prestige, comme il a déjà été dit, en répandant et en faisant répandre toujours par ses aides des faux bruits de miracles, en tenant des séances de guérisseur d'hommes et d'envoyé de Dieu, dans son village et ailleurs ; que c'est pendant ces séances qu'on a inculqué aux indigènes les fausses idées de religion, qu'on les a excités contre les pouvoirs établis.

- Attendu que Kimbangu a été reconnu par les médecins sain de corps et d'esprit et par conséquent responsable de tous ses actes, que ses crises de nerfs ne sont que de la simulation, qu'il se peut que quelques cas de maladie nerveuse aient été guéris par suggestion mais que le prévenu en a profité pour tromper la bonne foi de la masse destinée à servir d'instrument inconscient à ses fins, que le but poursuivi était celui de détruire l'autorité de l'Etat.

- Attendu qu'il demeure établi que par ses actes, propos, agissements, écrits, chants et son histoire dictée par lui-même, Simon Kimbangu s'est érigé en rédempteur et sauveur de la race noire en désignant le blanc comme l'ennemi, en l'appelant l'ennemi abominable.

- Attendu qu'il est établi par les faits que Kimbangu, malgré la défense de l'autorité, a continué et persévéré dans son travail en faisant croire qu'un nouveau Dieu allait venir, que ce Dieu était plus puissant que l'Etat même, que ce Dieu était représenté par lui, Kimbangu, Mfumu Simon, Mvuluzi, qu'un temple nouveau, église nationale noire, allait être fondée.

- Attendu que la secte des prophètes doit être considérée organisée pour porter atteinte à la sûreté de l'Etat, secte cachée sous le voile d'une nouvelle religion, mais tendant à démolir le régime actuel, que la religion n'est qu'un moyen pour exciter et exalter la croyance des populations, que les foules impressionnées et poussées par la force du fanatisme, doivent souvent servir d'instrument pour atteindre le but final.

- Attendu qu'il résulte des rapports officiels, des correspondances échangées entre noirs, des renseignements reçus, que les Blancs sont l'objet d'une haine profonde de la part des adeptes de Kimbangu, que cette haine s'est infiltrée et s'est répandue avec une rapidité alarmante parmi les indigènes, qu'il est indéniable que la doctrine de Kimbangu a été cause d'une grève manquée, d'abstention au travail d'un grand nombre de travailleurs.

Attendu que les moyens de persuasion ont été interprétés par les natifs, les prophètes et les adeptes comme de la faiblesse, de l'impuissance de l'Etat contre la force spirituelle, magique, divine du thaumaturge, que s'il est vrai que l'hostilité contre les pouvoirs établis a été manifestée jusqu'à présent par des chants séditieux, injures, outrages et quelques rébellions isolées, il est pourtant vrai que la marche des événements pourrait fatalement conduire à la grande révolte, qu'il convient d'apprécier toute la gravité de l'infraction et d'intervenir en appliquant sévèrement la loi.

- Attendu que la nommée Mandombe, jeune fille sans expérience, suggestionnée par les simagrées du grand prophète, a agi et servi ce dernier inconsciemment, que par ce fait elle doit largement bénéficier des circonstances atténuantes.

Que ce même bénéfice doit être accordé au nommé Lumbuende Johan qui a hébergé à Sanda les prophètes et la suite de Kimbangu, tout en les sachant activement recherchés par l'autorité, mais que l'exemple lui a été donné par le chef même du village et le chef médaillé,

Le Conseil de Guerre

Vu les articles 76 ter du Code pénal, livre II et 101 ter du Code pénal livre I,

Vu les articles 31 et 32 du décret du 3 novembre 1917 sur la Justice militaire.

Condamnons Simon Kimbangu à la peine de mort. Zolla, Matfueni Lenge, Sumbu Simon, Mimba Philémon, Matta, M'baki André, Kelani John, Batoba Samisioni, Batoba David, Malaeka Sesteni, à la servitude pénale à perpétuité. Bemba et Dingo Vuabela à vingt ans de servitude pénale. Lumbuende Johan à cinq ans et Mandombe à deux ans de servitude pénale et les frais du procès à charge de la colonie.

- Et attendu qu'il y a lieu de craindre que les condamnés ne tentent de se soustraire à l'exécution du jugement, ordonne leur arrestation immédiate.

Ainsi jugé et prononcé à l'audience publique du trois octobre où siégeaient

MM. De Rossi, Juge ;

Dupuis, Ministère Public ;

Berrewaerts, Greffier.

ikala-songa-nzila-2

Kimbangu fut condamné à mort avant de voir sa sentence commuée en détention à perpétuité, accompagnée de 120 coups de fouet, par le roi Albert Ier des Belges. Il fut relégué à Elisabethville (Lubumbashi) dans la prison de Kasombo où il purgea ses 30 dernières années dans une minuscule cellule de 1,20m sur 0,80m sans aération, et comme lit il disposait d’un bloc de ciment. Durant ses 30 années de bagne, Simon Kimbangu continua à être considéré comme un leader spirituel malgré l’absence de contact avec ses fidèles, et il devint également un symbole du nationalisme congolais. Il mourut le 12 octobre 1951 en prison. Pour ternir son image auprès des Congolais, le pouvoir colonial prétendit qu’il se serait converti au catholicisme avant sa mort, chose qui était fausse.

Les autres condamnés furent déportés loin de leurs contrées d’origine. A la suite de ce procès, il s’ensuivit des représailles à l’encontre de toute personne soupçonnée adepte du mouvement de Kimbangu. Arrêtée, cette personne était acheminée à Tysville (Mbanza-Ngungu) puis, sans jugement, elle était reléguée ou déportée avec toute sa famille et voyait ses biens confisqués. Entre 1921 et 1959, on estime à 37 000 le nombre de familles persécutées et déportées vers plusieurs localités des provinces Orientale, de l’Equateur et du Katanga comme Ekafela, Ubundu, Lowa, Elisabethville. Beaucoup d’entre eux ne revinrent jamais et moururent en déportation suite aux traitements inhumains qu’ils subirent.

LE KONGO AURA (2) DEUX INDÉPENDANCES :

« PROPHÉTIES DE MVULUZI TATA KIMBANGU DIANTUNGUNUA » :

• Mais des Étrangers nomades, Bakuya kuya MINGIZILA (des Gens de la Route) se lieront d’amitié avec certains Kongolais traîtres pour rester pour toujours dans ce Pays, mais rien à faire, ils ne pourront pas réussir parce qu’il en est ainsi.

Nsilulu Zena !

• Malheur vraiment à tout Enfant du Kongo traître qui fera obstacle à cette Voie (la 2ème Indépendance), car il sera puni pour son comportement.

• C’est pourquoi, persévérez à prier NZAMBI MPUNGU sérieusement parce que le Temps viendra où la Volonté de servir le Pays habitera les Élus de cette promesse (ceux qui ont été choisis par la Volonté Divine).

• Ceux qui sont venus de l’Étranger Mingizila Bakuya kuya seront chassés par la force, les Autres mourront car ils abandonneront tous leurs Avoirs.

« Sachez-le bien, car c’est la Vérité :

• Le Départ des Blancs du Kongo lors de la 1ère Indépendance se passera vraiment mieux, mais pas celui des Étrangers Mingizila Bakuya kuya (lors de la 2ème Indépendance) ».

• Quand ces Désordres (lors de la 2ème Indépendance) prendront fin, les Élus de la promesse, Bana Bilaka (ceux qui ont été choisis par la Volonté Divine pour diriger) construiront le Pays de la bonne façon après avoir établi un bon Gouvernement qui amènera la Paix au Kongo.

• Quand le Kongo sera totalement en Paix, l’Afrique aussi sera en Paix et amorcera son Développement.

2ÈME INDÉPENDANCE TOTALE YA KONGO-RDC EKO BEBA JAMAIS !

PONA NINI POUVOIR YA MAKUKU MATATU OYO MFUMU KIMBANGU ABUNDELAKA PENDANT 30 ANS EYAKA KO BEBA NA 1ÈRE INDÉPENDANCE YA KONGO ?
BA TATA MISATO OYO BA BOYAKA KO TOSA MIBEKO MFUMU KIMBANGU APESAKA BANGO; BA TATA MISATO BASALELA BAPAYA BA BOMI BISO BAYINDO, BA COLONS IMPÉRIALISTES !

" SPIRITUALITÉ - POLITIQUE - SCIENTIFIQUE "

Mfumu KIMBANGU Diantungunua alias Simon, atelemaka le 06 Avril 1921 na Mboka Nkamba pona ko banda Misala Tata Nzambe Mokeli wa bakeli Nzambi Mpungu atindaka ye na Mokili asala pe Ako kisa Mosala wana ya Libération totale ya Bana Kongo na Muntu Moyindo, pe ko zongisela Bayindo Bokonzi na bango; bapaya bayaka koyiba ko banda le 3 Mai 1491.

Samedi, 10 Septembre 1921 ; Mvuluzi Mfumu KIMBANGU atikelaka Bana Kongo, Bayindo ba Malaka nioso Ekoya, Eko salama, na oyo nioso Ekoya lobi na Mabele na ye KONGO.
Na sima ya ko kangama ya Mfumu Kimbangu, bandeko na ba tata na biso ba tikalaka kotosa mibeko na bitinda wana te, pe ba salela yango te, nioso Mfumu Kimbangu azalaka Koteya bango ; bango ba wangana ye pe ba kosela kosela Mfumu KIMBANGU ba makambo kili kili epayi ya bakonzi na bango; ba colons missionnaires catholiques et occidentaux ba envahisseurs ba kotelaka Bankoko na biso ko banda 1542 kino 30 Juin1960.

Mfumu KIMBANGU ASI AZUELAKA BANA KONGO KIMPWANZA DIPANDA, kasi nioso azalaka kotinda basala ; ba Tata na biso ba tosaka ata likambo moko te. Bazalaka kotosa pe kosala kaka oyo bapaya ba colons missionnaires catholiques et occidentaux bazalaka kotinda bango basala.

La voix du peuple c'est la voix de Nzambi Mpungu (Dieu).
Lumumba était majoritaire à l'assemblée nationale Kongo.
C'est Patrice Emery Lumumba mutu abimaka 1er Président ya Kongo ; Kasi ba envahisseurs colons missionnaires catholiques et occidentaux, BA BOYAKA LUMUMBA azua bokonzi ya Kongo indépendant ; bapaya ba ponaka muana na bango NKASA-VUBU.
Choix pe Volonté Divine Nzambi Mpungu EBEBA WANA.

Na epayi ya Bonzambe ya Bankoko, Papa Diangenda Joseph na ba mindele na ye ba colons missionnaires catholiques et occidentaux, BA BEBISAKA BONZAMBE YA BANKOKO PONA KO KOTISA KOMBO YA JÉSUS NA BIBLE KATI YA Église de Jésus Christ sur Terre par son envoyé Spécial Simon Kimbangu E.J.C.S.K. Babuakisa kombo ya véritable Sauveur Mobikisi na biso Mvuluzi Mfumu KIMBANGU Diantungunua.

Tala esika Molili ekota libela libela libela na Mabele ya Bankoko na biso KONGO.
Tata Diangenda na Tata Kisolokele, bango mibale ba ponaka Ndeko na bango mukongo ; JOSEPH NKASA-VUBU, ba boyaka ko initié Mbuta Lumumba Patrice pona Atelama na Bonzambe ya Bankoko pe à kambala Ekolo Kongo.

Yango wana Mbuta NKasa-Vubu tango ba colons missionnaires catholiques et occidentaux batunaka ye boye :
Président Joseph Kasa-Vubu, awa bozui indépendance ; RELIGION BONZAMBE NINI EKO KUMBA MBOKA NA BINO KONGO ?

Eyano ya Mbuta NKasa-Vubu ezalaka:
" Religion Catholique " nde eko kumba biso na Kongo mobimba ; yango wana bomonaka, église catholique etikalaka église religion d'État du Kongo indépendant depuis le 30 juin 1960 jusqu'à na 1974, Recours à l'authenticité ya Mbuta Mobutu Sese Seko; ayei ko botola église catholique pouvoir yango. Kasi Mbuta Mobutu, azangaka Bonzambe ya Bankoko na biso KIMBANGU DIANTUNGUNUA.

Mama Muilu, Tata Diangenda na Tata Kisolokele; bazalaka ko préparer ko initié Mbuta NKasa-vubu pona abima 1er Président ya Kongo. Ba tindaka Mbuta NKasa-Vubu akenda ko kutana na mindele ba colons missionnaires catholiques et occidentaux ; ba kopesa ye examen test pona batala spiritualité na ye.
Ba bimisela ye ba SANDUKU mibale apona; Basi bayebisaka ye AKO PONA SANDUKU MALLE OYO KAKA NJIJI AKO MATELA YANGO ; KASI EKOMAKA MBUTA NKASA-VUBU LIBOSO YA BA SANDUKU MIBALE WANA, MBUTA NKASA-VUBU ATOSA MIBEKO TE ; APONA SANDUKU MALLE OYO NJIJI AZALI LIKOLO NA YANGO TE !

MBUTA NKASA-VUBU ABUKA BIKILA ATIKA BANA KONGO NA MABOKO YA BANGUNA BABOMI BA ENVAHISSEURS COLONS MISSIONNAIRES CATHOLIQUES ET OCCIDENTAUX. CHRISTIANISME, CATHOLIQUES BAZUA POUVOIR YA KO VANDELA BISO LIBELA KO LOKAKA BANA KONGO TANGO INSO " .

Tala tina Mvuluzi Mfumu KIMBANGU Diantungunua, ALOBAKA :
" KONGO NA YE EKOZUA BA INDÉPENDANCE MBALA MIBALE.
Po indépendance ya liboso ; Mfumu Kimbangu amonaka ndenge eko beba, bako bebisa misala, mobulu eko kota, désordres spirituelle, économique et social eko boma Kongo.

2ÈME INDÉPENDANCE TOTALE DU KONGO & LA SÉPARATION PÉNIBLE AVEC TOUS LES ÉTRANGERS VENUS AU KONGO SERA MEURTRIÈRE ET SANS PARDON !

Mvuluzi Mfumu KIMBANGU asila ko bongisa, pe ko tinda Bana na ye ya Bilaka pona baya ko bongisa nioso ba Tata na Bankoko na biso ba bebisaka.
La Politique et la Spiritualité vont de Pair
Liboso ya ko lobela pecko salela politique na Mboka na biso Kongo.

Esengeli ozonga nainu ko yekola Bonzambe ya Bankoko na biso KIMBANGU DIANTUNGUNUA. Oyeba lolenge Bankoko na biso bazalaka ko batela, pe ko bongisa Mboka na ba Mabota na bango.
Ko yekola lolenge ba Nkumu, Chefs coutumiers bazalaka ko tambuisa ba Mabele ya Bankoko na biso Tata Nzambe Mokeli wa bakeli Tata Mpungu Tulendo Njakomba ea Mpamba apesaka bango.

KONGO EZALAKA MBOKA MABELE YA BILAKA, JARDIN DIVIN YA TATA MPUNGU TULENDO NJAKOMBA.

Toyekola koyeba Mabele na biso Kongo malamu; totika ko landa biloko ya bapaya bakoma koma pona ko bungisa biso Nzela. Bapaya bayaka koyiba biso Bonzambe na biso ; pona ko pesa biso, nzambe na bango jésus Lucifer fils de l'ange déchu Nemrode.

Nioso oyo ezali koleka lelo na Kongo; biso Bana Bilaka toyebi nioso wana; yango to sila ko bongama pona arrivée ya Roi Divin oyo ekozala suka na bitumba, mama na eyoma pe sukuma pona kosukola nioso ya mabe molili ekotaka kati ya Mboka ESANTU Kongo.

Topesa pesa bino ba Malaka nioso ya Mobikisi Mvuluzi na biso NTUMUA Mvuluzi Mfumu Kimbangu Diantungunua, pona bokoka kososola, bolamuka, pe bomi yeba ; kasi bino bo buaka buaka nioso na fulu.
Nzoka nde; solution nioso ezalaka na kati ya ba prophéties ya Sauveur Mobikisi Mvuluzi na biso Mfumu KIMBANGU DIANTUNGUNUA.
Bana Kongo, nioso bolukaka, ezali na kati ya Cahier des charges ya biso Bana Bilaka ya KIMBANGU DIANTUNGUNUA B.B.K.D.

Tala ntina tozali ko belela bino bandeko na biso ; Boluka bo miyeba bozalaka ba nani na Mokili oyo ?
Bo telema, bo lamuka, boluka Nzela ya Bonzambe ya Bankoko na bino, Bankoko na biso ; bakolo ba makila, Bilongi pe ba kombo nioso to lata lata, topesa pe na bana na biso, biso nioso TO ZALAKA BANKOKO NA BISO TO ZONGA, TO ZALAKA BA ANCÊTRES REVENANTS VIVANTS.

Muana Kongo lamuka, banda ko belela oyo ya bino Bankoko pona baya kosalisa bino pe ko bundela bino bitumba oyo ya Mabele Lopango na bango ba tikela biso Bana na Bankoko na bango.

Bososola malamu po NZELA MOSUSU EZAL TE PE EKOZALAKA te te te ! Kaka NZELA ya Bonzambe ya Bankoko na biso KIMBANGU DIANTUNGUNUA.
Ba Longaka ko botola Bankoko na biso BOKONZI na bango kaka na Nzela BANGO KAKA wana ya bonzambe na bango bakotisaka le 3 MAI 1491. Biso pe tozongi kaka na esika wana ba kotelaka Bankoko na biso pona lelo to koma oyo tokoma lelo.

To zongisi BONZAMBE ya Bankoko na biso KIMBANGU DIANTUNGUNUA lelo pona ko longa BITUMBA oyo ya Mabele Lopango ya Bankoko na biso KONGO DIA MPA.
Bana Mama Kongo BOSOSOLAMALAMU !

Matondo Matondo Matondo.

BANA YA ELONGA YA BANKOKO KIMBANGU DIANTUNGUNUA 999-K8
BAKENGELI KONGO YA BANKOKO.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.