Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

3338 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2020

Christophe Grizard: Agriculteur et lanceur d'Alerte, les éoliennes ne servent à rien!

Agriculteur et Administrateur de la FED, Christophe Grizard, qui a opté pour l'électricité photovoltaïque chez lui, était candidat aux sénatoriales dans la Somme, sur la liste de Jean Marie Desachy "Stop Éoliennes 80", qui n'a été élu. Candidat apolitique, Christophe Grizard appuie son argumentation sur le rapport de l'Assemblée nationale et le projet de loi des députés.

Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Christophe Grizard: Agriculteur et lanceur d'Alerte, les éoliennes ne servent à rien!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

 En février dernier, Elisabeth Borne, alors ministre de la Transition écologique et solidaire, avait indiqué que "les préfets de département, sous la coordination des préfets des régions, seront en charge d'élaborer une cartographie permettant d'identifier des zones propices au déploiement de nouveaux mâts éoliens, et de consacrer d'autres zones comme défavorables à leur implantation". Depuis, c'est Barbara Pompili qui a hérité du portefeuille, en juillet 2020.  Dès le mois suivant, l'ancienne députée de la Somme déclarait que "En Picardie, comme ailleurs, il faut définir comment on repartit les énergies renouvelables, et comment on fait pour atteindre nos objectifs. Par ailleurs, chaque territoire doit prendre sa part. C'est le cas de la Somme, il me semble, peut-être un peu moins de l'Oise ou de l'Aisne". Ce qui a déclenché une réaction épidermique de Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France: "Nous avons suffisamment donné. Que d'autres, qui ont autant de vent que nous s'y mettent..." 

Nous reproduisons ce texte de la liste aux sénatoriales: Pourquoi une liste Stop Éoliennes 80 ? Elle n'a pas gagné, mais les engagements demeurent. 

La Somme détient le record d'éoliennes au Km2. 10% des éoliennes  françaises sont concentrées sur 1% de son territoire: la Somme. Et c'est loin d'être fini !

Parce que les Samariens n'en veulent plus. Parce que les Samariens n'en peuvent plus. 64% des projets sont attaqués au tribunal (chiffre DREAL 2018). Parce que la quasi moitié des communes de la Somme sont déjà en risque de saturation (Source DREAL 01/2020). Parce que la première richesse du département c'est l'espace. Cet espace on nous le vole, on le pollue. on l'industrialise. On le viole !

Parce que les maires, les élus, sont mal armés face à l'appétit des promoteurs. Ils ne leur disent pas toute la vérité: 

Ils disent que l'éolien va rapporter de l'argent à votre commune. Ils ne disent pas  que cette fiscalité n'est pas pérenne. Qu'avec les années  ces recettes vont mathématiquement  et irrémédiablement diminuer et être diluées entre les collectivités. 

Ils disent que  le démantèlement  ne sera pas à votre charge. Que 50.000 euros sont provisionnés pour le financer. Ils ne disent pas qui financera les 350.000 restants (coût estimé de 413 000 euros selon le devis fourni par la préfecture de l'Aisne). 

Ils disent que c'est "écologique", c'est la transition énergétique. Ils ne  disent pas qu'en 2019 une commission parlementaire a scientiquement démontré que l'éolien ne permet pas de diminuer  les émissions de GES responsables du réchauffement climatique. Elle conclut que "les fortes tensions actuelles sur les finances publiques françaises nécessitent de faire des choix et de concentrer  le soutient budgétaire de l'Etat sur les actions ayant une véritable plus-value climatique et sociale. "

Ils  disent c'est mieux que le nucléaire. Ils ne disent pas que mieux ou moins bien, de toutes façons par son intermittence et ses faibles performances l'éolien ne permet pas de concurrencer le nucléaire. Encore moins de le remplacer. 

Ils disent qu'il n'y a aucun risque sanitaire pour les riverains.  Ils ne disent pas que des centaines d'animaux d’élevage sont morts dans des dizaines d'élevage en France et que la corrélation avec la présence de ces machines a été démontrée par expertise. Que des dizaines de riverains souffrent du syndrome éolien ( reconnu par l'académie de médecine depuis 2017) et  se regroupent en collectif pour attaquer les autorités. 

Il y a des promesses des promoteurs, et il y a les faits.

Et les faits ce sont des centaines d'associations, mais aussi des maires, qui e débattent devant les autorités  et devant les tribunaux pour se débarrasser de ces envahisseurs à qui ils ont imprudemment ouvert la porte. On ne pourra pas défendre l'attractivité de notre territoire tant qu'on n'aura pas mis fin à cette "escrologie" !

Pour mieux comprendre les enjeux des éoliennes en France, nous diffusons également la rapport de la commission parlementaire des finances, économie générale et contrôle  sur l'écologie, développement  et mobilités durables. Énergie, climat et après mines. Première partie. A suivre! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com