Manger ! Oui, mais… à qui faire confiance ?

Le 7 février sort mon prochain livre, chez Albin Michel. Il ne parle pas que du bio ! C’est un livre sur le système alimentaire, tellement opaque, angoissant, malhonnête, mystérieux, que chacun de nous se dit en définitive… « et pourquoi pas acheter bio ? En lui au moins on peut avoir confiance ! » Certes, mais le bio ne peut pas tout.

Pourquoi une telle défiance envers la bouffe, en France ?

Comment retrouver confiance ?

Pour y voir clair, allumer la lumière dans cette profonde boîte noire qu’est l'alimentation, je suis parti d’un double constat :

  • cela fait quarante ans que nous avons abandonné à d’autres, à la Sainte-Trinité agriculture intensive-industrie agroalimentaire-grande distribution, la composition de ce que nous mangeons ;
  • cela fait quarante ans que l’alimentation a été réduite à des nutriments et des messages médicaux.

Où est le plaisir ? Où est la sociabilité de l’acte de manger ? Et nous, alors !?

denhez-albin-couv

J’ai exploré le monde des GMS, celui de l’industrie alimentaire et cosmétique, le bio - bien entendu, les circuits courts et les magasins de producteurs, les régimes « sans », le véganisme, mais aussi les associations d’aide alimentaire, les labels et les app., le monde agricole qui s'adapte et les scientifiques (toubibs, anthropologues, préhistoriens, psys, agronomes…) qui savent remettre l’alimentation dans son contexte, les discours, enfin.

 

Je dénonce, j’ironise, je tape parfois très fort, mais je dis aussi ce qui se passe de bien (même dans la grande distribution), parfois là où ne s’y attend pas.

J’ai enquêté partout en France, pendant plus d’un an.

 

communique-de-presse-frederic-denhez-1

In fine, on voit que les choses changent, que la Sainte-Trinité a la trouille et est en train d’éclater, en dépit de ses efforts pour ne rien changer.

 

On voit aussi qu’il est finalement assez simple de manger mieux, dès lors qu’on n’oublie pas que manger, c’est avant tout un acte… culturel, fruit d’années d’imprégnation et de routines. Un acte politique car manger « mieux », c’est une façon collective de repenser le système alimentaire et l’aménagement du territoire.

 

Et pas besoin de tout boycotter, de rejeter ceci ou cela ou de s’enfermer dans une chapelle. Manger rime avec diversité et… confiance en soi.

 

Et tout ça c’est dans le livre, plein de portraits, de rencontres parfois enthousiasmantes, au cour d’une narration incarnée.

 

Bonne lecture !

 

communique-de-presse-frederic-denhez
 Le chapitrage !

01-mep-bio-356061

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01-mep-bio-3560612

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01-mep-bio-3560613

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.