Frédéric  Lemaire
Economie politique, finance et autres joyeusetés.
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 juin 2015

Frédéric  Lemaire
Economie politique, finance et autres joyeusetés.
Abonné·e de Mediapart

Plan Juncker : avis de grands projets inutiles sur l’Europe

Le 25 novembre 2014, le président de la Commission européenne dévoilait son « plan Juncker », un programme d’investissement censé contribuer à la relance de l’économie européenne. L’objectif : financer des projets d’infrastructures (transport, énergie, telecoms) et des projets de recherche identifiés comme stratégiques par la Commission. Les institutions européennes auraient-elles abandonné leurs dogmes austéritaires pour une politique ambitieuse d’investissements publics et de transition écologique ? Rien n’est moins sûr...

Frédéric  Lemaire
Economie politique, finance et autres joyeusetés.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 25 novembre 2014, le président de la Commission européenne dévoilait son « plan Juncker », un programme d’investissement censé contribuer à la relance de l’économie européenne. L’objectif : financer des projets d’infrastructures (transport, énergie, telecoms) et des projets de recherche identifiés comme stratégiques par la Commission. Les institutions européennes auraient-elles abandonné leurs dogmes austéritaires pour une politique ambitieuse d’investissements publics et de transition écologique ? Rien n’est moins sûr...


« Ambition », c’est le mot-clé de la Commission pour décrire le plan d’investissement porté par Jean-Claude Juncker, qui vise à « mettre l’Europe sur le chemin de la reprise économique [1] ». Mais qu’en est-il vraiment ?

La Commission annonce que le Fonds européen d’investissement stratégique (FEIS) du plan Juncker sera doté de 315 milliards d’euros. Il consistera en fait essentiellement de financements privés, mobilisés à l’aide de garanties publiques sur les investissements (c’est l’« effet de levier »).

Ces garanties, à hauteur de 21 milliards d’euros, seraient avancées par la Banque européenne d’investissement (BEI) pour 5 milliards et par l’Union européenne (UE). La contribution de l’UE serait issue de coupes dans des fonds européens déjà existants, dédiés au financement des infrastructures et de la recherche, mais aussi de programme comme Erasmus à hauteur de 8 milliards d’euros. Quant aux 8 milliards restants… Ils restent encore à confirmer.

Enthousiastes, les services de communication de la Commission annoncent avoir identifié « plus de 2000 projets » représentant « 1300 milliards d’euros d’investissement ». Identifier c’est une chose, financer en est une autre. Quand bien même le FEIS parviendrait à mobiliser 315 milliards d’euros, les sommes engagées demeureraient bien loin d’être à la hauteur des enjeux d’une véritable transition énergétique, écologique et sociale de l’économie européenne. « 300 milliards, ce n’est pas grand-chose, en réalité » a ainsi estimé Jeremy Rifkin, pourtant familier des cercles dirigeants bruxellois ! Le plan Juncker s’avère donc, en première analyse, un plan d’investissement au rabais [2].

Mais le plan Juncker a-t-il seulement vocation à financer la transition écologique ? On peut se permettre d’en douter. Il suffit de considérer les critères choisis pour la sélection des projets financés : ils devront être rentables ; être mis en œuvre dans les trois ans ; et relever des priorités identifiées par la Commission (énergie, transport, numérique…). Ces priorités sont développées dans le cadre de la stratégie « Europe 2020 »... largement influencée par les lobbies industriels, comme l’a montré le Corporate Europe Observatory [3].

Les conditions sont remplies pour que les intérêts privés et la rentabilité priment sur l’utilité pour la société. Non seulement la nécessaire transition écologique et sociale de l’économie européenne passe à la trappe ; mais le plan Juncker pourrait bien contribuer à une nouvelle vague de « grands projets inutiles » en Europe, au plus grand bonheur des industriels et des investisseurs qui bénéficieront de garanties publiques [4].

Les Etats membres ont déjà commencé à soumettre des propositions de projets qui pourraient être financés par le FEIS. Leur examen confirme le mépris des enjeux écologiques dans le cadre du plan Juncker : selon le chercheur Damien Demailly, les projets « intensifs en carbone » (transport, énergie…) représenteraient une centaine de milliards d’euros [5]. Au Parlement européen, la proposition d’attribuer 5 milliards du plan Juncker au financement de l’efficacité énergétique, qui avait fait son chemin, a finalement été rejetée le 20 avril par la coalition des socialistes (S&D) et conservateurs (PPE) [6].

La BEI n’est pas en reste : elle a annoncé les premiers projets qu’elle souhaitait financer dans le cadre du FEIS : l’agrandissement de l’aéroport de Dubrovnik, ou encore le lancement d’un partenariat public-privé (PPP) pour créer 14 centres médicaux en Irlande. Ce choix illustre les orientations du plan Juncker : d’une part son mépris à l’égard de l’impératif de la transition écologique (infrastructures intensives en carbone), de l’autre le recours généralisé aux PPP.

C’est le deuxième « effet Juncker » : le plan d’investissement va renforcer la lame de fonds de privatisation des infrastructures, y compris de service public. Les PPP font pourtant l’objet de nombreuses critiques quant à l’opacité de leurs termes, leur coût souvent sous-estimé pour la collectivité et les abus de tarification de la part des exploitants privés bénéficiant de rentes de monopole (comme c’est le cas des gestionnaires d’autoroutes). Là encore, les intérêts des investisseurs et du secteur privé vont primer sur les choix démocratiques sur les investissements qui doivent être réalisés, et la gestion collective des biens communs.

Le plan Juncker n’a rien de ce grand plan d’investissement public qui permettrait de préparer l’Union européenne aux enjeux futurs, comme le vend la Commission. Loin d’être une solution à la crise européenne, c’est un contre-sens total qui pourrait bien enfoncer davantage l’Union européenne dans l’impasse écologique, sociale et démocratique.

Frédéric Lemaire

Notes :

 [1] Rubrique plan d’investissement, sur le site de la Commission (en anglais)http://ec.europa.eu/priorities/jobs-growth-investment/plan/index_en.htm

[2] L’économiste Jeremy Rifkin juge le plan Juncker insuffisanthttp://www.euractiv.fr/sections/priorites-ue-2020/leconomiste-jeremy-rifkin-juge-le-plan-juncker-insuffisant-312563

[3] L’Europe des industriels n’est pas en pannehttp://www.dessousdebruxell.es/spip.php?article108

[4] Voir aussi De Notre-Dame-des-Landes à la LGVLyon-Turin : l’Europe des grands projets nuisibleshttp://www.dessousdebruxell.es/spip.php?article191

[5] Pour un plan Juncker soucieux de la transition énergétique http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-124199-pour-un-plan-juncker-soucieux-de-la-transition-energetique-1094900.php

[6] Les socialistes renoncent à orienter le plan Juncker vers l’efficacité énergétiquehttp://www.euractiv.fr/sections/energie/les-socialistes-renoncent-orienter-le-plan-juncker-vers-lefficacite-energetique?hootPostID=82d462cbbfade67f91834d4632d382ab

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon