Nouvelle sanction aux Européennes… Changeons de politique maintenant !

Par Frédéric Lutaud, membre du Bureau national pour la motion 4

La France républicaine s’est réveillée avec une sacrée gueule de bois. Le FN caracole en tête des élections européennes avec 25 % des voix. L’UMP, plombé par les affaires, arrive second avec seulement 20% et le Parti socialiste, grand perdant des élections, atteint à peine les 14%. Une fois de plus notre électorat ne s’est pas déplacé. Une fois de plus, il a sanctionné sévèrement la politique du gouvernement. Pourquoi voter pour des candidats socialistes qui déclarent vouloir changer l’Europe alors que ceux qui sont au pouvoir ne respectent pas leurs engagements ? C’est une véritable crise de confiance qui s’ouvre dans notre pays, laissant la voie libre aux nationalismes. Quand la gauche démissionne sur le terrain social, ce sont les thèses identitaires qui prospèrent, le repli sur soi, la haine de l’autre. De tout temps, le chômage et la précarité ont été le lisier de l’extrême droite. Le FN en fait l’amère démonstration en remportant ces élections qui défigurent notre pays.  

Aujourd’hui, c’est tout le projet européen qui est menacé avec la probable nomination de Jean-Claude Junker à la Présidence du Parlement européen. Ce grand pape de l’ordo-libéralisme sera le fossoyeur de l’Europe sociale et c’est définitivement que nous perdrons le soutien des peuples. Nous vivons une tragédie et celle-ci est valable aussi bien pour notre pays que pour l’ensemble des européens. Les chances de voir se mettre en place les convergences progressistes dans l’Union sont compromises et un peu partout les partis xénophobes gangrènent la vie politique.

La responsabilité du Parti socialiste français dans cet échec est immense. En soutenant le gouvernement Valls nous avons tourné le dos à nos militants et au peuple de gauche. La « croissance » n’est pas un projet de civilisation, la baisse du « coût du travail » accentue le dumping intra-européen que nous avons dénoncé durant notre campagne, et la « compétitivité » ne peut déboucher que sur la surenchère concurrentielle entre les salariés de toute l’Europe. Les dernières déclarations du premier ministre sur les exonérations fiscales en direction des plus pauvres témoignent d'une politique désespérée au moment même où 50 milliards de coupe budgétaire sont prévues dans les dépenses publiques. On n'a jamais réglé la pauvreté avec des baisses d'impôts et nous attendons toujours la révolution fiscale qui rétablira dans la justice la progressivité de l'impôt Républicain. Mais encore, aucune solution n’est apportée au chômage de masse. Le gouvernement laisse ainsi dans le désespoir des millions de français et leur famille. Nous le savons, il n’est pas envisageable de renouer avec le plein-emploi sans un nouveau partage du travail.

Nous ne pouvons continuer à regarder notre parti sombrer de défaites historiques en défaites historiques et constater impuissant l’hémorragie militante et la montée du FN. Un changement de cap s’impose. Une direction collégiale doit être mise en place et l’organisation d’un congrès extraordinaire doit être décidé au plus vite. C’est en repassant devant les militants que nous retrouverons le sens de notre engagement. C’est à eux que revient le choix de l’orientation politique de notre parti. En temps de crise profonde, il n’y a pas d’autre issue que de s’en remettre à la démocratie.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.