Frédéric lutaud
Ancien membre du Bureau national du Parti socialiste
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2015

Quoi de neuf sous le ciel de la “sociale démocratie” ?

La population commence à reprendre ses esprits. Après l’émotion suscitée par les attentats du 13 Novembre, une autre musique arrive à se faire entendre autre que celle des belligérants revanchard et sécuritaires. Le terrorisme djihadiste ne serait pas le simple produit d’un islam même « radical », alimenté par un État islamiste en guerre contre notre mode de vie occidental.

Frédéric lutaud
Ancien membre du Bureau national du Parti socialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les principaux spécialistes de la question sont unanimes : les djihadistes lisent peu ou pas le Coran. « Aucun de ceux qui sont intervenus sur le sol français ne sont passés par une formation théologique de fond ou par une intensification progressive de la pratique religieuse ». La religion n’est qu’un prétexte à leur radicalisation. La plupart ne sont pas d’origine musulmane mais issus d’une « jeunesse déclassée qui se sent rejetée, marginalisée, victimisée ». Une génération en rupture de ban prête à déverser la haine que lui inspire l’humiliation d’une vie précaire et sans avenir. La question sociale resurgit soudain sur le devant de la scène.

Poser la question sociale c’est prendre acte de nos responsabilités, ce dont se garde bien François Hollande. « Nous sommes en guerre », déclare t'il, l’ennemi c’est l’autre. Après « mon adversaire c’est la finance », nous découvrons un nouvel ennemi intérieur et extérieur : « l’Islam radical ». Le premier avait le mérite de désigner un objectif politique, le second se complaît dans la logique du bouc émissaire permettant d’échapper à tout bilan. Car la « sociale démocratie » dont se revendique François Hollande n'apporte aucune réponse ni à la crise financière, ni au repli identitaire puisqu’elle en est le vecteur. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, nous assistons à l’éternel retour du même. L’histoire nous a habitués à cette jeunesse paupérisée et dépolitisée qui rejoignait les milices paramilitaires de l’Ordre nouveau national socialiste (qui déjà n’avaient pas plus à voir avec le socialisme que le djihadisme de Daesh avec l’islam). Ou encore au terrorisme gauchiste d’une jeunesse étudiante au marxisme mal digéré prétendant faire le bonheur du peuple à la place du peuple. On pense aussi aux attentats anarchistes à la fin du XIXe siècle donnant lieu à l'adoption de lois scélérates, ancêtres de l'état d'urgence. Rien de neuf sous le ciel de la « sociale démocratie » toujours prompte à défendre les intérêts de la classe dominante au nom de la République parlementaire et de sa démocratie inachevée et pour le moins aujourd'hui moribonde.

Poser la question sociale, c’est refuser de contourner la question démocratique. Qui décide de la répartition de la richesse produite ? Qui crée la valeur et qui se l'accapare ? La « sociale démocratie » nous dit « salariés enrichissez vos entreprises, la justice fiscale rétablira l’égalité sociale ». La démocratie sociale répond « seul le travail crée la richesse, toute la richesse aux salariés. Nous voulons la propriété collective de notre entreprise pour décider démocratiquement de la production ». Il ne s’agit plus de déplacer le curseur sur l’échelle de la répartition mais de se débarrasser d’un droit censitaire qui n’accorde le pouvoir économique qu’à ceux qui ont les moyens de la propriété par actions.

Tandis que la moralisation d’un capitalisme prédateur par les sociaux-démocrates s’accompagne de son lot de désolations au niveau géopolitique (addiction aux hydrocarbures, alliances contre nature avec les monarchies du Golfe, financements de mouvements extrémistes armées, asservissement des populations du Sud, exploitation effrénée des ressources naturelles…) comme au niveau national (chômage de masse, pauvreté, exclusion, souffrance au travail, délinquance, suicide…), le désespoir grandit parmi la population. Les esprits les plus combatifs rejoignent les luttes sociales et les plus fragiles se laissent endoctriner par le prêt à penser nationaliste ou religieux. Renaissent inexorablement les antagonismes de classe pour le contrôle de la production, rejoint dès lors par la mobilisation pour sauver le climat.  

La réponse de l’exécutif, nous la connaissons : une déclaration de guerre pour jouer sur la fibre patriotique et exiger l’unité nationale. Puis la mise en place d’un état d’urgence qui court-circuite la justice et restreint les libertés publiques. Les militants de la gauche alternative sont assignés à résidence, les syndicalistes criminalisés, les manifestations interdites. Le social-démocrate Guy Mollet, en menant sa sale guerre d’Algérie, n’a pas pratiqué autrement. Non, vraiment, rien de neuf sous le ciel de la sociale démocratie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum