Peut on encore débattre sur internet, et en particulier, sur ce blog ?

A l'heure des réseaux sociaux, des algorithmes qui choisissent ce que nous sommes supposés avoir envie de voir, où le cercle de nos amis sur lesdits réseaux est parfois, sans doute, limité, que reste-t-il de la possibilité de débattre et d'échanger nos opinions ?

Au début, tout est beau. La possibilité de se connecter avec des amis éloignés, de garder contact avec des connaissances rencontrées lors d'occasions diverses et variées, s'informer aussi, partager ses coups de cœur ou ses coups de gueules. Oui, mais qui lit, qui commente, qui discute en retour ?

Tout dépend du sujet vous allez me dire et vous aurez bien raison. Je ne suis pas le premier à le dire et ne serai pas le dernier à déplorer le manque d'échange quand il s'agit de culture, politique ou religion. Bref en dehors des sujets "légers", suivez mon regard :D Mais une fois cette barrière difficile franchie, commentent souvent les personnes qui, en fait, partagent aussi notre avis. Comment alors parler de débat ?

Marc Dugain et Christophe Labbé résument bien ce problème dans leur ouvrage "L'homme Nu - La dictature invisible du numérique". En effet, à la fin de leur chapitre "L'avenir est une équation", on peut lire :

"[..] à force de ne discuter qu'avec des personnes qui nous ressemblent, le brassage d'idées tourne à vide, les esprits se ferment, les opinions se figent, Internet comme lieu de débats devient une illusion".

Toutefois, on pourrait aussi soulever un autre problème. Sommes nous prêts au débat ? A écouter des arguments contradictoires et à, peut-être, faire évoluer notre avis en fonction de ces arguments ? Encore faut-il en avoir et ne pas énoncer des vérités toutes faites, sans preuve ni fondement. Tout l'enjeu est là également : étayer son opinion, vérifier ses sources et ne pas s'en tenir à des idées toutes faites et des préjugés archaïques.

Alors, qu'en pensez vous ? Le débat est-il possible ou prenons nous nos désirs pour des réalités ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.