QUAND LA POLITIQUE REND FOU

Quand la politique rend fou, ou les tribulations d'un qui ayant choisi le moins pire ne peut s'en défaire quand il voit qu'il n'est pas si moins pire que ça

 

Avez vous noté cette émouvante tendance qu'ont les politiques à vouloir rendre service, qui les pousse tous en un irrésistible élan à se précipiter vers les premières places des listes, seules dignes de recevoir leur incomparable et exclusive capacité à se servir - pardon -, servir ?

Face à un président destructeur, pervers et goguenard se délectant à offrir des débats dont il sait qu'il ne tiendra jamais compte, ces « seuls capables de s'y opposer » sont légion. Parmi les nominés, JL Mélenchon, « seul représentant du peuple », B.Hamon, « seul vraiment à gauche » , et Y.Jadot, « seul authentique écolo ». Impossible de départager ces egos surdimensionnés fossoyeurs d'espoir, dont on ne soulignera jamais assez le rôle mortifère.

Seul un PS repentant et réellement rénové – tout au moins dans son programme – a accepté de jouer le jeu de l'union. Il faut l'en remercier. Prenant acte de cette double volonté d'union et de programme rénové, Nouvelle Donne (ND), apportant dans ses bagages son Plan Finance Climat plébiscité par tous, l'a donc rejoint après avoir en vain tenté comme d'autres de réunir tout ce que l'échiquier politique compte d'écologistes et de partis de gauche. Place Publique (PP) l'avait précédé de peu auprès du PS.

L'ennuyeux est que PP, grisé par son succès médiatique lié pour l'essentiel à sa seule « nouveauté » a vite voulu se muer de modeste « facilitateur d'union » en protagoniste principal. On a ainsi pu entendre Claire Nouvian se féliciter sur Inter d'avoir une liste PS-PP à 50-50 (donc zéro pour ND) et R.Glucksman affirmer contrairement aux promesses d'O.Faure que « nous » siègerions au PSE, tandis que ND était drastiquement marginalisée en nombre de candidats visibles tandis prospéraient ceux de PP et que fleurissaient tracts et affiches à la seule effigie du gourou de PP, sans notre consentement.

On mène campagne, chacun peut l'admettre, pour une liste et pour un programme. Méprisés dans la composition de la liste, qu'en est-il du programme ? Il était il y a quelques jours encore illisible, fait de 94 voeux pieux sur un canevas imposé par PP, et le Plan Finance Climat de ND y était rendu incompréhensible. Pas la moindre référence à l'indispensable renégociation des traités, rien sur la nécessaire décroissance, pas un mot sur une ébauche de politique étrangère, pas la moindre évocation d'une réduction du temps de travail concertée pour contenir le chômage à l'échelon européen, autant de propositions portées par ND non prises en compte. Les vœux pieux sont aujourd'hui 118, et sont toujours aussi peu lisibles.

Dès lors, marginalisés dans une liste d'« union » qui a négligé par ailleurs d'écouter les appels d'autres formations (Ensemble, GDS, R et S) et porteuse d'un programme plein de bonne volonté mais insuffisant et illisible, le compte n'y était pas pour ND. J'ai donc décidé de me retirer de la liste des candidats. Malgré ma volonté clairement exprimée, mes camarades de ND m'y ont maintenu frauduleusement, me contraignant à écrire cette tribune pour préciser que j'y figurais contre mon gré.

 

Quand je disais que la politique rend fou ?

 

Frédéric PIC

Porte-parole national de Nouvelle Donne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.