Frédéric PIC
Abonné·e de Mediapart

153 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 sept. 2018

De RUGY ? La bonne blague ! place aux marches pour le climat !

Comment de supposées élites intellectuelles (mais autoproclamées telles ) peuvent-elles aveuglément s'acharner à commettre autant de bêtises ?

Frédéric PIC
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Einstein disait que la folie consistait à constater qu'un système ne marchait pas et à le reproduire en pensant que cela changerait : c'est ce que font nos soi-disant élites, au plan local comme au plan mondial. Celle des possédants, des riches, aveuglés par leur désir fou de toute-puissance, de ceux qui mènent le monde, des 10% les plus riches ...qui sont responsables de 50% d'émission de gaz à effet de serre, alors que les 50% les plus pauvres n'en rejettent que 10%

À cet égard, le  remplacement de N.HULOT par F.de RUGY est une farce. Ce dernier, écologiste mou évoluant sur l'échiquier politique en fonction des vainqueurs sera chapeauté par un président qui, non content de n'avoir rien compris aux défis écologiques qui nous attendent est trop orgueilleux pour simplement pouvoir penser qu'il puisse ne pas avoir raison sur tout.

Le changement de paradigme nécéssaire évoqué par N.HULOT n'aura donc pas lieu si nous n'y mettons pas bon ordre. Pourtant des solutions et des propositions existent. Parmi celles-ci, Nouvelle Donne propose depuis 2014 - et encore aujourd'hui - un financement de la transition énergétique au niveau européen par le biais de prêts à taux zéro de la BCE aux états pour un montant de 1000 milliards d'euros par an, soit pour la France 45 milliards/an pendant 30 ans exclusivement fléchés à cet effet. (contre 3 milliards par an sur 5 an dans le plan d'investissement  MACRON). Certes c'est un pognon de dingue, mais il faut bien ça, et puis c'est la somme que verse la BCE en pure perte aux banques européennes pour la relance de l'économie ces dernières années. Alors autant que cela serve à quelque chose, au lieu de voir ces sommes placées par les banques sur les marchés spéculatifs.

Plusieurs avantages à cette proposition : 

- elle est applicable dans de très cours délais, donc pragmatique et pas simplement incantatoire

- le montant financier est colossal, à hauteur des problèmes qu'elle se propose de résoudre

- elle permettra aux états de lancer de grands plans de formations aux métiers de la transition, d'entamer celle-ci. De faire des économies d'énergie considérables, donc des économies tout court, et de relancer par de grands travaux au plan logement, transports, agriculture, la seule croissance qui vaille, à savoir une croissance qui amènera de la décroissance

- elle permettra la résorption d'une partie non négligeable du chômage (près d'un million d'emplois estimés en France)

- elle permettra à une Europe en perte de repères et de projets de se saisir d'une entreprise commune, fédérative et enthousiasmante

Ce projet est repris par le collectif climat 2020 dont le pacte finance-climat est soutenu par des personnalités politiques et associatives de tous bords (https://climat-2020.eu/fr/)

Les vagues citoyennes rassemblées ce samedi partout dans le monde vont dans le même sens, porteuses d'autres propositions toutes plus inventives les unes que les autres. Et ce rassemblement d'idées convergentes de partis, syndicats, associations, citoyens engagés, au delà d'une résistance nécessaire à l'imposture macédonienne, représente un indiscutable espoir de voir l'émergence d'un projet non plus simplement "contre" mais "pour". 

Pour le partage au lieu de la gabegie. Pour la coopération au lieu de la concurrence mortifère. Pour le simple bon sens. Pour une sobriété heureuse. Pour le bien commun.

Frédéric PIC
Référent Béarn Nouvelle Donne

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI