Frédéric PIC
Abonné·e de Mediapart

166 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2022

Les non vaccinés, espèce menacée en voie de disparition : à protéger d'urgence

Face aux menaces du président, les non vaccinés ont très envie de résister. Et ils vont le faire, jusqu'au bout. C'est leur stratégie. Parce qu'ils ont le droit et la raison pour eux. Mais aussi parce qu'il est urgent de conserver un contingent de non vaccinés car ils sont le seul groupe témoin qui permettra de juger des avantages et inconvénients réels à long terme des « vaccins » génétiques.

Frédéric PIC
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les menaces du président sont effectivement inconséquentes. Car elles ne sauraient avoir la moindre conséquence, tant elles sont incompatibles avec le droit. Le fait qu'il ait « envie » d'emmerder des concitoyens n'est pas en soi définitivement gravissime, relevant simplement d'un dysfonctionnement psychologique marginal. Le fait par contre qu'il affirme qu'il va le faire de façon réfléchie (« c'est la stratégie ») et « jusqu'au bout » (jusqu'à l'anéantissement?) pose par contre le problème d'un désordre psychiatrique qui ne me semble pas compatible, c'est mon avis, avec la fonction qu'il exerce.

Mais revenons à l'épidémiologie : on a suffisamment raillé le Pr RAOULT sur ses études observationnelles sans groupe témoin pour ne pas relever que nombre d'autres études, pourtant prises au sérieux n'en comportent pas. Ainsi des études en particulier de Pfizer, qui au bout de 6 mois a vacciné tout son groupe placebo. Ce qui est contraire à l'éthique de tous les essais thérapeutiques annoncés comme tels (avec groupe placebo), et permettra au laboratoire d'empêcher que l'on puisse juger à moyen et long terme des éventuels effets secondaires de son produit, en particulier des effets négatifs . Mais Pfizer n'est pas le seul à incriminer : L'INSERM mène une étude de phase III baptisée COVIREIVAC sous la conduite du Pr.Odile LAUNAY, et on vient d'apprendre que la même stratégie sera suivie. Alors que rien ne le rendait nécessaire (les participants sont d'autant moins menacés des dangers du virus que celui-ci s'essouffle, s'apprête à rentrer dans le rang, et que nombre de participants sont jeunes et non ciblés par la maladie)

Mais encore une fois se pose le problème de la responsabilité en cas d'effets nuisibles Ceux-ci sont nombreux à être signalés (au moins 10 fois plus que tous les effets nocifs de tous les vaccins, cumulés sur les 30 dernières années sur le site USA du CDC), et graves en forte proportion (25% dans toutes les études américaine, européenne, française). Les pays riches ayant passé des contrats léonins exonérant les firmes de toute responsabilité, celle-ci reviendrait aux états. On comprend dès lors (mais on ne peut accepter) que ceux-ci les nient ou les minimisent pour ne pas avoir à les indemniser.

Il n'empêche qu'ils existent. Va donc se poser la question de l'utilité des doses commandées en quantité invraisemblable (6 milliards de dose pour l'Europe, chiffre habituellement cité à vérifier car une partie sera exportés via Covax, mais cela représente 13 doses par habitant, nouveaux-nés inclus) D'autant que ces doses sont obsolètes car élaborées à partir de la souche initiale Wuhan aujourd'hui disparue, qu'elles sont de moins en moins efficaces sur les derniers variants (et qu'il n'apparait aucune nécessité d'avoir à vacciner contre l'Omicron dont le « tsunami » de cas ne paraît pas plus dangereux à ce jour qu'une pluie de bonbons au chocolat)

Nous autres non-vaccinés avons donc jusqu'à aujourd'hui échappé comme indiqué sur un précédent billet à la lapidation, au goudron et aux plumes et à l'enfermement en quartier de sûreté. Mais la propagande du pouvoir nous fait déjà regarder de travers, la délation n'est pas loin et à tout le moins les menaces présidentielles (et les menaces d'un furieux sont toujours à prendre au sérieux) nous promettent des lendemains de punition collective à connotation financières en sus de l'exclusion.

L'outrance de ces menaces ne nous inquiète pas. Nous avons pour nous la raison, la logique scientifique et le droit. La posture guerrière du pouvoir semble du reste commencer à se craqueler, plus personne ne supporte l'absurdité de ses protocoles, certains pays lâchent du lest tandis qu'ici alternent les menaces et les discours lénifiants (« la pandémie régresse, nous allons pouvoir vivre avec le virus... », à se demander pourquoi on aggrave les mesures sécuritaires et ce pour plusieurs mois?) . Mais le suivisme incompréhensible de parlementaires semblant avoir perdu tout esprit critique et s'exposant non seulement à être démentis sous peu, mais surtout à se couvrir de ridicule s'ils s'acharnent à voter cette loi inique du pass vaccinal nous oblige à rester sur le qui-vive. Et à résister.

Non seulement nous en avons très envie, mais nous allons le faire, calmement, jusqu'au bout. C'est notre stratégie.

Dr Frédéric PIC

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses