Ce soufflet va-t-il retomber ?

Franchement je ne comprends pas quelles obscurs raisons ont pu pousser ce médiéval gifleur à souffletter MACRON. Enfin personnellement je n'en vois aucune. Et vous ?

Que diable, on réfléchit, on ne fait rien sans raison ! L'honneur d'un homme est en jeu ! Si encore E.MACRON avait été un président coupé du peuple, ou méprisant, voire insultant, on aurait pu, sans expliquer ce geste d'un dont je ne partage pas les idées affichées, tout au moins trouver un semblant d'excuse. De même si le Président avait fait honte à la fonction en s'affichant, allez, j'invente, je dis n'importe quoi, en étreignant tout sourire dehors un ado torse nu nous faisant un doigt d'honneur. Ou en s'invitant démago pour faire le djeun chez des animateurs de réseaux sociaux. Ou encore faisant le garnement en affirmant une idiotie telle que « nous avons besoin que tous les enfants aient envie de devenir milliardaires » (ce qui a coup sûr lui aurait valu une taloche bien sentie de BAYROU) Mais non, rien. Pas une outrance présidentielle en quatre ans, pas la moindre bavure policière télécommandée ou couverte, ni de près ni de loin, pas la moindre entrave au droit de manifester dont il faut bien le dire nous abusons sacrément, farceurs incorrigibles que nous sommes.

Comment tolérer dès lors que ce président rassembleur, humble, se réinventant sans cesse et plein d'empathie, prêt à aider non seulement des vieilles dames mais jusqu'à un jeune en détresse ne lui demandant rien à traverser la rue, nous expliquant nous qui sommes si gauches comment attacher un masque derrière nos oreilles puisse être ainsi mortifié, lui qui nous représente si bien ? S'il avait été ridiculement élu contre l'avis de 80% des électeurs et qu'il en abusât en violant la constitution au quotidien, ridiculisant son premier ministre, son parlement et tous les corps intermédiaires, j'essaierai de comprendre ! S'il avait fait semblant d'être de gauche en surfant vers la droite plus que droitière, porté par le flots de milliards qui l'auraient promu comme une savonnette pour le porter au pouvoir, si cela avait été le cas, je m'efforcerai d'avoir de l'indulgence quoiqu'il m'en coutât pour le royaliste baffeur !

S'il avait menti – ce qu'un président ne doit pas faire – en nous incitant à lui offrir plusieurs centaines de milliers de propositions au terme ( rêvons) d'un débat on ne peut plus démocratique pour n'en retenir qu'une et une seule, celle qui aurait pu intéresser ceux qui auraient pu le porter au pouvoir. Ou en proposant un débat sur le climat – il aurait pu, c'est d'actualité – et n'en tenir aucun compte, alors oui, j'aurais pu me contenter de morigéner l'insulteur en lui trouvant des circonstances atténuantes. Mais je ne trouve rien. Rien. Pas un cadeau fiscal pérenne à ceux qui sont déjà gavés, pas une augmentation des inégalités à se mettre sous la dent. Pas une fausse augmentation de salaire sous couvert de diminution de cotisations pouvant entrainer une baisse des prestations, rien vous dis-je Et face au Covid, de la solidarité pleuvant comme à Gravelotte, jusqu'à 50 centimes par mois pour les étudiants, imaginez la fête !

Non, je pense que le moyennâgeux Damien est un aigri, un jaloux qui n'a pas dû avoir ses 50 centimes. Mais on n'outrage pas sans motif ! Ce n'est pas comme si les français avaient pris des baffes depuis quatre ans ! Et puis, franchement, un royaliste soufflettant un enfant roi, ou va-t-on ? Par bonheur, ce soufflet semble retomber, puisque l'offensé n'a pas relevé le gant comme le code d'honneur l'y invitait : – il avait le choix des armes, il aurait pu choisir les mots, lui qui en met tant dans ses si longs, si longs discours dont on ne se lasse pas. Les pourquoi auraient été levés en un débat télévisé avec arrêt du combat au premier imparfait du subjonctif. Mais non, dommage, vu que l'offensé a simplement et courageusement choisi de le faire embastiller par ses affidés.

Sacrebleu !

Frédéric PIC

PAU

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.