Frédéric VIALE
Auteur, Docteur en droit & militant politique
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2020

Une saine colère

Le pays que nous connaîtrons à la fin du confinement ne sera plus le même. Deux issues peuvent être envisagées : soit nous changerons vers plus de solidarité, soit nous emprunterons un tournant ultra libéral autoritaire. Le confinement nous aura donné le temps de réfléchir au monde d'après et il ne sera pas possible de canaliser notre colère par des promesses ou des discours creux.

Frédéric VIALE
Auteur, Docteur en droit & militant politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre monde ne sera plus comme avant.

Cette crise sanitaire est trop grave, elle révèle trop de choses, la première étant la fragilité extraordinaire de nos sociétés thatchérisées. Les gouvernements successifs, socialistes, droitiers ou macroniste, autrement dit néolibéraux, ont méthodiquement brisé les services publics. C'est exsangue que notre magnifique système hospitalier affronte la crise. Nous pouvons bien applaudir aux fenêtres pour remercier les soignants, cela ne change en rien au fait que les gouvernements dont nous nous sommes dotés leurs ont retiré les moyens de faire face avec, entre autres, la suppression de 17 500 lits en 6 ans. Plus largement, notre société est fragilisée par ces politiques qui refusent par idéologie de juguler la marchandisation du monde. Ainsi, notre perte de souveraineté, sanitaire mais aussi budgétaire, nous fait-elle prendre l'épidémie en pleine face, et ce sans compter notre dépendance de pays étrangers pour simplement fabriquer des masques ou des tests de dépistage. Ce qui se traduit par des malades et des morts supplémentaires. De tout cela, et de bien d'autres choses encore (l'organisation de nos solidarités par exemple), la crise actuelle nous contraint à faire un retour sur nous-mêmes, nos choix et nos modes de vie tant individuels que collectifs.

D'ores et déjà, il nous faut préparer le jour d'après. Nous sommes pour l'instant confinés chez nous et devons y rester le temps nécessaire. Mais nous ne pouvons pas nous mettre la tête dans le sable. Deux issues peuvent être envisagées : soit nous changerons vers plus de solidarité, soit nous emprunterons un tournant ultra libéral autoritaire. Il semble, suite à la loi sur l’état d’urgence sanitaire votée ce vendredi 20 mars, que le gouvernement opte déjà pour la seconde solution.

La stratégie du choc se met en place. La même qui aura été conduite par tous les gouvernements néolibéraux qui ont systématiquement profité des catastrophes pour faire accepter des pratiques ou des réformes qu'ils n'auraient pas osées en temps normal : les Chicago boys ultra-libéraux qui arrivent au Chili dans les valises de Pinochet, la sécurité privatisée et les libertés politiques rognées aux États-Unis après le 11-Septembre, l'ouragan Katerina occasion de « nettoyer » certaines villes de Louisiane d'Afro-Américains pauvres, la liste est loin d'être exhaustive. Nous ne sommes pas encore parvenus au septième jour du confinement et voilà déjà que la loi d'urgence prévoit de revenir sur les congés payés, sur le temps de travail, sur le repos hebdomadaire sans limitation de durée. Nous voyons le gouvernement se scandaliser des chantiers de travaux publics qui ferment alors qu’il ne veut rien faire pour améliorer la situation de toutes les personnes contraintes à aller travailler sans protection, particulièrement sur les plateformes de livraison, lieux de l'exploitation moderne.

Il apparaît que ce gouvernement entend prioritairement sauver les entreprises. Une fois qu'il n'a plus été possible de nier l’ampleur de la crise, Bruno Le Maire, ministre de l’économie, a lancé un vaste plan de soutien aux entreprises : 38,5 milliards d’euros de reports de cotisations sociales et de taxes directes et un fonds de 2 milliards d’euros dédié aux petites entreprises. Ce plan s'inscrit dans la droite ligne de la politique de l'offre menée jusque-là. Quant aux mesures de chômage technique qui visent à éviter les licenciements, elles sont prévues pour sauvegarder les compétences et donc la future compétitivité de l’économie française – c'est le ministre lui-même qui le dit. Il n’est pas question de suspendre les licenciements. Ces derniers sont en effet considérés comme nécessaires au maintien de la capacité de rebond des entreprises. Quant aux « nationalisations » que le ministre de l’économie se dit prêt à réaliser, il ne s'agirait que d'actions défensives face à la chute des marchés financiers. Là encore, il s’agit seulement de sauver les entreprises. Pour sauver les gens eux-mêmes, seuls 5 milliards sont prévus pour la recherche. Autant ce qu'a coûté le retrait de l'ISF par année.

Le pays que nous connaîtrons à la fin du confinement ne sera pas le même que celui que nous connaissions avant. Nous sommes en guerre, a répété plusieurs fois Emmanuel Macron annonçant le confinement. Visiblement le gouvernement l'est aussi contre le peuple français. Nous n'avons pour le moment aucun moyen de réagir et le gouvernement le sait. Il sait que nous sommes au mieux coincés derrière nos ordinateurs, au pire au front d'une guerre où il envoie sans scrupule ni protection les ouvriers, les soignants, les livreurs et les précaires. De tout cela, il faudra qu'il rende compte. Au moment de sortir du confinement, nous serons là, nous aurons eu le temps de réfléchir au monde d'après et il ne sera pas possible de canaliser notre colère par des promesses ou des discours creux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra