Une certaine idée de la politique m'amène à...

Si vous n'avez pas entendu Eric Besson lundi matin sur France Inter, un résumé rapide pourrait être le suivant : le débat sur l'identité nationale a été un succès, rien à dire si c'était à refaire il referait la même chose. Le visionnage de la vidéo montre pourtant une toute autre réalité.
Bilan du débat sur l'identité nationale - France Inter © France Inter
Bilan du débat sur l'identité nationale - France Inter © France Inter
Bilan du débat sur l'identité nationale - France Inter © France Inter

Si vous n'avez pas entendu Eric Besson lundi matin sur France Inter, un résumé rapide pourrait être le suivant : le débat sur l'identité nationale a été un succès, rien à dire si c'était à refaire il referait la même chose. Le visionnage de la vidéo montre pourtant une toute autre réalité.

 

Tout d'abord le ministre paraît épuisé, avec les traits tirés, il ne semble pas croire un mot de ce qu'il raconte, comme si les phrases sortaient d'elles-mêmes selon une mécanique bien rodée. Et on le comprend car si on regarde uniquement les faits, et en occultant toute la polémique idéologique, le débat a été un véritable fiasco. Les citoyens n'en ont globalement rien eu à faire, et la classe politique jusqu'en dans les rangs de la majorité a demandé son annulation tout comme une bonne partie de la presse. Et pourtant, même s'il n'y croit plus, comme c'est visiblement le cas, il continuera à faire tourner la petite complainte victorieuse.

Cette impression sera confirmée par la conférence de presse tenue après le seminaire gouvernemental où E.Besson apparaîtra très en retrait, bien qu'il ait accompli la sale besogne pour l'UMP il subira un camouflet aux yeux de la presse. Voir l'article de Carine Fouteau http://www.mediapart.fr/journal/france/080210/identite-nationale-fillon-fait-taire-besson-momentanement.

Mais dans les discours officiels, c'est un succès, tout comme le bilan sur l'insécurité de Hortefeux ou la régulation du système bancaire de N.Sarkozy, tout est fantastique, rien à dire, pas l'ombre d'une autocritique.

 

Pourtant tous les observateurs avisés savent parfaitement que B.Hortefeux a utilisé uniquement les chiffres qui l'arrangeaient en oubliant malencontreusement ceux qui montreraient une réalité différente, tout comme ils savent que Besson n'est pas au mieux et que N.Sarkozy se gargarise en permanence de ses nombreux succès qui n'existent que dans son imagination.Etc...

Et c'est cela qui est horripilant, tous ces ministres, membres de la majorité ou président de la republique savent parfaitement qu'ils mentent au grand public, les journalistes qui recueillent l'information le savent également, tout comme les lecteurs documentés. C'est ce que l'on appelle la communication. Et c'est une tare vieille comme la politique, elle n'est pas du fait de l'UMP particulièrement.

Il faut montrer au bon peuple, que la situation est sous contrôle.Cela tient au fait que la population n'est pas capable de comprendre tous les rouages tellement subtils de notre "démocratie", et qu'il faut la protéger de la réalité. Outre le fait que c'est extrêmement dégradant pour les citoyens, ceux-ci ont surtout l'impression d'être pris constamment pour des imbéciles. Ironiquement le résultat est l'opposé de celui recherché, à savoir augmenter la confiance envers nos représentants puisque l'éloignement des institutions est devenue la règle pour toute une génération, qui a suffisamment de connaissances, grâce à l'école de la république, pour comprendre qu'on se moque d'eux.


Pourquoi, dans ce pays, il est impossible aux membres de la classe politique d'emettre la moindre pointe d'humilité?

Ne pourraient-ils pas dire, nous nous sommes trompés, c'est vrai la question a été mal posée, la loi n'est pas aussi efficace que l'on aurait voulu mais nous allons y retravailler, etc...

Jamais, tout a toujours été parfait. Leur vision de la société est complètement périmée, car nous sommes tous capable de comprendre que la gouvernance d'un pays est une chose emminement complexe, et qu'il est impossible de tout prévoir, qu'il y aura toujours des râtés. La population réagirait beaucoup mieux si les explications étaient honnêtes, elle se sentirait respectée et même impliquée, au lieu de l'infantiliser en voulant soi-disant la protéger. L'incompréhension et la méfiance de tout ce qui se rapproche un peu du pouvoir est catastrophique pour notre cohésion sociale.

Comment et pourquoi les politiques acceptent-ils de tomber dans ce jeu là? Quelque soit notre bord politique nous avons tous intérêt à voir changer cette communication qui n'est que mensonge et manipulation de chiffre.

 

C'est pour cela que je réclame le droit d'être gouverné par des gens humains, des personnes capables de se remettre en question ouvertement , et non pas par des clones qui viennent réciter leurs discours devant un parterre d'imbéciles heureux, qui sont nés quelque part.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.