Débat d'économie politique : Mélenchon face à Touati

Voici une émission du site Arrêt sur images (site d'accès payant analysant intelligemment l'actualité à partir des insuffisances médiatiques), proposant un débat, un vrai, comme l'on n'en voit jamais à la télévision. Il prend comme point de départ la crise grecque pour déboucher sur une opposition de politique économique
J.-L. Mélenchon face à M. Touati sur ASI © Parti de Gauche
J.-L. Mélenchon face à M. Touati sur ASI © Parti de Gauche
J.-L. Mélenchon face à M. Touati sur ASI © Parti de Gauche

Voici une émission du site Arrêt sur images (site d'accès payant analysant intelligemment l'actualité à partir des insuffisances médiatiques), proposant un débat, un vrai, comme l'on n'en voit jamais à la télévision. Il prend comme point de départ la crise grecque pour déboucher sur une opposition de politique économique, entre un partisan du néolibéralisme (Marc Touati, "expert" financier) et un homme politique (Jean-Luc Mélenchon, président du parti de gauche) résolument à contre-courant recherchant une alternative à l'aberration économique mondiale. Le résultat est stupéfiant : le débat est riche, stimulant sur le plan intellectuel et ne peut laisser indifférent, à tel point que le site a décidé de le mettre gratuitement à la disposition des internautes pour 15jours.

 

Au delà du personnage Mélenchon, il me semble que ce qui est vraiment important ce sont les idées développées, par Touati d'une part, mais surtout par Mélenchon qui est à la tête d'un parti politique, donc susceptible un jour de pouvoir modifier la donne. Plusieurs remarques me viennent :
1- Ce qui frappe après l'émission, c'est la cohérence d'ensemble de JL.Mélenchon, comparativement au fouillis néolibéral de M.Touati qui semble se contredire plusieurs fois, et dont le message économique est finalement peu clair, mis à part celui de rassurer les marchés financiers.
2- Connaissant déjà les arguments de JL.Mélenchon j'attendais avec impatience de les voir confronter à la vision dominante et l'impression qui en ressort c'est qu'aucun des arguments avancés par Mélenchon n'a réellement était démonté par Touati. La panique qui s'emparerait instantanément des marchés sert de bouclier à toute mesure sociale, ce qui est exactement ce que l'on retrouve dans la bouche de tous nos "experts" gouvernementaux et médiatiques.
3- M.Touati est atteint du syndrome de l'expert, en cela qu'il semble oublier complètement qu'il y a des gens en bout de chaîne, qui éventuellement pourraient souffrir des offrandes faites au marché financier. Il ne s'attache qu'aux réponses du marché, seules à même de résoudre tous les problèmes. L'économie n'est pas déconnectée du social, de l'environnement, en bref du monde réel. Seul Mélenchon prend en compte l'ensemble, et d'ailleurs au delà du plateau c'est sans doute un des rares à le faire dans la classe politique française, en tous cas à ma connaissance.
4- M.Touati est persuadé de détenir la vérité économique, d'où sa mission pédagogique de laquelle il croit être investi. Or il oubli que son discours est adossé à une théorie économique (le néolibéralisme), qu'il y en a d'autres et qu'à ce titre elle mérite d'être confrontée à la réalité, et de la corriger si besoin était. Tout se passe comme si, dans son esprit, rien ne pouvait être discuté à tel point qu'il n'est pas capable de développer une argumentation claire pour contrer Mélenchon, car on ne l'a pas habitué à remettre en question son raisonnement qu'il récite comme un dogme et qu'il estime être la seule voie possible. Comme court-circuitée sa pensée devient incohérente, et on dirait qu'il n'intègre même pas ce que dit Mélenchon. C'est extrêmement surprenant et inquiétant, on le dirait formaté par son cursus.
C'est comme d'imaginer qu'il n'y aurait qu'un seul courant de pensée philosophique, et que les tous les médias français, l'acceptant comme une évidence, ne parleraient que de ce courant en invitant toujours les mêmes philosophes représentant cette unique tendance. Cela paraîtrait aberrant.

Pourtant dans les médias et le monde politique tout se passe comme si, effectivement il n'y avait qu'un seul courant de pensée économique. Touati devient alors un vecteur de l'idéologie dominante sans même s'en rendre compte.
5-Comment expliquer que l'actualité ne soit pas décortiquée de cette manière par les médias d'influence? La télévision, qui possède un potentiel énorme, deviendrait un formidable outil de démocratie et de développement intellectuel, au lieu d'être un objet d'abrutissement collectif.

C'est à se demander si cette théorie néolibérale a des arguments à opposer à ceux soulevés par Mélenchon. Ce qui expliquerait pourquoi il est très difficile d'avoir des débats contradictoires, notamment avec notre gouvernement actuel qui éviterait soigneusement d'être mis face à ses contradictions. Là pointe le rôle considérable de la presse dans l'appauvrissement du débat dans notre pays. Une théorie qui paraît fausse à ce point, ne peut atteindre son niveau planétaire actuel sans une complicité réelle ou passive d'une grande majorité des médias et des intellectuels.

Ce qui, au passage, contribue grandement à décridibiliser toute cette "élite".

Pour généraliser le processus il faudrait d'abord que les hommes politiques et les partis, à l'image de Mélenchon, aient un vrai programme économique et surtout qu'ils l'assument, ce qui n'est pas gagné. En effet l'UMP n'assumant pas le fait de croire en la théorie néolibérale (tout comme une certaine frange du PS), ce qui pourtant est tout à fait légitime, ils présentent leurs idées non pas comme émanant d'une théorie mais comme une évidence, il est donc difficile de les faire débattre, ce qui en revanche est totalement anormal.

Après il faut pouvoir trouver un support médiatique. Le site d'Arrêt sur images est actuellement l'un des rares que je connaisse.

http://www.arretsurimages.net/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.