fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juin 2021

Nos ancêtres les gaulois (réfractaires)

Plus de 280 jours de fermeture des bars, restaurants, lieux de cultures etc. ; près de 140 jours de confinement ; 126 jours de couvre-feu... La réduction drastique des libertés individuelles, de réunions et de déplacements, dans un pays jugé "réfractaire" et retord aux lois a de quoi surprendre. Surtout que ces privations n'ont suscité (quasiment) aucune révolte !

fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

- Une rue déserte à Angoulême pendant le premier confinement, en avril 2020 - © F.S.

Le 19 mai dernier a vu le début de la fin du troisième confinement, après plus de 280 jours de fermeture des bars, restaurants, lieux culturels tels que musées, théâtres, cinémas etc. À cela il faut ajouter, pour ceux d’Île-de-France, un « couvre-feu » depuis mi-octobre dernier, mi-décembre pour toutes les autres régions de France. En additionnant, en Charente, les habitants auront passé 139 jours en « confinement » (plus ou moins strict), 126 jours sous couvre-feu, 148 jours avec des fermetures de magasins ou rayons « non essentiels ». Les discothèques ont droit à un traitement de faveur : elles sont fermées depuis 431 jours…

Près de quatre mois et demi sous confinement et/ou couvre-feu donc… Qui aurait pu croire cela il y a quinze mois ? En guise de vœux début 2020, personne n’y aurait cru, voire pire : on aurait entendu rugir le vent de la révolte des « Gaulois réfractaires » sur l’air du « moi vivant, jamais ! ». Il y eût bien quelques marginaux pour resquiller – dont les plus malchanceux se sont faits attraper par les patrouilles de police ou gendarmerie – mais cela reste finalement très à la marge. La plupart des Français se sont accommodés de l'impensable et de l’inacceptable, en se disant souvent « pas vu, pas pris ».

Semaines après semaines, mois après mois, annonces de restrictions après annonces de restrictions, il ne se passa rien, ou à peu près. Aucune révolte ni dans les villes, ni dans les campagnes. C’est à peine croyable, et il faut se pincer très fort pour se souvenir que fin 2018-début 2019, les « gilets jaunes » prenaient la France en état de siège sur les ronds-points, révolutionnaires de palettes brûlées aux effluves de bières et chipolatas grillées. Les radars fixes en ont été les premières victimes, on voyait des poings rageurs levés à la figure des journalistes, des commerçants impactés par la crise, des honnêtes gens qui ne voulaient pas installer ostensiblement le fameux gilet derrière leurs pare-brise. Des poings rageurs aussi face aux forces de l’ordre, parfois (qui leur ont bien rendu) et… d’Emmanuel Macron qualifié de noms d’oiseaux – pour rester polis - et promis au pire. Une autre époque, assurément !

Il aura donc suffi d’une pandémie aussi grave soit-elle - et surtout des menaces d’amendes à 135 € en cas de sortie de son domicile sans la précieuse « attestation » (même pour aller faire pisser Médor), fruit d’une bureaucratie hors sol et hors contrôle en période de crise, pour faire rentrer tous ces Gaulois « réfractaires » dans l’ordre établi. Finalement c’était simple : combien de récentes révoltes et autres jacqueries néo-urbaines ou rurales (infirmières, agriculteurs, lycéens, étudiants, futurs retraités, cheminots, etc.) auraient pu être réglées à coups PV à 135 €… !

On les disait retords aux lois, aux obligations, prenant le gauche quand on leur supprime le droit : finalement les Français sont rentrés dans le rang, prouvant que s’ils ne sont pas si « réfractaires » qu’on voulait bien le laisser croire. Ils demeurent tout de même des Gaulois : grandes gueules, ils ont toujours la trouille que le ciel ne leur tombe sur la tête !

F.S.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement