fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

94 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2018

Les Français trouvent le journalisme utile mais rechignent à payer pour des infos

Les résultats d’une enquête réalisée par ViaVoice montrent que les Français trouvent majoritairement le journalisme utile. Il permet de vérifier rumeurs, fake news et désinformation. Ils restent cependant peu enclins à payer pour une information de qualité.

fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi acheter un journal, quand j’ai l’information gratuitement via un moteur de recherche sur mon smartphone ? L’information m’est-elle utile ? Utile à ma vie quotidienne, mes préoccupations, ma compréhension du monde ? Ce sont ququelques-unes des questions posées par l’enquête menée par l’institut ViaVoice et dont les résultats ont été commentés au cours des 11e Assises internationales du journalisme de Tours, du 14 au 17 mars. Le moins que l’on puisse dire c’est que les résultats montrent quelques curieux paradoxes.

Le journalisme : un métier “utile”

Près de neuf Français sur dix (92 %) considèrent le journalisme comme un « métier utile », contrastant avec la méfiance – voire la défiance – envers les médias et les journalistes depuis quelques années. 84 % des personnes interrogées pensent qu’il est utile pour la liberté d’expression et la démocratie, dont il est l’un des garants. 83 % pensent que le journalisme permet d’apprendre des choses, de se cultiver en « comprendre les enjeux internationaux » (86 %). 83 % des Français pensent qu’il est utile en matière « d’investigation », 67 % pour la « vérification des fausses informations et des rumeurs ».

Un journalisme qui deviendrait donc indispensable face à la prolifération des fake news, des rumeurs, de la désinformation de manière générale. De nombreux médias s’y sont d’ailleurs attelés ces dernières années : Décodeurs et Décodex du Monde ; Désintox de Libération ; Les Observateurs de France 24 (pour ne citer qu’eux, mais on pense aussi à Spicee). « Tout le monde s’y met désormais », analyse Cyril Petit, rédacteur en chef du JDD. « Mais force est de reconnaître que les fake news génèrent une certaine angoisse. Le point d’interrogation, aujourd’hui tout le monde le fait, le fact checking ne devrait d’ailleurs pas être une rubrique, ou alors c’est qu’on a merdé quelque part ». Thomas Sotto (France 2, Complément d’enquête) enfonce le clou : « Les Français nous demandent d’enquêter, de vérifier les infos et les fake news, en gros : de faire notre boulot. Le débat des fake news écrase un peu tout actuellement, or la vérification des infos c’est un pléonasme… ».

La loi sur les fake news va faire peur à qui ?

Reste que la plupart des Français se demandent s’ils en ont pour leur argent en achetant un journal, en quoi cela va leur être utile autrement que pour éplucher ensuite les légumes sur la table de la cuisine. « En plus des habituels cinq « w » (Who ? What ? Where ? When ? Why ?) les gens ajoutent aujourd’hui : and so what ? (et alors ?). Ce décryptage est un des enjeux de l’actualité, et c’est ce qui est réclamé » insiste Cyril Petit.

Que pourra donc apporter le projet de loi sur les fake news, annoncé par la ministre de la Culture Françoise Nyssen lors de ces Assises et qui sera présenté en conseil des ministres la semaine prochaine, si ce n’est une suspicion supplémentaire de vouloir « contrôler l’information » ? « Est-ce que c’est aux pouvoirs publics de légiférer sur les fake news ? » s’interrogent les participants au débat (1). Les quatre critères qui seront mis en œuvre par le juge des référés pour faire retirer d’une publication une fake news seront : qu’elle soit fausse ; massive ; artificielle ; générée par un robot. « Le tout en 48h… Ce qui parait bien long » regrette Thomas Sotto. « Cette dépublication en 48h, après débat contradictoire, ne va pas faire peur à grand monde » s’inquiète Cyril Petit. On imagine mal en effet le géant Google trembler devant un juge des référés français lui intimant l’ordre de retirer une fake news… 67 % des personnes interrogées dans l’enquête de ViaVoice estiment d’ailleurs que « les pouvoirs publics n’ont pas les moyens de dire si une information est une fake news » et 49 % pensent que cette loi « comporte un risque pour la liberté de la presse et la liberté d’expression ».

Pourquoi payer ?

Plus paradoxal encore : tout en réclamant une hausse de qualité de la part des journalistes, avec un vrai travail d’enquête, sourcé, vérifié, de terrain, ils ne sont « que » 40 % à penser « qu’une information de qualité se paie, qu’elle n’est pas gratuite ».

Enfin, les Français sont 83 % à plébisciter l’éducation aux médias et à l’information dans les programmes scolaires pour apprendre aux jeunes à faire preuve d’esprit critique envers la masse d’informations reçues chaque jour, la plupart du temps via leur smartphone et un moteur de recherche. Un rôle fondamental des enseignants, où les journalistes auraient toute leur part d’expertise et d’aide pédagogique. Françoise Nyssen a d’ailleurs annoncé un doublement de l’enveloppe consacrée à l’EMI (6 M€), et affiché sa volonté que les sociétés d’audiovisuel public crée une plateforme commune de décryptage. Une collaboration plus étroite entre enseignants et journalistes est souhaitable.

F.S.

(1) Thomas Sotto (France 2), Cyril Petit (JDD), Catherine Nayl (France Inter), Aurélien Preud’homme (ViaVoice),  (la Correspondance de la Presse).

L’enquête de ViaVoice : les attentes des Français envers les journalistes, l’information et les médias

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin