fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2021

Les Illusions perdues d’un jeune Angoumoisin ambitieux

Illusions perdues, film de Xavier Giannoli. Avec : Benjamin Voisin, Vincent Lacoste, Cécile de France, Xavier Dolan, Salomé Dewaels, Jeanne Balibar, Gérard Depardieu, André Marcon, Louis-Do de Lencquesaing, Jean-François Stévenin. Scénario et Dialogues : Xavier Giannoli & Jacques Fieschi. 2h30.

fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

- Benjamin Voisin en train de perdre ses illusions (mais il l'ignore encore...) -

Poète inconnu de province, ouvrier dans l’imprimerie familiale, Lucien Chardon – né de Rubempré par sa mère – rêve d’un autre destin. Il veut tenter sa chance à Paris, avec sa protectrice, la baronne Louise de Bargeton (Cécile de France), qui l’abandonne sitôt arrivés à la capitale, inquiète de sa réputation si l’on apprenait sa liaison avec ce roturier... Rapidement, le jeune poète imberbe et désargenté va se cogner à la dure réalité d’un Paris époque Restauration (1814-1830), où tout s’achète et tout se vend, où les réputations se font et se défont à la faveur d’articles de presse qui réécrivent l’histoire au mépris de l’information de source sûre et vérifiée (l’ancêtre des fake news : les « canards »). Benjamin Voisin (révélé dans Été 85 de François Ozon) donne à son personnage élégance,  fougue, arrogance et mélancolie que n’aurait probablement pas renié Balzac, auteur du roman, dans un film de Xavier Giannoli incisif et contemporain par bien des aspects.

« Ma pauvre sœur, Paris est un étrange gouffre », songeait Lucien dans un éclair de lucidité, dans cet épisode de la Comédie humaine de Balzac. C’est dans ce gouffre que le jeune Lucien de Rubempré – dont la rumeur ne tarde pas faire remonter à la surface l’usurpation du titre – va sombrer corps et biens, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce Paris qui grouille de petits arrangements, d’achats d’articles élogieux – ou dans la même journée incendiaires – de critiques littéraires et de théâtre vendus au plus offrant… Rubempré, d’abord ébloui de naïveté, va vite apprendre les codes d’une aristocratie royaliste qui cherche désormais la gloire ailleurs que sur les champs de bataille de l’Empire. Les règlements de compte n’en sont pas moins saignants et fratricides. Les pièges sont tendus de toute part, Lucien dans un premier temps semble en jouer, louvoyant sa barque sur cette boue infâme avec brio et une insolente chance de débutant. Mais il va aussi faire l’amère expérience de certains rapaces qui ne désireront que sa mort sociale : la marquise d’Espard (Jeanne Balibar, qui interprète avec une visible gourmandise cette vénéneuse et diabolique marquise) ; mais aussi celui qui fut d’abord son pygmalion dans l’arène parisienne, Étienne Lousteau, journaliste corrosif et un brin désabusé (Vincent Lacoste).

- Benjamin Voisin, Vincent Lacoste - © Roger Arpajou - Curiosa Films - Gaumont

Car s’il est bien une expérience dont Rubempré va faire l’amère expérience, c’est celle de ne jamais avoir su rester à sa place : d’abord aimanté par la nouveauté et l’étincelant style du provincial, l’aristocratie parisienne et le milieu de la critique n’a d’yeux que pour lui, pour finalement le rejeter dans la fange des illusions perdues. « Toujours la même ardeur, l'avertira plus tard Étienne Lousteau (Vincent Lacoste, de loin le meilleur rôle du film de Giannoli), précipite chaque année, de la province ici, un nombre égal, pour ne pas dire croissant, d'ambitions imberbes qui s'élancent la tête haute, le cœur altier, à l'assaut de la mode (…) Mais aucun ne devine l'énigme. Tous tombent dans la fosse du malheur, dans la boue du journal, dans les marais de la librairie »...

- Cécile de France est la baronne Louise de Bargeton - © Roger Arpajou - Curiosa Films - Gaumont

Faisant appel à l’un des plus beau casting du cinéma français actuel - Cécile de France, Jeanne Balibar, Gérard Depardieu, André Marcon, Louis-Do de Lencquesaing, Jean-François Stévenin (mort en juillet dernier) et même le Québécois Xavier Dolan ou la Belge Salomé DewaelsIllusions Perdues, qui demeure une libre adaptation du réalisateur des Corps impatients (2003), de Quand j’étais chanteur (2006), de À l’origine (2009) ou de Marguerite (2015), est une illustration d’une comédie humaine dont les ficelles les plus vénales demeurent d’une brûlante actualité.

« Je pense à ceux qui doivent trouver en eux quelque chose après le désenchantement » écrit Balzac dans une de ses Correspondances, épilogue du film de Xavier Giannoli. On pourrait ajouter pour clore le propos et accompagner de Rubempré, besace sur le dos, rentrant tête basse dans sa province angoumoisine qu’il n’aurait jamais dû quitter, cette sentence de Cioran : « J’ai connu toutes les formes de déchéances, y compris le succès ».

F.S.

Illusions perdues, de Xavier Giannoli. 2h30. En salle depuis le 20 octobre.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO