fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

107 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 sept. 2019

fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

Ceux qui travaillent

Film d’Antoine Russbach. Avec Olivier Gourmet, Adèle Bochatay, Louka Minnella, Michel Voïta, Isaline Prévost. 1h42. Chronique du désœuvrement sur fond de capitalisme effréné aux conséquences mortifères : après une décision inique prise en solitaire dans une compagnie de fret maritime, Franck, cadre supérieur se retrouve mis à terre par ceux qui précédemment chérissaient ses prises de décision.

fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

- Olivier Gourmet (c) Condor Distribution - © (c) Condor Distribution

Franck est cadre supérieur dans une compagnie de fret maritime. Tel un moine, il consacre sa vie au travail. Sa prière quotidienne : le travail. Alors qu’il est confronté à une situation de crise – un clandestin soupçonné du virus Ebola à bord d’un des porte-containers de sa compagnie – il doit prendre en urgence une décision. En urgence et seul, surtout. Sa hiérarchie ne l’entend pas de la même oreille, Franck doit démissionner. Brutalement confronté aux conséquences de son acte, Franck est profondément ébranlé. Toute sa vie est alors remise en question.

Olivier Gourmet (1) est un acteur du même tonneau que Vincent Lindon : quand il joue un métier, on a l’impression qu’il l’a toujours exercé. Dans Ceux qui travaillent – par opposition à ceux qui ne travaillent pas, sans doute ? – l’acteur révélé par les frères Dardenne dans La Promesse en 1996 puis Rosetta puis dans Le Fils en 2002 (prix d’interprétation du Jury à Cannes la même année), porte à bout de bras le rôle de Franck Blanchet, cadre sup’ de cette compagnie de fret maritime à laquelle depuis quinze ans il se voue corps et âme.

Ça ne l’a visiblement pas empêché de construire une famille de 5 enfants, et une épouse dévouée à la cause, sans que pour autant on sente une once d’affection dans les quelques scènes où on le voit à la maison. D’une rigidité quasi militaire, il quitte le foyer familiale en éveil le matin sans dire au revoir à personne, sans embrasser qui que ce soit…

Le bloc de glace, taciturne et visiblement fruit d’une éducation à coupe de pieds au cul dans une ferme où il fut manifestement élevé à la dure, va se fissurer quand s’écroule ce qui le tenait : son boulot. Feignant d’abord de toujours bosser, il tente de sauver les apparences et y parvient, trois mois durant. On songe alors à Daniel Auteuil dans L’Adversaire, qui faisait lui aussi semblant de se rendre à l’OMS où il était censé gagner sa vie.

- Adèle Bochatay, Olivier Gourmet - © (c) Condor Distribution

On craint une fin du même acabit quand Olivier Gourmet se met à jouer avec un fusil et une cartouche qu’il hésite à introduire dans le chargeur, et puis vint l’éclair qui lui sauvera (peut-être) la vie. Sa propre fille, benjamine d’une fratrie de cinq, lui rappelle qu’il doit l’accompagner dans son propre travail en stage de découverte du milieu professionnel. Papa Franck l’emmène alors voir de quoi il retourne, et la chronique sociale du désœuvrement prend alors une toute autre tournure. Heureusement car on approche de la fin du film, et il eut été étonnant qu’on n’ait pas aperçu la faille.

Par l’entremise de cette toute jeune actrice dont le rôle est pourtant fugace mais diablement efficace (Adèle Bouchatay), Ceux qui travaillent transforme cette chronique du cinéma sociale en lui apportant une touche d’humanité qui semble tant manquer à Franck, sans que pour autant la fin ne soit une happy end. La journée passée entre un père et sa fille aurait pu avoir raison du capitalisme triomphant, mais enfin : faut pas rêver…

 F.S.

(1) Le Mystère de la chambre jaune (2003) ; Les Brigades du Tigre (2006) ; Le Couperet ; L’Exercice de l’Etat (2011) ; Une Intime conviction (2017) ; Edmond (2018).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel