fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

100 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 août 2017

Petit paysan : un premier film vachement bien

Avec Petit Paysan, Hubert Charuel décrit le quotidien d’un jeune éleveur confronté à une maladie bovine très contagieuse qui menace tout son troupeau. Il met tout en œuvre pour qu’il ne soit pas abattu. Cette réaliste peinture agricole âpre et sensible, parfois drôle, virant au thriller, révèle l’interprétation de Swann Arlaud. Et surtout la patte d’un réalisateur prometteur. Trois Valois au FFA.

fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Swann Arlaud. © (c) Film Petit paysan

« Quand on est fils de paysan et qu’on grandit dans une petite exploitation laitière à 30 km du premier cinéma, on imagine mal qu’on va vivre ce genre de moment ». La voix teintée d’émotion, Hubert Charuel tient en main sa récompense : son premier long-métrage Petit paysan a reçu le Valois de diamant du meilleur film au FFA (Film Francophone d’Angoulême) dimanche 27 août, par un jury présidé cette année par John Malkovitch. Son acteur principal Swann Arlaud a reçu le Valois du meilleur acteur. Le compositeur Myd a reçu le Valois de la meilleure musique. 

Une fuite en avant

« Qu’est-ce que je vais faire ? Je n’ai jamais rien fait d’autre… ». Le regard planté dans celui de sa sœur vétérinaire, Pierre (Swann Arlaud) tente coûte que coûte de sauver son troupeau, promis à l’équarrissage si l’analyse des prélèvements sanguins confirme ses doutes. Une des trente vaches de cette petite exploitation, héritée de ses parents, est atteinte de la FHD, une fièvre hémorragique dorsale très contagieuse à la mortalité certaine. Pierre, l’œil planté dans celui de sa vache, trouve la force de l’abattre lui-même, et fait disparaître le cadavre en le brûlant. S’en suit une fuite en avant incontrôlable.

Swann Arlaud l’avoue : c’était son premier vêlage, « et probablement le dernier », a-t-il dit à la fin d’une projection de Petit paysan au FFA, le festival du Film Francophone d’Angoulême (du 22 au 27 août dernier). Pour autant, le comédien déjà remarqué dans (entre autres) Une Vie de Stéphane Brizé ou The End de Guillaume Nicloux, n’a pas lésiné sur l’apprentissage du métier : il a passé deux semaines dans une ferme en compagnie des parents d’Hubert Charuel, fils de paysans. « Il a fallu que j’apprenne les gestes, comme si je travaillais vraiment là. Il fallait qu’on ait l’impression que je travaillais vraiment à la ferme ». Un mimétisme professionnel parfait qui n’est pas sans rappeler celui de Vincent Lindon, qui n’aime rien tant que d’apprendre des métiers pour un rôle.

"L'univers agricole mérite la fiction"

(de g. à d.) D. Besnehard, H. Charuel, S. Giraudeau, S. Arlaud. © F.S.

Le réalisateur, dont c’est le premier film après trois courts métrages, en dit plus sur la genèse du projet : « Je ne voulais pas reprendre la ferme de mes parents, je voulais être vétérinaire. Mais je n’avais pas d’assez bonnes notes à l’école, alors j’ai eu envie de faire du cinéma. Mes parents m’ont toujours encouragés dans cette voie ». Ils ont bien fait, et Petit paysan est une affaire de famille. Son père joue son propre rôle, on aperçoit sa mère en contrôleuse de la qualité du lait, et son grand-père interprète Raymond, son propre grand-père, inquiet pour ses dernières vaches. « L’univers du monde agricole, ça mérite la fiction. Il y avait toute la matière pour ça, la comédie, le thriller… » ajoute-t-il.

"Les vaches m'ont accepté"

Le résultat est convaincant : impossible de ne pas imaginer que Swann Arlaud (Pierre) ait toujours été éleveur. « Au départ, on était trois autour des vaches : moi, un caméraman et un perchiste, pour ne pas les effrayer », explique Swann. « Hubert m’avait dit : si tu as peur, elles auront peur. Si tu n’as pas peur, elles n’auront pas peur. Elles m’ont accepté et je les ai aimées ». À plusieurs reprises l’œil de ces vaches brille et se reflète dans celui de Pierre, rythmé par la stabulation, à mesure que ses espoirs de sauver son troupeau s’amenuisent par la dure et froide réalité des analyses de sang commandées par sa sœur Pascale (Sara Giraudeau), vétérinaire.

« C’est important qu’on se batte pour ce film », insiste Swann Arlaud, « l’émotion provoquée à la lecture du scénario, ce qu’implique vraiment le principe de précaution, m’a donné envie de défendre ce film. On fait des films pour se rapprocher de l’intimité d’une personne humaine… ». Pour Sara Giraudeau, « être acteur c’est un voyage magnifique dans l’humain. Dans Petit paysan, il y a une vraie intrigue, une vraie construction des personnages. Je pense aussi que c’est important qu’on se batte pour ce film ».

En salle mercredi 30 août.

F.S.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr