fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

115 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 déc. 2021

fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

La richesse des pauvres ? Le don de soi…

fredericsabourin
Journaliste free lance - Enquêteur - Ecrivain - Photographe - Educateur aux médias pour la jeunesse (et même les + vieux)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’année dernière, quelques jours avant Noël dans les colonnes de Charente Libre, j’avais cherché – et trouvé ! – quelques raisons d’espérer pour l’année 2021, à l’issue de cette annus horribilis que fut 2020. On ne va pas se mentir : les vœux ça ne marche pas vraiment, l’année écoulée a mal commencée, a connu une courte éclaircie estivale, avant de se terminer de nouveau dans le marasme des incertitudes liées à la crise sanitaire de cette satanée épidémie de covid.

Illustration 1
© F.S.

Pour autant, ne désarmons pas : le plus beau rayon de soleil de l’année est arrivé en avril, en plein « confinement saison 3 ». Ça se passait un mercredi matin à Villefagnan, au moment de repartir d'une distribution alimentaire de l’épicerie solidaire itinérante E.I.D.E.R. Elle s'est approchée timidement du camion en disant : « Ça tombe bien, c'est vous que je voulais voir ». On l'a reconnu malgré son masque, Mme K. (nom changé pour respecter son anonymat), une ancienne bénéficiaire qui avait, un an plus tôt, laissé sa monnaie pour une personne qui n'avait ce jour-là que deux ou trois euros pour faire ses courses. Elle a dit : « Est-ce qu'on peut vous faire un don ? » en s'excusant presque. On a répondu oui, bien sûr, un peu gêné, un peu surpris aussi. Elle a tendu 40 €, comme ça, cash. Un geste d'une grande simplicité, avec beaucoup d'humilité et de spontanéité. Après un bref temps d'arrêt, comme pour reprendre une respiration coupée dans l'élan du cœur, elle a ajouté, en finissant de se rouler une clope : « Vous m'avez tellement aidé quand j'en avais besoin... ». Elle a retrouvé du boulot, et visiblement ça va beaucoup mieux pour elle. Mme K. illustre, si besoin était, qu'il ne faut pas encore tout à fait désespérer de la nature humaine, ce que j'ai souvent malheureusement tendance à faire, avec de bonnes raisons. On a remercié la dame, du fond du cœur, pour ce très beau geste. J’ai dit aux deux jeunes volontaires en service civique assis dans notre camion et témoins de la scène, que s'il n'y avait qu'une seule chose à retenir de leur passage ici, ce serait ça. La richesse des pauvres : le don, et le don de soi.

Sur la route du retour, écrasée de soleil sous une tempête de ciel bleu, les champs de colza avaient vraiment la couleur de l'or. L'or d'une générosité inestimable, désormais sous le sapin de Noël.

F.S

Coordinateur de l’épicerie solidaire itinérante E.I.D.E.R.

(1) Espace Itinérant D’aide alimentaire En pays Ruffecois.

 [Tribune complète non modifiée, avec le titre original, publiée dans le quotidien Charente Libre le 29 décembre 2021].

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte