Fredgrimaud
Blog sur l'Organisation Scientifique du Travail Enseignant
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2021

Fredgrimaud
Blog sur l'Organisation Scientifique du Travail Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Maternelle : le nouveau-nouveau programme 2021

C’était dans les tuyaux mais l’édition d’un nouveau-nouveau programme en maternelle pour 2021 peut surprendre par sa proximité chronologique avec ses précédents. En réalité, c’est dans le changement perpétuel de la prescription que se logent les ressorts d’une Organisation Scientifique du Travail Enseignant qui repose en grande partie sur la subordination des travailleur.e.s à son égard.

Fredgrimaud
Blog sur l'Organisation Scientifique du Travail Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Entre gestion des cas contacts et préparation de la fête de l’école en mode sanitaire, les maîtres et les maîtresses de maternelle peuvent se réjouir : un nouveau-nouveau programme entrera en vigueur à la rentrée 2021. Pour se consoler de l’annulation des festivals cet été, ils et elles pourront au moins plancher sur les nouvelles prescriptions qui leurs sont faites pendant les vacances. Mais pour ce blog qui se consacre à décortiquer l’Organisation Scientifique du Travail Enseignant, c’est l’occasion de se pencher sur ces successions de consignes ministérielles qui changent à un rythme effréné.

En effet dans les écoles maternelles, un nouveau programme en chasse un autre à des dates qui tendent à se rapprocher : 1986, 1995, 2002, 2007/2008, 2015, 2020…et maintenant 2021. L’encre d’un programme est-elle à peine sèche qu’un nouveau-nouveau programme est annoncé. Et voici celui de 2021. Je ne commenterai pas ici le fond de ce nouveau-nouveau programme de maternelles, dont on pouvait suspecter le contenu. La note du CSP qui nous en a fait découvrir les soubassements (recentrage sur les fondamentaux, pilotage par les évaluations…) a été brièvement analysée dans un article précédent de ce blog. C’est uniquement la « nouveauté permanente » comme outil de management qui nous intéresse ici. Cette obsession apparente de l’Education Nationale pour la nouveauté qui fait que ce nouveau programme 2021 se rajoute au « programme avec modifications apparentes » de l’année 2019-2020 ou encore au « programme consolidé » du 30 juillet 2020.

Qui arrive encore à suivre ce qui est demandé aux enseignant.e.s ? Ce nouveau-nouveau programme sorti cette semaine renforce le flou de la prescription officielle qui leur est faite et doit nous interroger sur le sens de ces injonctions descendantes qui changent comme on change de chemise.

Pour les travailleur.se.s, la prescription est fondamentale pour ce qu’elle dit de ce qui est à faire. Sans prescription pas de tâche. A l’école, le programme est une prescription primaire incontournable mais aussi un artefact, au sens de Rabardel[1], c’est à dire un moyen d’action pour le sujet. Les enseignant.e.s s’y réfèrent pour construire leurs progressions, préparer leurs classes, sélectionner leurs supports pédagogiques … Le programme est indispensable à la réalisation de la tâche, à la définition du but de l’activité de travail. Mais comme le montre l’ergonome, son instrumentation est un processus ; un processus qui prend du temps.

Le « changement de programme » devient alors un outil au service de l’OSTE car il ne laisse pas le temps aux professeur.e.s de mettre ces réformes à leurs mains, d’en faire les instruments efficaces de leur activité. Non seulement les enseignant.e.s ne sont pas impliqué.e.s dans la conception de ces programmes, non seulement ils et elles sont privé.e.s des temps collectifs permettant de mettre en cohérence ces programmes avec les réalités de leurs situations de travail, mais en plus ils et elles ne peuvent pas prendre le temps de se les approprier. Ils et elles sont de facto placé.e.s dans un véritable inconfort professionnel qui les incite à se raccrocher à ce qui leur permettra d’agir sur le terrain : les consignes des cadres intermédiaires, les guides de bonnes pratiques, les injonctions hiérarchiques… L’enchaînement rapide des programmes scolaires ne permet pas de les rendre opérants pour les professeur.e.s des écoles mais il permet de subordonner ces dernièr.e.s aux logiques managériales.

De plus, en modifiant régulièrement les programmes, le métier entendu comme l’histoire et la culture d’une profession, n’a pas le temps de fabriquer et d’intégrer de nouvelles normes. Les professeur.e.s des écoles oublieront vite les programmes de 2020, de 2015, de 2008… et ainsi de suite. Le management fabrique de « l’amnésie » écrit Linhart[2] et « les pratiques de changement qui se systématisent […] (visent à) déstabiliser les salariés pour qu’ils perdent une partie de leurs repères, ainsi que leur confiance en leur savoir faire ». C’est, ajoute-t-elle, la « disqualification incessante de ce que l’on est, de ce que l’on fait, de son travail ». Si les travailleur.se.s peuvent se reconnaitre dans ce qu’ils et elles font, dans leur métier, il nous faut nous alerter sur cette manière de déstabiliser leur culture professionnelle comme mémoire collective qui les rend ainsi plus fragiles. Affaibli.e.s, dépossédé.e.s de leurs compétences, ils et elles perdent du pouvoir sur leur travail et sont alors d’avantage dociles aux réformes.  

Ainsi le nouveau-nouveau programme de 2021 arrive-t-il dans les salles des maîtres avec ce double objectif : d’une part placer les professeur.s des écoles dans l’inconfort professionnel pour mieux les subordonner, et d’autre part briser leur confiance en elles et en eux pour mieux… les subordonner. En retour, l’OSTE s’en retrouve renforcée dans sa capacité à modifier le métier des professeur.e.s des écoles selon des finalités que les lectrices et lecteurs de ce blog commencent sans doute à entrevoir. 

dessin 10 nouveau nouveau programme © Frederic Grimaud

[1] Pierre Rabardel, Les hommes et les technologies, Armand Colin, Paris, 1995.

[2] Danièle Linhart., La comédie humaine du travail, érès, Toulouse, 2019.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod