Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

303 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 oct. 2011

Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

Sol Violette : une monnaie pour redonner du pouvoir à l'achat

Toulouse expérimente depuis mai dernier le Sol Violette, une monnaie complémentaire à l’Euro. Ce projet, qui vise à modifier les habitudes de consommation et relocaliser l’économie, connaît un véritable succès. Simple gadget ou outil de transformation de l’économie ?

Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Toulouse expérimente depuis mai dernier le Sol Violette, une monnaie complémentaire à l’Euro. Ce projet, qui vise à modifier les habitudes de consommation et relocaliser l’économie, connaît un véritable succès. Simple gadget ou outil de transformation de l’économie ?

par Philippe Bertrand sur www.frituremag.info

Face aux crises financières à répétition, certains réfléchissent au rôle de la monnaie dans la vie économique, quand les échanges de biens et de services ne représentent plus que 3 % des échanges mondiaux, au profit des transactions financières.
Partout dans le monde, des initiatives se multiplient, notamment par la création de monnaies complémentaires aux monnaies officielles, avec une zone de circulation restreinte ou un domaine d’utilisation particulier.
À Toulouse, associations et militants s’intéressent depuis plusieurs années à la question de ces monnaies. C’est ainsi qu’à l’initiative de Jean-Paul Pla, conseiller municipal délégué à l’économie sociale et solidaire, la mairie de Toulouse a décidé, après un vote quasiment unanime au conseil municipal, d’expérimenter depuis le 6 mai dernier une monnaie locale, le Sol Violette.

1 Sol = 1 Euro

Cette monnaie complémentaire a pour objectif principal de rendre à la monnaie son rôle premier, celui d’instrument d’échange contre des biens et des services. Fondé sur une adhésion à une association, il permet à ses membres, les « solistes », d’échanger des euros contre des coupons de 1, 5 ou 10 Sols violette au Crédit municipal ou au Crédit coopératif, puis de les dépenser dans un commerce ou chez un prestataire de services partenaire. Les euros échangés sont utilisés pour financer des projets locaux. « Il s’agit de ré-ancrer l’Euro sur le territoire, explique Jean-Paul Pla, et de permettre aux utilisateurs de réorienter leur consommation. Cela permet également aux structures de l’économie sociale et solidaire de se stabiliser économiquement. »
Car il n’est pas question de dépenser ses Sols dans la grande distribution. Épiceries, restaurants, librairie ou prestataires de transports doux, ce sont plus de 60 entreprises, associations et professionnels respectueux des valeurs de l’économie sociale et solidaire, de l’environnement et des salariés, qui acceptent aujourd’hui le paiement en Sol violette. « J’utilise mes Sols dans beaucoup de domaines, dans des commerces que je fréquentais avant, raconte Eve-Anne Rousseau, une des premières solistes. J’ai acheté des chaussures, des bouquins, je vais au restaurant… Quand je sais que je vais en avoir pour une somme importante à la Biocoop, je vais chercher des Sols. »
Le sol-violette ne s’adresserait-il qu’aux convertis ? Non, d’après la mairie, dont la volonté est d’aller vers les plus précaires, les chômeurs, mais aussi les étudiants et les retraités. C’est ainsi que 90 ménages précaires se voient attribuer chaque mois 30 Sols, l’occasion d’aller dans des commerces qu’ils n’ont pas ou plus l’habitude de fréquenter. « Nous voyons arriver de nouveaux clients, commente Fabrice Domingo, gérant de la librairie Terra Nova, qui peuvent avoir ainsi à nouveau un petit budget livres. »

Victime de son succès ?

Le succès est au rendez-vous. L’objectif d’atteindre 150 adhérents et 15 partenaires est largement dépassé, et ce sont 600 adhérents qui participent à l’expérimentation.
Aujourd’hui, ce sont plus de 23 000 Sols qui s’échangent, avec un taux de circulation supérieur à celui de l’euro. Car le Sol est destiné à circuler. Non-capitalisable, il perd 3 % de sa valeur après 3 mois sans utilisation.
Pour certains partenaires en bout de chaîne, la remise en circulation est un problème, de nombreux fournisseurs n’acceptant pas les coupons à l’effigie du Capitole. Aussi, une partie des Sols redeviennent des Euros.
Selon Frédéric Bosqué, coordinateur du Sol-violette pour la mairie de Toulouse, « nous cherchons à améliorer la circulation. Cela passe par la mise en place prochaine du sol numérique avec paiement par virement via le téléphone portable. Nous mettons aussi en place d’autres actions pour adapter l’offre à la demande, comme la possibilité pour les entreprises de verser une partie du salaire en Sols, le démarchage des fournisseurs de nos partenaires ou le développement de comptoirs de changes et de partenaires relais. Cela a déjà permis de diviser le nombre de Sols reconvertis en euros par deux. »
En décembre, c’est l’ensemble des Toulousains qui pourront utiliser les sols violette, avant une extension au Grand Toulouse prévue pour 2014. Jean-Paul Pla est confiant : « Il faut prendre le temps. Ce n’est pas le tout de dire qu’on va changer, il faut le faire ! »

Sol pratique

Devenir soliste, c’est simple :
Adhésion à 15 euros
Échange d’euros contre des Sols, 1 Sol violette offert par tranche de 20 euros échangés
Achat de biens et de services chez l’un des 60 partenaires membres du réseau
Le Sol est une monnaie fondante, elle perd 3 % de sa valeur après 3 mois sans utilisation.
Perte de 5 % de la valeur, lorsqu’on échange des sols contre des euros

Le Sol, un instrument politique ?

Avec la mise en place du Sol violette, Toulouse est la première collectivité qui s’engage de façon aussi forte. « La monnaie entre dans le champ politique en tant qu’outil économique local, explique Frédéric Bosqué. Le Sol rattache l’euro au territoire. L’Etat ne peut plus rien faire, c’est la Banque centrale européenne qui décide. » Par sa non-capitalisation, le Sol ne peut pas, à la différence de l’Euro, faire l’objet de spéculation. En utilisant la monnaie complémentaire, à Toulouse, et partout dans le réseau national, les citoyens se réapproprient la monnaie, qui redevient un outil social, au service de tous. S’il est utilisé à une échelle locale, la multiplication de ces expériences pourrait apporter une partie des solutions à la crise du système monétaire.

Plus d’infos : www.sol-violette.fr

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm